préjudice d'avoir un frère handicapé

S'abonner à l'émission

Chronique bioéthique

mardi 18 décembre 2018 à 18h45

Durée émission : 3 min

Chronique bioéthique

Bonjour !

Voilà une affaire qui rappelle le tristement célèbre arrêt Perruche. Ils sont parents de 3 garçons, 3 jumeaux nés à la suite d’une FIV, une fécondation in vitro. Et deux d’entre eux sont lourdement handicapés, souffrant d’une maladie rare appelée dystrophie musculaire de Becker, une forme de myopathie.

Les parents ont saisi la justice, en leur nom et au nom de leur enfant sain, pour demander réparation des préjudices qu’ils subiraient en raison du handicap des deux frères malades.

La cour administrative d’appel de Bordeaux vient de confirmer la faute du centre hospitalier. Les parents n’auraient pas été informés du risque d’avoir un enfant souffrant de la maladie, alors qu’il y avait des antécédents familiaux.

L’hôpital est condamné à verser une réparation pour le préjudice subi par les parents ainsi qu’une réparation du préjudice subi par le frère non malade, réparation du préjudice moral et des « troubles dans les conditions d’existence »…

En effet, les médecins auraient dû, d’après le jugement, leur proposer de ne pas procréer ou leur proposer un avortement sélectif des enfants porteurs de la maladie. Les parents auraient subi une « perte de chance », la « chance » d’avoir des enfants non atteints de la maladie…

Evidemment, il ne s’agit pas de nier les difficultés, les souffrances liées au handicap, à la maladie. Les souffrances des personnes handicapées et les souffrances des proches en particulier parents, grands-parents, frères et sœurs …

Il ne faut pas non plus oublier l’extraordinaire solidarité collective qui s’exprime, en France, par la prise en charge des soins et par de nombreuses mesures sociales, même si elles resteront toujours insuffisantes.

Quant à affirmer publiquement à propos des deux enfants malades qu’il aurait été préférable qu’ils soient avortés … et à indemniser le soi-disant préjudice du frère … Tout cela relève d’un eugénisme assumé.

Que nous ne comprenions plus, collectivement, que chacun a pleinement sa place, que la maladie, la dépendance ou le handicap n’enlèvent rien à l’humanité, à la dignité, c’est assez inquiétant.

Je vous souhaite un très joyeux Noël. Accueillons l’Enfant dans la joie !

Les dernières émissions

L'émission

Le Docteur Xavier Mirabel, médecin oncologue, conseiller médical  d’Alliance Vita, nous parle de la personne humaine, de sa vie et de sa mort, de sa sexualité, et de leurs interactions avec la médecine et la société.