Matthieu Penchinat, le clown philosophe

Présentée par UA-171348

S'abonner à l'émission

TOut DOux

mercredi 14 avril à 17h03

Durée émission : 57 min

Matthieu Penchinat, le clown philosophe

© Svend Andersen

Avec sa petite moustache et son oeil rond, Matthieu Penchinat a su imposer son style décalé, entre clown, mime et philosophe.

Cette émission est archivée. Pour l'écouter, inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous directement si possédez déjà un compte RCF.

Dans son dernier spectacle "Qui fuis-je", Matthieu Penchinat interroge notre monde avec le sourire. Invité de Vincent Belluti, dans l'émission Tout Doux, l'humoriste revient sur son parcours et ce qui l'inspire. 

" La rencontre avec le public est tout l'intérêt du spectacle vivant ! Lui délivrer une histoire, le sentir frémir, rigoler, l'entendre. Je monte sur scène pour ça, pour rencontrer des gens. Dans la vie, je suis un peu timide et réservé, et sur scène, il y a quelque-chose qui lâche complètement, comme si je dévoilais quelque-chose de moi et en retour, je sentais aussi les gens se révéler", témoigne-t-il. 
 

Après des études d'informatique, Matthieu Penchinat intègre en 2007 l'Ecole nationale supérieure d'art dramatique, sous la direction d'Ariel Garcia Valdès pour une entrée professionnelle dans le monde du spectacle en 2010 : une recherche qui se construit autour du clown, avec la compagnie Auguste Singe. Il produit d'abord deux solos de clown : l'Appel du désert (2011) et Le cabaret de rien (2013) .
 

Drôle et tragique 

Il se lance alors dans une première mise en scène : George Dandin (2011),  puis dans un spectacle créé à Montpellier (théâtre de la Vista), joué ensuite à Avignon (théâtre de l'Adresse) et puis donné à Paris (Le Lucernaire). Une version très cruelle et noire, mais drôle. Toujours drôle. Même quand c'est tragique. Surtout quand c'est tragique. En 2014, une deuxième mise en scène : Don Quichotte, pour creuser encore la recherche d'un théâtre clownesque.

En parallèle de la vie de la compagnie Auguste Singe, il rencontre d'autres metteurs en scène qui l'ouvrent  à d'autres façons de penser le théâtre et le spectacle. Sébastien Lagord confie ainsi à Matthieu Penchinat le rôle de M. de Pourceaugnac dans la pièce du même nom. 

Puis c'est la rencontre avec Philippe Decouflé pour le spectacle Panorama (2013) qui lui donne un rôle sur mesure de M. Loyal décalé chargé d'assurer les transitions : avec une tournée mondiale, qui permet d'affiner les numéros comiques. "C'est quelqu'un de très ouvert qui m'a donné une grande légitimité et une confiance", raconte-t-il. 
 

le clown comme moyen d'expression

En 2016, un choix fort : un premier seul-en-scène « drôle, mais pas que... » . Le spectacle parle de la mort avec un humour léger et clownesque et en 2019 le comédien crée « Qui fuis-je ? » au théâtre du Marais. 

Pour moi, le clown est un état d'être au monde, une espèce d'énergie de vie qui vient envahir le plateau, la scène ou même l'espace public dans les spectacles de rue. On accepte de révéler une partie très intime de soi qui vient percuter le public. Et le public vient nous façonner. C'est un état de sur vie, dans lequel on capte tout et on est attentif à tout, à la moindre respiration dans le public ou sur scène. Avec le détachement, le regard, le recul et en même temps une naiveté totale". 

C'est pour lui un véritable moyen d'expression, le corps exultant totalement !

 

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 17h03

Et si on prenait une heure pour se faire du bien à l’heure de pointe ? C’est ce que vous propose RCF dans cette toute nouvelle émission. Des invités de marque vous partagent à la fois leurs projets et ce qui les inspire pour vivre au jour le jour. Des chroniqueurs vous donnent des conseils mieux vivre, famille et culture. Une heure de bonne humeur, de bonnes idées, de musique et d’un peu de douceur pour vous accompagner dans le tempo effréné du quotidien.

Le présentateur

Vincent Belotti

Ado, Vincent écoutait dans son lit les voix de la nuit, espérant un jour passer de l’autre côté du transistor. Après avoir couvert l’actualité pour RCF Haute-Savoie puis RCF Lyon, il a animé A votre service puis Ca va mieux en le disant. Avec C’est aussi de l’info une nouvelle aventure commence. Mais il n’abandonne pas sa collection d’appareils de TSF des années 30 à 50.