C'est prouvé : le bonheur c'est les autres (suite)

Présentée par

S'abonner à l'émission

La Vie est un Art

vendredi 23 août à 10h30

Durée émission : 25 min

C'est prouvé : le bonheur c'est les autres (suite)

© Priscilla Du Preez / Unsplash

Une gigantesque étude de Harvard l'a montré, les gens les plus heureux sont ceux qui entretiennent des relations de qualité avec leur famille, leurs amis, etc.

"Et si le bonheur c'était les autres ?" Christophe Carré intitule ainsi son ouvrage (éd. Larousse), mettant à mal des théories d'Hobbes et de Sartre, pour qui "l'homme est un loup pour l'homme" ou "l'enfer c'est les autres". De fait, dans notre monde actuel, "la relation est souvent malmenée car on nous fait croire que le bonheur c'est l'avoir" - comme le dit la chanson d'Alain Souchon. Quel que soit le type de société dans lequel on vit, il semble que des fondamentaux restent, comme notre besoin d'interagir.
 

La gigantesque étude de Harvard sur le bonheur

Le bonheur et la satisfaction ont fait l'objet d'une gigantesque étude menée par la faculté de médecine de Harvard (Harvard Medical School). Elle a débuté en 1938 à Boston et, en 2015, le psychiatre Robert Waldinger, en a révélé les résultats. Après avoir observé le quotidien de près de 800 hommes, les avoir soumis à des questionnaires, des bilans sanguins, des scanners cérébraux, etc., le résultat est assez net. "On s'aperçoit que quels que soit les échantillons auxquels ils appartiennent, les gens les plus heureux sont ceux qui entretiennent des relations fortes et de qualité avec leur famille, leur conjoint et leurs amis", comment Christophe Carré. 

 

 

Ces liens de qualité qui nous protègent

Des liens, étroits, forts et de qualité seraient aussi facteur de bonne santé. Il semble aussi que les bonnes relations protègent notre cerveau et contribuent à ralentir le déclin de la mémoire. "Les personnes qui sont le plus proches de leur famille, amis ou communauté sont plus heureuse et en meilleure santé. Vivre au milieu du conflit est très mauvais pour la santé", dit Robert Waldinger. Il dit aussi : "Ce n'est donc pas le niveau de cholestérol qui prédit la manière dont nous allons vieillir mais la qualité de nos relations."

 

Émission diffusée en novembre 2018

 

Invités

  • Christophe Carré, médiateur, chercheur en sciences de l'information et de la communication, chroniqueur pour RCF Drôme-Ardèche

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Le lundi à 16h, le jeudi à 13h30 et le dimanche à 20h

Un podcast de psychologie positive qui ouvre les auditeurs à la bienveillance, la gratitude, l'altruisme et le pardon. Avec ses invités, psychologues, thérapeutes, médecins ou coachs, Bénédicte Draillard défriche des voies de croissance personnelle et de communion fraternelle. Des exemples concrets et simples, un langage ouvert et des suggestions accessibles, pour se mettre en route vers un mieux-être, avec soi-même et avec les autres.

Le présentateur

Bénédicte Draillard

Passionnée de relations humaines et de spiritualité, Bénédicte a un parcours divers et varié! Directrice littéraire d’une maison d’édition religieuse et canoniste, elle collabore à RCF depuis une vingtaine d’années. Sa joie est de partager avec les auditeurs ses coups de cœur littéraires et la saveur de la Parole de Dieu.