Le pape encourage la révolution pour sauver la planète et la maison commune

Présentée par

S'abonner à l'émission

Maison commune

mercredi 17 mars à 12h24

Durée émission : 3 min

Maison commune

En recevant lundi une petite délégation de Français engagés dans la lutte d’opinion contre réchauffement climatique et , dont Pierre Larrouturou, l’eurodéputé de la Nouvelle Donne, Eva Sadoun, une jeune entrepreneuse et Cyril Dion, le cinéaste de « Demain » et garant de la Convention citoyenne pour le climat , le Pape n’a pas fait qu’écoute, Il a encouragé... à mettre le bazar dans la rue, à faire la révolution !

Cette émission est archivée. Pour l'écouter, inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous directement si possédez déjà un compte RCF.

Mettre le bazar dans la rue
« Mettre le bazar dans la rue » c’est une expression que le Pape a déjà employé envers les jeunes, et faire la révolution c’est cela aussi : «Vous êtes la jeunesse, les seuls à pouvoir le faire, vous comprenez le changement. Vous n’avez pas d’expérience, mais c’est une bonne nouvelle parce que cela vous rend créatif», dit le pape François.
 
Mettre la pression sur les gouvernements
Bien évidemment en recevant ces « porteurs »  de la transiton écologique à tous les niveaux, François veut encourager des jeunes - et les vieux militants d’ailleurs - à avancer et pousser les gouvernements à prendre de front la question de l’avenir de notre planète qu’il appelle la "Maison Commune".
Pour lui l’ère du compromis est révolu, le temps est venu de s’engager dans une nouvelle voie.

Des plans post Covid trop peu tournés vers l’environnement
En effet, les plans de relance post Covid n’ont pas assez d’ambition climatique : selon l’ONU seulement 18 % des investissements annoncés dans les plans post covid sont vertueux pour l’environnement.
Au niveau européen, le levier de la taxe sur les transactions financières. Un levier de finance que propose notamment Pierre Larrouturou c’est la taxe sur les transactions financières TTF au niveau européen, c’est un vieux serpent de mer mais qui n’en serait pas moins efficace car avec un prélèvement de 0,01% il pourrait générer plus de 50 milliards d’Euros par an pour financer la transition écologique des pays de l’Union européenne

La finance, la « blessure »  de François
On peut même dire que la finance telle qu’elle est aujourd’hui est la bête noire de François, pour lui c’est une « blessure », un « brouillard » selon ses termes qui rend opaque l’économie et empêche tout changement. Il dénonce les paradis fiscaux comme les produits dérivés… 
Avec la TTF européeenne on peut émettre l’hypothèse que celle-ci entrainerait un mouvement vertueux, notamment en régissant les produits dérivés qui, par exemple, font des profits  en pariant sur la baisse d’une action, c’est un outil financier qui peut être utile mais qui a aussi joué un rôle important dans la crise financière de 2007-2011. 
Les écologistes que nous sommes, ou que nous sommes appelés à devenir, sont encouragés par le pape à faire la révolution, à mettre le bazar, engager le changement. Nous sommes confirmés ou encouragés à entrer dans l’action avec toutes les ressources de nos connaissances et de notre imagination.

Les dernières émissions