Ce sentiment de solitude accentué par le confinement

Présentée par UA-125069

S'abonner à l'émission

Prenez soin de vous !

mardi 9 juin à 9h03

Durée émission : 55 min

Ce sentiment de solitude accentué par le confinement

© Juan Ordonez / Unsplash

Chez nos aînés comme chez ceux que le confinement a isolés, le sentiment de solitude s'est accru. Un sentiment parfois vécu dans la culpabilité. Comment en sortir?

VOUS AVEZ LA PAROLE - Pour répondre à vos questions, vous permettre de témoigner ou de proposer des initiatives solidaires, RCF accorde une large place à la libre antenne : chaque matin, du lundi au vendredi, de 9h à 10h, avec PRENEZ SOIN DE VOUS, animée par Melchior Gormand, en direct.
► Appelez le 04 72 38 20 23
► Écrivez à : prenezsoindevous@rcf.fr
Déposez vous-même votre témoignage audio !

 

Selon un rapport publié le 4 juin dernier, "720. 000 personnes âgées n'ont eu aucun contact avec leur famille durant le confinement". Une information révélée par l'association Les petits frères des pauvres. Le confinement a donc renforcé l'isolement des aînés. Or, cela fait plusieurs années déjà que l'on parle de la solitude comme "le mal du siècle". Explications de Monique de Kermadec, auteure de l'ouvrage "Un sentiment de solitude" (éd. Albin Michel, 2017). 
 

Le confinement, une épreuve pour tous

Si l'isolement est "un éloignement physique qui rend les rapports avec les autres difficiles ou impossible", la solitude est "un vécu", quelque chose que l'on peut ressentir même en compagnie d'autres personnes. Le confinement a isolé les individus les uns des autres. "Quelles qu'aient été les conditions, nous avons tous été affectés par ce confinement et par cet éloignement des personnes que nous aimons et qui étaient importantes à notre équilibre et notre bien-être", a pu remarquer Monique de Kermadec.

Certaines personnes qui souffraient déjà de solitude ont trouvé "apaisant" de savoir que "tout le monde était comme eux". D'autres en revanche, ont vécu comme "une immense privation" le fait de ne plus pouvoir toucher, embrasser, voir ceux qu'ils aiment.
 

Le secours d'internet

"Ceux qui ont le plus souffert sont ceux qui n'avaient pas accès à internet et aux réseaux sociaux." Alors que nous étions nombreux à prévenir des effets néfastes d'internet et des écrans comme étant destructeurs du lien social, "ce sont quand même ces réseaux qui nous ont permis de rester en contact pendant tout ce temps", note la psychothérapeute. Ce à quoi "on ne s'attendait pas".
 

se sentir seul : ne pas culpabiliser

"Cette solitude m'a révélé le fait d'être seule, témoigne Élisabeth, fidèle auditrice de RCF en Normandie, je me suis repliée sur moi-même en me dévalorisant." Pour Monique de Kermadec, associer les mots "dévalorisation" et "solitude" est significatif. Il arrive souvent en effet qu'au cœur d'un sentiment de solitude se niche celui de n'être pas aimable. "C'est comme si la solitude était culpabilisante, il est important surtout si on souffre de la solitude ne pas culpabiliser."

 

Invités

  • Monique de Kermadec, psychothérapeute, psychanalyste

  • Véronique Durand, rédactrice en chef adjointe à La Vie

  • Guillaume Roty, chef du service presse & média et porte-parole de la Représentation en France de la Commission européenne

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 9h

Pour aider chacun à vivre cette période de confinement, Melchior Gormand vous propose une émission interactive où chacun est appelé à participer pour se confier, partager des bonnes idées ou donner des conseils. #PrenezSoinDeVous

Le présentateur

Melchior Gormand

Melchior Gormand est un jeune passionné par la radio. Tous les jours entre 12h30 et 15h, il accompagne vos débuts d'après-midi RCF avec "Ça fait du bien" et "L'Échappée belle en musique" !