Dans le sourire des enfants pauvres, l'espoir d'un monde plus fraternel

Présentée par UA-104969

S'abonner à l'émission

Contemplation

vendredi 17 janvier à 17h28

Durée émission : 2 min

Contemplation

© Guillaume POLI/CIRIC - 8 décembre 2016 : En pleine trève hivernale, les habitants du bidonville de Pierrefitte sont expulsés. Plus de 600 personnes roms ou roumaines, dont une centaine d'enfants, étaient installéés sur ce terrain. Pierrefitte (93), France.

Christine Simone a rencontré Sorin, Stéfan, Denisa et Sorina, des enfants roms d'un bidonville près de Lille. À leurs côtés, elle trouve pourtant l'espoir d'un monde plus fraternel.

"CONTEMPLATION", UNE CHRONIQUE À RETROUVER DANS L'ÉMISSION "COMMUNE PLANÈTE" - Commune Planète, c'est la nouvelle émission d'écologie sur RCF. Un rendez-vous hebdomadaire proposé par Anne Kerléo à découvrir dès ce vendredi 10 janvier 2020.
> En savoir plus

 

Aujourd'hui, je voudrais vous parler des enfants. Ceux que je rencontre quotidiennement dans les rues de Lille. Ils s'appellent Sorin, Stéfan, Denisa, Sorina. En 1990 j'ai fait un voyage au Venezuela, j'ai un frère qui vit là-bas. Ça a été un choc. J'ai vu des enfants fouiller les poubelles, faire la manche. C'était des enfants des bidonvilles. Je n'imaginais pas voir cela un jour en Europe, en France.

Et puis il y a quelques années, j'ai découvert des familles entières, s'adonnant à la mendicité. Je pense qu'il y a eu beaucoup de gens à cette époque, à partager la même sidération que moi. Mais au fil du temps, nous nous sommes habitués. Ils sont entrés dans notre paysage urbain.
 

rencontre avec Une famille rom

Sorin, Stéfan, Denisa et Sorina ne parlent pas français. Ils sont là depuis quelques mois seulement et ne vont pas à l'école. Il n'est donc pas très simple de communiquer avec eux. Un jour, nous avons cherché ensemble où se trouvait la Roumanie sur une carte du monde, ce fût notre premier contact. Je leur ai montré tout le chemin qu'ils avaient parcouru pour arriver à Lille. Puis, nous avons découvert que nous pouvions nous comprendre grâce au logiciel de traduction sur mon téléphone. Ça a ėté l'occasion de bien des échanges et de bons fous rires. J'ai appris grâce à ce moyen qu'ils sont six frères et sœurs et que leur papa est décédé. Je connais un peu leur maman, une petite femme, toute recroquevillée sur elle-même. Denisa est la plus petite de la fratrie.

Un jour je ramassais un papier par terre pour le jeter dans une corbeille, elle m'a demandé le papier et m'a fait comprendre qu'elle voulait un crayon. Assise par terre, sur un bout de carton humide, tout en faisant la manche elle a commencé à dessiner un paysage. Stéfan et Sorin sont jumeaux. Ils sont espiègles. Ils courent partout et me font tourner en bourrique. Ils se disputent souvent, il aiment aussi beaucoup rire. Sorina, la grande sœur est plus discrète, elle fait parfois de très jolis sourires, mais semble le plus souvent terrorisée, comme quelqu'un qui a l'habitude de prendre des coups, en cela, elle ressemble déjà à sa maman.
 

des mondes parallèles

Lorsqu'en 1990, j'ai voulu parler aux enfants des rues de Caracas, ma nièce, qui était alors une petite fille, s'est aussitôt indigné et m'a expliqué qu'il ne faut pas parler avec eux. Pourquoi ? Parce qu' il ne faut pas ! C'est comme s'il y avait des mondes parallèles et que des murs nous séparaient.

Pendant que nos enfants rentrent de l'école avec leur goûter et jouent dans leur chambre jusqu'au souper, les enfants roms eux, font la manche toute la journée, par tous les temps, ils fouillent nos poubelles et retrouvent leur famille dans des caravanes pourries au milieu des rats, ils seront régulièrement délogés par la police. Pourtant, Sorin, Stéfan, Denisa et Sorina, par leurs sourires d’enfants, m’enseignent la beauté des rencontres, l’espoir d'un monde plus fraternel.

 

 

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Tous les vendredis à 17h28

"Contemplation" : parce qu’on a envie de protéger ce qui est beau, quatre chroniqueurs se relaient pour livrer leur regard contemplatif sur la nature, sur l’homme, sur les relations des hommes avec la nature et entre eux. Ils proposent en alternance un billet ancré dans leur expérience personnelle de contemplation du monde. - Christine Simon, auteure du livre "Par les rues - Vagabondages à Lille" (éd. L'Harmattan, 2016) et du blog Par rues et par vies - François Mandil, écologiste, auteur du blog Les racines du Ciel - Éric de Kermel, directeur de la rédaction de Terre sauvage et écrivain - Sœur Anne, moniale cistercienne de l'abbaye Sainte-Marie de Boulaur "Contemplation" est une chronique de l'émission Commune Planète, l'émission de RCF sur l'écologie

Le présentateur

Christine Simon

Chroniqueuse sur RCF, Christine Simon est l'auteure du livre "Par les rues - Vagabondages à Lille" (éd. L'Harmattan, 2016) et du blog Par rues et par vies.