49.6 ans (l'âge moyen des morts de la rue), un chiffre pour interpeller les politiques

Présentée par Stéphanie Gallet

S'abonner à l'émission

Le temps de le dire

mardi 21 mars à 9h03

Durée émission : 55 min

Le temps de le dire

© P.RAZZO/CIRIC - L'hommage aux morts de la rue du 17 mars 2015 à Paris

Aujourd'hui, dès 12h30, place du Palais Royal à Paris (I° arr.), sont lus un à un, les noms des personnes mortes à la rue. Un hommage national pour interpeller les politiques.

C'est aujourd'hui que le collectif Les Morts de la rue organise son "Hommage aux Morts de la rue". Dès 12h30, place du Palais Royal à Paris (I° arr.), sont lus un à un, les noms des personnes mortes à la rue. En 2016, ils sont 501. "501 personnes auxquelle on va rendre hommage de manière tout à fait nominative toute la journée", explique Nicolas Clément. Parce que leur mort "doit être digne mais belle".
 

EXTRAIT | Le journal La Croix publie ce mardi 4 pleines pages énumérant leurs noms et les lieux de leurs décès.
> Télécharger un extrait de l'édition du mardi 21 mars 2017

 


©Collectif Les Morts de la rue

 

Cet hommage aux morts de la rue intervient un peu plus de 30 jours avant le premier tour des présidentielles. Et au lendemain d'un grand débat politique, diffusé sur TF1. Débat au cours duquel "le sujet de l'exclusion n'a pas été abordé", note le président du collectif, la pauvreté quant à elle "a été notamment abordée par le biais de  discours désagréables sur l'assistanat".

 

 

Interpeller les politiques

Parmi les prénoms qui seront cités aujourd'hui: "Mihaela L., 1 an et 2 mois". Quand ce sont des enfants ou des bébés qui meurent à la rue, il s'agit d'habitants de bidonvilles.  "Des victimes d'expulsions à répétition et qui du coup n'arrivent pas à se stabiliser et ne connaissent pas les dangers locaux, explique Nicolas Clément, ce qui est consternant."

"En interpellant la société, en honorant ses morts, nous agissons aussi pour les vivants", dit le slogan du collectif. Agir pour les vivants, c'est interpeller aussi les politiques. "Les Morts de la rue" existe depuis 2002. "Et depuis 2002 on ne dépasse pas une moyenne d'âge de 50 ans", déplore son président. Il rappelle qu'en France, l'espérance de vie est de 79 ans pour les hommes et 84 ans pour les femmes ; à la rue l'espérance de vie moyenne est de 49,6 ans.

 

"Les gens qui nous gouvernent sont directement responsables, et coupables, de cette négligence et de cette brutalité qui est infligée en France aux plus modestes. Il suffit d'aller au Secours populaire, de voir des dames attendre avec leur bébé pendant deux heures pour avoir trois boîtes de conserve. C'est d'une indécence dans un pays à la richesse comme la nôtre!"
Anne-Léa, auditrice de RCF dans le Finistère

 

Invités

  • Nicolas Clément , président du collectif Les Morts de la rue, membre du Secours catholique

  • Valentine Cogo , directrice du pôle Social de l'association Magdala (Lille)

  • Patrick , membre du collectif Dignité cimetière (Rennes)

  • Jean-Claude , membre du collectif Dignité cimetière (Rennes)

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Tous les jours du lundi au vendredi, à partir du lundi 4 septembre 2017

La grande émission interactive pour aborder tous les sujets de société, qui font l'actualité. Stéphanie Gallet reçoit ses invités pour réfléchir, approfondir, apprendre et donner du sens à tous les sujets du moment. Posez vos questions ou témoignez en direct pendant l’émission 04 72 38 20 23 ou par mail à l'adresse letempsdeledire[arobase]rcf.fr.

Le présentateur

Stéphanie Gallet

Journaliste à RCF depuis plus de 16 ans, Stéphanie s’intéresse à tout et tout l'intéresse. Elle aime les gens et voyage sans écouteurs.  Elle a presque tout appris en Bourgogne et garde dans son cœur un petit village du Minervois même si elle porte fièrement les couleurs de la Seine-Saint-Denis.