La méthode Ron Davis ou quand la dyslexie devient un don

Présentée par UA-153199

S'abonner à l'émission

Voyage intérieur

mercredi 6 janvier à 2h30

Durée émission : 29 min

 La méthode Ron Davis ou quand la dyslexie devient un don

© Image par iwanna de Pixabay

Dans ce deuxième volet sur la dyslexie, nous découvrons la méthode Davis qui permet aux "penseurs en images" de développer de nouvelles compétences et de progresser dans les apprentissages.

00:00

00:00

Dyslexie, dysorthographie, dyspraxie, dysphasie... Les troubles "dys" sont fréquents. En France, ils concerneraient actuellement près de 8% des enfants d’âge scolaire.
Anne-Laure Drouard-Chanel est en compagnie d'Isabelle Bonnet-Thomas qui est facilitante de la méthode Davis, une approche "essai-erreur" qui permet aux "dys" de contrôler leur dyslexie.
 

L'apprentissage par la création

Comme son nom l'indique la méthode Davis a été créée par Ronald Davis, un américain lui-même dyslexique qui "jusqu'à l'âge de neuf ans était incapable de communiquer avec les autres" raconte Isabelle Bonnet-Thomas. Le déclic est survenu à l'âge de 12 ans, lorsque Ron Davis manipule de la boue dans son jardin et commence à modeler des choses de son environnement.

Après avoir créé des objets du quotidien, Ron Davis commence petit à petit à construire des formes qu'on retrouve dans les salles de classes, comme l'alphabet. "C'est le fait de pouvoir donner vie à ces formes-là, de les créer en trois dimensions qui a permis à Ron Davis de commencer à apprendre l'alphabet" explique Isabelle Bonnet-Thomas.
Ron Davis a fini par être ingénieur et a souhaité développer les outils découverts et en faire une méthode adaptable à tous.
 

La richesse des "penseurs en images"
 

"L'approche de Ron Davis c'est vraiment de dire que [la dyslexie] n'est pas liée à une malformation de quoi que ce soit, c'est vraiment plus une capacité à imager, à imaginer des choses dans la continuité d'autres choses" explique Isabelle Bonnet-Thomas.
Cette approche va révolutionner la manière de comprendre le mode de réflexion des "dys" qui ont une pensée en image très fortement développée.

Pour mieux comprendre, Isabelle Bonnet-Thomas nous donne un exemple de pensée en images : "une personne qui pense en images lorsqu'elle va rentrer dans une pièce, elle va avoir les yeux qui vont scanner la pièce. Donc très rapidement elle va avoir une connaissance entière de son environnement. Une personne qui pensera plus en mots, elle, aura besoin de se parler en se disant "il y a une fenêtre devant moi, la porte est derrière" et ça prend plus de temps, donc c'est une vraie richesse pour la personne qui pense en images."

"Un penseur en images n'est pas forcément un dyslexique, mais un dyslexique est un penseur en images."

 

 

Invités

  • Isabelle Bonnet-Thomas, praticienne Davis certifiée

Les dernières émissions

L'émission

Le jeudi à 13h30, le samedi à 22h et le dimanche à 18h30

Une émission de psychologie positive qui ouvre les auditeurs à la bienveillance, la gratitude, l’altruisme et le pardon. Avec des psychologues, thérapeutes, médecins ou coachs, l’émission défriche des voies de croissance personnelle et de communion fraternelle. Des exemples concrets et simples, un langage ouvert et des suggestions accessibles, pour se mettre en route vers un mieux-être, avec soi-même et avec les autres.

Le présentateur

Anne-Laure Drouard-Chanel