Être bienveillant avec soi-même, la première étape de la Communication non-violente (CNV)

Présentée par Bénédicte Draillard

S'abonner à l'émission

La Vie est un Art

lundi 13 février à 22h00

Durée émission : 25 min

Être bienveillant avec soi-même, la première étape de la Communication non-violente (CNV)

© Françoise Keller

Si la communication est un art, la communication non-violente est un trésor. Ça commence avec un regard bienveillant sur soi. Explications de Françoise Keller invitée de Bénédicte Draillard.

"On a tous soif de relations de qualité, dans lesquelles chacun peut être entendu et respecté." Et pourtant, n'est-ce pas bien souvent que l'on se sente blessé, atteint, gêné, par les propos d'un autre? "Quand on est touché dans quelque chose de blessé en nous, ou qui est important en nous, on perd cette capacité d'ouverture de cœur", explique Françoise Keller. Formarice et coach au sein du cabinet Concertience, elle enseigne les principes de la Communication non-violente (CNV) à qui veut améliorer ses relations au travail, en famille, entre amis, et se réconcilier avec soi.
 

 

repérer ce qui se passe en nous

C'est la première étape du processus CNV: l'auto-empathie. Ou l'observation et l'accueil de ce qui se passe en soi-même. Quand on y pense, on est sans cesse dans le jugement vis-à-vis de soi et des autres. "Comment puis-je prendre conscience qu'à un moment donné j'ai un jugement qui m'arrive? Comment l'accueillir et aller voir de quoi parle ce jugement?"
 

"Observer sans évaluer est la plus haute forme de l'intelligence."
Jiddu Krishnamurti (1895-1986)

 

La CNV ne nous dit pas de ne pas juger. Elle nous apprend à faire la différence entre ce qui en nous est de l'ordre du jugement, et ce qui est de l'ordre de l'observation.
 

Écouter ses sentiments

"Chaque fois qu'on a un jugement, positif ou négatif, on peut s'apercevoir que quelque chose change dans notre corps." Ce changement est l'expression d'un sentiment: larmes, tension, crispation, mal au ventre, gorge nouée...

Il y a quelque chose en nous qui veut s'épanouir, jaillir: c'est le besoin. Or, le sentiment est un indicateur des besoins fondamentaux. "Chaque sentiment donne des indications sur un besoin." Etre agacé au moment de rentrer chez soi après une journée de travail peut être l'expression d'un besoin de calme et de repos. Prendre en compte cela peut éviter de se montrer agressif avec son entourage.

 

Invités

  • Françoise Keller , formatrice en Communication non-violente (CNV)

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 10h30 et 06h00

Une émission hebdomadaire de psychologie positive qui ouvre les auditeurs à la bienveillance, la gratitude, l’altruisme et le pardon. Avec ses invités, psychologues, thérapeutes, médecins ou coachs, Bénédicte Draillard défriche des voies de croissance personnelle et de communion fraternelle. Des exemples concrets et simples, un langage ouvert et des suggestions accessibles, pour se mettre en route vers un mieux-être, avec soi-même et avec les autres.

Le présentateur

Bénédicte Draillard

Passionnée de relations humaines et de spiritualité, Bénédicte a un parcours divers et varié! Directrice littéraire d’une maison d’édition religieuse et canoniste, elle collabore à RCF depuis une vingtaine d’années. Sa joie est de partager avec les auditeurs ses coups de cœur littéraires et la saveur de la Parole de Dieu.