Retour sur l’événement astronomique le plus ancien jamais confirmé

Présentée par

S'abonner à l'émission

Dis, pourquoi?

mardi 11 juin à 12h09

Durée émission : 5 min

Dis, pourquoi?

Lucie Trocherie de l’Observatoire de Lyon nous parle de l’événement astronomique le plus ancien jamais confirmé qui a eu lieu en 48 avant Jésus-Christ.

Ce sont des astronomes chinois qui ont observé cette nova il y a plus de 2000 ans et qui ont minutieusement documenté ces observations. L’explosion a été visible il y a quelques semaines dans le ciel à l’œil nu, même en plein jour.
Avant cette découverte, le précédent record de l’événement le plus ancien jamais détecté était détenu par la Nébuleuse du Crabe, restes d’une supernova observée par les Chinois en 1054 après Jésus-Christ.
 

Mais comment un événement qui a eu lieu il y a plus de 2000 ans a pu être détecté aujourd’hui ?

Pour bien comprendre tout ceci, il y a plusieurs éléments à prendre en compte :

- Lorsque l’on regarde dans le ciel, on regarde dans le passé puisque la lumière des étoiles met un certain temps à nous parvenir. Par exemple, la lumière
du soleil met 8 minutes à nous parvenir. La lumière des étoiles très lointaines peut mettre des milliers voire des millions d’années à nous parvenir.

- Ce qui a été détecté était la nébuleuse de gaz qui est créée après l’explosion, une sorte de rond de fumée. Elle se diffuse dans le milieu interstellaire mais
beaucoup moins vite que la lumière. Elle a donc pu être détectée par un consortium mené par un chercheur de l’Institut d’Astrophysique de
l’Université de Göttingen en Allemagne.

Invités

  • Lucie Trocherie, médiatrice scientifique à l'Observatoire de Lyon

Les dernières émissions

L'émission

Le mardi à 12h10

Chaque semaine sur RCF, des spécialistes du Planétarium de Vaulx-en-Velin, du CNRS, de l'école centrale de Lyon et de l’Observatoire de Lyon questionnent et explorent notre univers.

Le présentateur

Marie Leynaud

Diplômée de l’école de journalisme ISCPA Lyon en 2013, elle assure depuis un an les remplacements au journal local de RCF Lyon, et travaille également pour la chaîne TLM.  Attachée à la vie provinciale et particulièrement aux « Lyonnaiseries », son métier lui permet d’être toujours plus proche de celles et ceux qui font vivre le patrimoine.