Didier Roche, entrepreneur "dans le noir"

Présentée par

S'abonner à l'émission

Visages

mercredi 7 mars à 17h03

Durée émission : 55 min

Didier Roche, entrepreneur "dans le noir"

© DR - Didier Roche : "La cécité induit chez moi le fait de développer les autres sens pour appréhender l'environnement, plus audio, plus tactile, plus gustatif, plus olfactif"

Didier Roche est de ceux qui ont imaginé les dîners "Dans le noir ?". Non pas pour faire l'expérience de la cécité mais pour questionner nos sens. Et aussi notre rapports aux autres.

À Paris, Londres, Barcelone ou Saint-Pétersbourg, on peut désormais dîner le noir. Non pas pour faire l'expérience de la cécité mais pour questionner nos sens. Et aussi nos rapports sociaux. Parle-t-on aux autres de la même façon si on ne sait pas à quoi ils ressemblent ? L'un de ceux qui ont imaginé ces dîners Dans le noir ? et aussi les spas - le premier spa Dans le Noir ? a été lancé à Paris - Didier Roche, est aveugle, ce qui ne l'a pas empêché de devenir entrepreneur et le co-fondateur du groupe Ethik Investment

 

"Quand on ne voit pas, on a la chance de pouvoir solliciter l'accompagnement d'autrui et c'est beaucoup d'humanité finalement !"

 

Pourquoi dans le noir ?

Quand on dîne dans l'obscurité, "l'aliment ne peut plus se cacher derrière sa couleur ou son positionnement dans l'assiette". Aussi, ce que Didier Roche, avec Fabrice Roszczka et Édouard de Broglie, a voulu proposer aux clients des restaurants "Dans le noir ?" c'est d'abord de s'étonner de nos sens. Et si notre vue conditionnait notre odorat et notre goût? Et est-ce qu'elle ne conditionnerait pas non plus nos relations amicales ? Quand on est dans le noir absolu, on est bien obligé de discuter avec son voisin, sans se fier à ce que son apparence physique dit ou pas de lui.

"Ce sont des aveugles qui vont vous aider à aller vers votre table, là où dans la rue c'est nous qui allons nous aider à traverser." Les spas et les restaurants "Dans le noir ?" inversent les rôles, non pas pour vous faire faire l'expérience d'être aveugle, mais pour "pouvoir porter sa confiance dans des personnes qui a priori ne sont pas légitimes à quelque chose", explique Didier Roche. "Pour une fois, dans le noir, c'est l'aveugle qui devient votre guide."

 



 

Ce que l'on ne voit pas, ce que l'on perçoit

Un jour, raconte Didier Roche, il marchait en compagnie d'un professeur de Conservatoire - "Quand on ne voit pas, on a la chance de pouvoir solliciter l'accompagnement d'autrui et c'est beaucoup d'humanité finalement !" - un professeur de conservatoire, donc, qui s'est mis à décrire un paysage de montagne à l'un de ses élèves aveugle. "Il lui a parlé des clochers au loin, des vaches au loin..." Et une fois cette description faite, le jeune élève lui a fait remarquer l'oiseau à un mètre derrière lui, le grillon à ses pieds... "La personne voyante n'avait pas perçu l'immédiateté du paysage, elle se focalisait là où son regard l'emmenait."

C'est un peu comme ça que Didier Roche vit sa cécité. "Elle induit chez moi le fait de développer les autres sens pour appréhender l'environnement, plus audio, plus tactile, plus gustatif, plus olfactif." Il ne parle pas d'un sens ou d'un autre qui serait devenu plus performant mais de sens affûtés différemment. Et à force de "développer des compétences de compensation", c'est "un véritable univers sensoriel" qui s'ouvre à lui. "Que vous ne percevez pas", dit Didier Roche.

 



 

Didier Roche, "serial entrepreneur"

Devenu aveugle à l'âge de six ans, Didier Roche a "des souvenirs visuels". Mais "au fur et à mesure du temps, dit-il, finalement cette dimension visuelle revêt une importance de moins en moins évidente". En tout cas moins que lorsqu'il venait de perdre la vue. Son frère de quatre ans son aîné a pris une arme dans un garage pour jouer et sans savoir qu'elle était chargée, a tiré sur Didier. "C'est toute la famille qui a été extrêmement marquée par cela." Un véritable drame familial, les tentatives de suicide du père, la fragilité psychologique du frère, mort il y a sept ans, et qui n'a jamais réussi à dépasser sa culpabilité autrement que dans l'alcool et la drogue. "Je suis issu d'une famille ouvrière donc tout ce qui était psychologie, thérapie... ce n'était pas du tout des choses auxquelles on pouvair penser."

Didier Roche, pourtant, est devenu un battant, un "serial entrepreneur" même - comme indiqué sur son site internet. Et s'il doit sa force c'est à sa mère, dit-il. Un mère qui a vécu de sa famille et aussi l'angoisse de voir son jeune fils aveugle partir jouer avec ses amis sans savoir s'il n'allait pas lui arriver quelque chose de grave. Un fils handicapé qu'elle a "laissé vivre comme un enfant", témoigne Didier Roche. "Je ne sais plus qui disait que derrière chaque grand homme se cache une grande femme, derrière chaque petit homme comme moi aussi : et cette femme c'était ma maman qui m'a permis d'être ce que je suis aujourd'hui".

 

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 09h03 et 00h00

Chaque visage est unique, aussi l'émission Visages accueille-t-elle des hommes et des femmes d'une grande diversité : philosophes, personnes engagées dans le développement et dans l'action humanitaire, aventuriers, psychologues, écrivains... Tous partagent au moins un point commun : l'ouverture et le respect de l'autre dans sa différence. Thierry Lyonnet leur donne la parole pour une rencontre en profondeur.

Le présentateur

Thierry Lyonnet

Rédacteur en chef du Service « Foi et Culture », Thierry met son insatiable curiosité au service de RCF depuis 1990. Spiritualité, art, voyages, solidarité et surtout rencontres, qu’il aime partager avec les auditeurs. Depuis l’enfance, il est fasciné par la richesse de la différence…et cette fascination ne cesse de croître!