L'audiodescription, rendre le cinéma accessible aux malvoyants

Présentée par

S'abonner à l'émission

À votre service

lundi 13 mai à 10h00

Durée émission : 55 min

L'audiodescription, rendre le cinéma accessible aux malvoyants

© Erik Witsoe / Unsplash

Rendre le cinéma accessible aux personnes malvoyantes, c'est ce que permet l'audiodescription. À l'occasion du Festival de Cannes, on vous dit comment ça fonctionne.

La légende raconte que c'est le frère du cinéaste Francis Ford Coppola qui a lancé l'idée de l'audiodescription il y a une trentaine d'années. Aujourd'hui, le système est présent au cinéma, mais aussi au théâtre, à l'opéra et à la télévision.

Comment adapte-t-on une œuvre pour la rendre accessible aux déficients visuels ? Par quels outils en bénéficier ? Pourquoi est-il encore si peu répandu ? Explications de Dune Cherville, audiodescriptrice et rencontre avec les initiateurs des Marius de l'audiodescription, un prix qui récompense les films à la meilleure version audiodécrite.

 

Invités

  • Sylvie Ganche, créatrice des Marius de l'audiodescription

  • Dune Cherville, audiodescriptrice, lauréate du Marius 2019 pour le film "Pupille"

  • Sylvain Nivard, bénévole à la commission Culture de la Confédération française pour la promotion sociale des aveugles et amblyopes

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 10h00 et 01h00

Informatique, santé, éducation, droit, jardinage: tous les matins, Vincent Belotti vous apporte des conseils pratiques pour mieux vivre au quotidien. Une émission interactive.Posez vos questions ou témoignez en direct pendant l’émission au 04 72 38 20 23* par mail à avotreservice@rcf.frVous pouvez aussi adresser un mail en vous rendant dans la rubrique "Nous contacter".(*appel non surtaxé)

Le présentateur

Vincent Belotti

Ado, Vincent écoutait dans son lit les voix de la nuit, espérant un jour passer de l’autre côté du transistor. Après avoir couvert l’actualité pour RCF Haute-Savoie puis RCF Lyon, il a animé A votre service puis Ca va mieux en le disant. Avec C’est aussi de l’info une nouvelle aventure commence. Mais il n’abandonne pas sa collection d’appareils de TSF des années 30 à 50.