Traverser la douleur de l'accouchement

Présentée par

S'abonner à l'émission

À votre service

mercredi 3 octobre à 10h00

Durée émission : 55 min

Traverser la douleur de l'accouchement

© john looy / unsplash - Pour la future maman c'est important de se sentir en confiance, de se sentir écoutée et respectée par le corps médical

Les futures mamans ne ressentent pas toutes avec la même intensité les douleurs de l'accouchement. Mais une femme qui se sent en confiance souffrira moins au moment de donner la vie.

Aujourd'hui, la majorité des femmes ne souffrent plus lorsqu'elles mettent au monde leur enfant, grâce à la péridurale notamment. Les futures mamans peuvent vivre plus sereinement la naissance. Pourtant, cette douleur que toutes les femmes ne ressentent pas de la même manière continue d'intriguer. D'où vient-elle ? Comment la diminuer ? Comment mieux la comprendre ? Est-ce que la société dans laquelle on vit, la culture te la religion peuvent influencer la douleur ?

"Il y a une grande différence entre douleur et souffrance, l'important c'est que les femmes ne tombent pas dans la souffrance"

 

Pourquoi la douleur de l'accouchement ?

"Il y a plusieurs composants à la douleur", explique Cyrille Philippe : tout d'abord la composante physique, qui est une sensation, "soit on l'a soit on l'a pas". Il y a aussi la douleur psychique, "le cerveau peut créer une douleur que l'on ne ressent pas sensoriellement : le gros problème de la douleur c'est que bien avant de faire mal elle fait peur et en faisant peur elle fait déjà mal". "Et puis dans le corps énergétique, la douleur fait stagner les flux d'énergie."
 

L'accouchement, une histoire de la douleur

"Le Seigneur Dieu dit à la femme : «Je multiplierai la peine de tes grossesses ; c’est dans la peine que tu enfanteras des fils.»" (Gn 3, 16) Les exégètes aujourd'hui nous disent combien il est important de ne pas faire une lecture littérale de la Bible. Reste que pendant des siècles, on a cru que la douleur de l'accouchement "était la rançon pour le péché d'Ève", comme le dit l'historienne Marie-France Morel. "Toutes les femmes devaient expier cette faute originelle... c'était quelque chose que tout le monde avait intégré."

Jusqu'au XXe siècle, l'ampleur des cris ou les grimaces de la femme étaient autant de "signes qui permettaient aux accoucheurs de juger de l'état d'avancement du travail", rappelle la présidente de la Société d'histoire de la naissance. Comme le montrent son article "Histoire de la douleur dans l'accouchement" paru dans la revue Les Dossiers de l'obstétrique (n° 456, mars 2016, p. 13-19) ou son livre "Naître à la maison - D'hier à aujourd’hui (éd. Érès, 2016), les mentalités évoluent. Aujourd'hui, on a tendance à revenir au corps et on aborde différemment la question de la douleur.
 

Renouer avec son corps, se sentir en confiance

"Il y a une grande différence entre douleur et souffrance, comme le souligne Elisabeth Martineau, l'important c'est que les femmes ne tombent pas dans la souffrance." La rédactrice en chef du magazine L'enfant et la vie précise que si "la majorité de femmes demandent aujourd'hui la péridurale, les premières contractions, toutes les femmes vont les vivre".

L'important est donc de savoir ce qui permet d'éviter la souffrance. Pour la future maman c'est important de se sentir en confiance, de se sentir écoutée et respectée par le corps médical. Car "le corps de la femme sait faire", et si elle a confiance elle a moins mal, comme le dit Cyrille Philippe.

 

Émission réalisée en partenariat avec le magazine L'enfant et la vie 

 

Invités

  • Cyrille Philippe , sage-femme, blogueur, auteur du blog "Cyrille Philippe sage-femme"

  • Marie-France Morel , historienne, spécialiste de la naissance, présidente de la Société d'histoire de la naissance (SHN)

  • Elisabeth Martineau , rédactrice en chef du magazine "L'enfant et la vie"

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 10h00 et 01h00

Informatique, santé, éducation, droit, jardinage: tous les matins, Vincent Belotti vous apporte des conseils pratiques pour mieux vivre au quotidien. Une émission interactive.Posez vos questions ou témoignez en direct pendant l’émission au 04 72 38 20 23* par mail à avotreservice@rcf.frVous pouvez aussi adresser un mail en vous rendant dans la rubrique "Nous contacter".(*appel non surtaxé)

Le présentateur

Bérengère Lou