La communication non violente au travail, savoir ce que nous voulons exprimer (1/2)

Présentée par

S'abonner à l'émission

La Vie est un Art

mardi 21 août à 10h30

Durée émission : 25 min

La communication non violente au travail, savoir ce que nous voulons exprimer (1/2)

© rawpixel / Unsplash - "Jour après jour dans ma manière de m'exprimer, ou d'écouter l'autre, se construit petit à petit une relation de qualité."

Au travail, la méthode de communication non violente (CNV) est un passeport pour réconcilier bien-être et performance. Elle aide à se (faire) comprendre et à se rendre disponible à l'autre.

Du 11 au 15 juin 2018, se déroule la 15è Semaine pour la qualité de vie au travail organisée par l'Anact (Agence nationale pour l'amélioration des conditions de travail). Et si on parlait de communication non-violente au travail ? Selon le baromètre Pros-Consulte de janvier 2018, les principales causes de souffrance au travail sont les conflits. Or "ce que l'on vit dans le monde du travail a un impact sur notre niveau de bonheur, observe Françoise Keller, si je déverse tout mon stress à la maison ça se ressent sur l'éducation, la vie de couple, les relations de voisinage..." Coach, formatrice en communication non-violente (CNV) et auteure de "Pratiquer la CNV au travail" (éd. InterEditions), elle nous donne des conseils pour améliorer nos relations professionnelles. 

"Jour après jour dans ma manière de m'exprimer, ou d'écouter l'autre, se construit petit à petit une relation de qualité"

 

La CNV un travail quotidien

Qu'est-ce que la communication non-violente ? La CNV a été pensée par le psychologue américain Marshall Rosenberg (1934-2015) "questionné par qu'est-ce qui fait que dans nos relations nous vivons des choses contraires à nos aspirations?", explique Françoise Keller. L'objectif est de se donner les chances de "vivre ce que l'on a envie de vivre". Le terme de non-violence est inspiré des combats de Gandhi et de Martin Luther King. "Moi ce qui me touche dans ce terme là c'est comment je reconnais ma violence et comment je la transforme, ma violence, la violence de l'autre.

Dans son ouvrage, la coach ne considère pas seulement le travail rémunéré, mais toute sorte de travail, bénévole, domestique... "Voir dans tous les environnements - entreprise, associatif, citoyenneté, engagement politique, travail familial - comment nous contribuons à créer un monde qui ressemble plus à nos rêves."

Françoise Keller envisage la CNV comme "une préparation du bonheur", une sorte de prévention des conflits inversée. "Jour après jour dans ma manière de m'exprimer, ou d'écouter l'autre, se construit petit à petit une relation de qualité." Aussi, dire avec authenticité à son responsable ce que l'on aime et ce que l'on n'aime pas, la façon dont on aimerait contribuer au travail en équipe... Cela, petit à petit, pourra améliorer la relation. Ce n'est pas toujours facile à mettre en place : dans tous les cas, "si je ne dis pas à mes collègues ce qui me rendrait la vie plus belle, l'expérience c'est qu'ils ne le devinent pas". 

 



 

La girafe ou le chacal ?

Une image revient souvent en CNV, celle du chacal et de la girafe. Elle symbolise deux manières de penser et de s'exprimer. Le langage chacal est celui où on essaie de convaincre l'autre. Après avoir analysé une situation et avoir imaginé une solution, si l'on n'arrive pas à convaincre l'autre on a tendance à le juger. Voire à éprouver de la frustration, de la colère ou de l'agressivité vis-à-vis de l'autre qui n'est pas d'accord ou vis-à-vis de soi-même. On en vient à se reprocher de ne pas être capable, de ne pas savoir s'exprimer, avec un sentiment de honte et de culpabilité qui peut engendrer une forme de dépression. 

Le langage girafe est ainsi formulé par Marshall Rosenberg car la girafe est l'animal terrestre qui a le plus gros cœur, puisqu'il doit faire affluer le sang jusqu'au sommet du cou. Adopter le langage du cœur c'est essayer de voir les choses de plus haut, de considérer les aspirations profondes derrière le langage chacal. 

En fait, comme nous l'explique Françoise Keller, le chacal et la girafe représentent deux états. C'est souvent le langage chacal qui s'exprime en premier, vient ensuite le langage girafe : on en vient à comprendre quels sont les besoins profonds exprimés à travers le langage chacal. "Ce qui est intéressant dans cette CNV c'est que le jugement c'est l'expression de mes besoins et de mes sentiments et que je peux passer de l'un à l'autre."

 



 

Exemple de CNV au travail

Dans la CNV, tout repose sur l'écoute de ses besoins fondamentaux. Ensuite, il s'agit d'encourager la créativité dans la recherche de solution. Par exemple, il est 18 heures, je suis au travail. Est-ce que je reste 10 minutes de plus pour lire mes mails ou est-ce que je rentre chez moi ? D'un côté l'aspiration à honorer ses engagements, à satisfaire un client ou un collègue par une réponse rapide à leurs messages. D'un autre côté, l'aspiration à équilibrer vie privée et vie professionnelle, et éventuellement à veiller à sa famille, être présent quand les enfants font leur devoirs. 

Dans ce type de situation, la CNV propose de prendre en compte ces aspirations. Et déployer ensuite sa créativité : considérer l'urgence ou non de répondre à un message, pourquoi pas proposer plus tard un groupe de travail pour réduire le nombre de mails, ou alors rester plus longtemps au travail mais veiller à a qualité de ses relations en famille. Uen fois arrivé chez soi éviter le reproche "Il n'y a plus rien dans le frigo !

 

Invités

  • Françoise Keller , coach, formatrice en CNV au sein du cabinet de conseil Concertience

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Le lundi à 22h, le jeudi à 13h30 et le dimanche à 20h

Une émission hebdomadaire de psychologie positive qui ouvre les auditeurs à la bienveillance, la gratitude, l’altruisme et le pardon. Avec ses invités, psychologues, thérapeutes, médecins ou coachs, Bénédicte Draillard défriche des voies de croissance personnelle et de communion fraternelle. Des exemples concrets et simples, un langage ouvert et des suggestions accessibles, pour se mettre en route vers un mieux-être, avec soi-même et avec les autres.

Le présentateur

Bénédicte Draillard

Passionnée de relations humaines et de spiritualité, Bénédicte a un parcours divers et varié! Directrice littéraire d’une maison d’édition religieuse et canoniste, elle collabore à RCF depuis une vingtaine d’années. Sa joie est de partager avec les auditeurs ses coups de cœur littéraires et la saveur de la Parole de Dieu.