[DOSSIER] Avec un handicap, passionnément vivants

Du 12 au 15 septembre 2016, Lourdes accueillait la première rencontre nationale de la pastorale catholique des personnes handicapées. 750 personnes étaient présentes pour méditer le thème "Avec un handicap, passionnément vivants!".

Cette rencontre nationale avait pour but de favoriser les rencontres. Et aussi de faire entendre à l'Eglise que les personnes handicapées sont des baptisés à part entière et ont toute leur place au sein des paroisses et des communautés ecclésiales.

"Vous avez dit fragile?" a installé ses studios au cœur de l'événement pour que soit entendue sur les ondes ces paroles d'espérance et de fraternité.

 

logo_pf_2013.jpgRendez-vous mensuel, réalisé en partenariat avec l'association Participation et Fraternité,  "Vous avez dit fragile?" donne la parole aux personnes isolées, en situation de précarité, malades... Des personnes que la vie a fragilisées. Parce que la parole des personnes fragiles doit être entendue, RCF et l'association Participation et Fraternité veulent faire entendre sur les ondes l'espérance que redonne la joie d'être ensemble.Chaque mois, les personnes qui participent à l'émission se réunissent deux ou trois fois dans les semaines qui précèdent la séance d'enregistrement. Le concept de l'émission est porté par la conviction que c'est dans la rencontre que l'on partage, et que pour bien se rencontrer il faut passer du temps ensemble.

RCF remercie l’Association Georges Hourdin, partenaire de Vous avez dit fragile?

Jonathan Lorch, l'espoir malgré le handicap

Jonathan Lorch, l'espoir malgré le handicap

Jonathan Lorch a le mental d'un sportif de haut niveau et le goût des autres. Au micro d'Anne Kerléo il confie son espérance pour tous ceux qui, comme lui, ont un handicap.

"Chaque être humain, avec un handicap ou non, a sa propre valeur." Jonathan Lorch évoque sans difficulté ni détour le handicap. S'il a connu des échecs et des difficultés, il ne s'est jamais senti "bloqué" dans son infirmité. Une force qui lui vient probablement du sport. Le jeune homme, infirme moteur-cérébral (IMC), est un ancien athlète de haut niveau en haltérophilie handisport. Au moment où Anne Kerléo l'a rencontré, il aurait pu être à Rio aux Jeux paralympiques. Même si souligne humblement: "Je ne sais pas si j'aurais été sélectionné."

"Chaque personne en situation de handicap devrait avoir la clé pour se débloquer, pour pouvoir s'ouvrir, sortir, être dans ce monde qui est différent. Mais je crois qu'on est tous dans ce monde-là." Sa clé à lui c'est le sport qui la lui a donnée. Grâce à un kinésithérapeute, il a découvert l'haltérophilie. "Le sport est quelque chose de très valorisant, confie-t-il, il m'a permis de m'ourvrir à beaucoup de choses, même au niveau social". Cette expérience-là d'ouverture au monde et aux autres malgré le handicap, le sportif la cultive à travers les rencontres. Engagé dans la vie de son diocèse à Strasboug, il suit son envie de donner "une lueur d'espoir" aux personnes en situation de handicap. Et aux autres...

00:00

00:00

RENCONTRE | Avec un handicap, passionnément vivants!

RENCONTRE | Avec un handicap, passionnément vivants!

Les personnes handicapées, baptisées à part entière, ont toute leur place dans l’Église et la société. Les invités d'Anne Kerléo et de Sr Elisabeth Drzewiecki, en témoignent sur RCF.

"Etre passionnément vivant, c'est réussir à faire des activités malgré le handicap et savoir que ce que j'ai envie de faire est possible." Ce sont les mots de Cyprien, 29 ans, qui malgré sa cécité pratique le ski et a vécu une année Erasmus. Comme lui, les invités d'Anne Kerléo et de Sr Elisabeth Drzewiecki temoignent du sentiment d'être "vivant" qui les habite. Une rencontre exceptionnelle, à l'occasion de la première rencontre nationale de personnes en situations diverses de handicap, du 12 au 15 septembre 2016, à Lourdes.
 


© Sr Elisabeth Drzewiecki / Participation et Fraternité

 

Etre vivant "malgré toutes les misères que l'on peut avoir", selon les mots de Dominique, futur diacre du diocèse de Lille. Etre handicapé c'est subir "la peur, la pitié, la moquerie et l'indifférence": des sentiments "qui abiment", face auxquels il faut rester vivant. Pour Dominique, c'est finalement ce regard qui lui a donné l'"envie de vivre encore plus". Maître de conférence, il a accueilli des étudiants handicapés dans les formations universitaires dont il était responsable. Ce qu'il souhaite transmettre: "C'est un bonheur de vivre."
 

"Vous les handicapés vous allez changer le monde. Vous allez faire comprendre à la société quelle est la solution à toutes les difficultés que nous traversons. Et cette solution c'est d'apporter de la considération aux plus fragiles, aux très fragiles. C'est à vous de montrer aux autres ce chemin-là."
Philippe Pozzo di Borgo

 

A Lourdes, Philippe Pozzo Di Borgo a lancé un appel fort aux personnes handicapées, les invitant à s'engager pour éveiller les consciences. "Il faut qu'on intervienne de plus en plus dans la société", admet Dominique. Agir également au niveau de l'Eglise: "Rendons notre Eglise aux handicapés aussi!"
Mais l'appel du vrai héros du film "Intouchables" s'adresse bien sûr aux personnes valides aussi, comme l'exprime Jonathan.
 

© Sr Elisabeth Drzewiecki / Participation et Fraternité

 

 

 

Emission enregistrée en septembre 2016.

logo_pf_2013.jpgRendez-vous mensuel, réalisé en partenariat avec l'association Participation et Fraternité,  "Vous avez dit fragile?" donne la parole aux personnes isolées, en situation de précarité, malades... Des personnes que la vie a fragilisées. Parce que la parole des personnes fragiles doit être entendue, RCF et l'association Participation et Fraternité veulent faire entendre sur les ondes l'espérance que redonne la joie d'être ensemble.Chaque mois, les personnes qui participent à l'émission se réunissent deux ou trois fois dans les semaines qui précèdent la séance d'enregistrement. Le concept de l'émission est porté par la conviction que c'est dans la rencontre que l'on partage, et que pour bien se rencontrer il faut passer du temps ensemble.
 

 

Mgr Michel Aupetit: "les personnes handicapées ont quelque chose à dire à l'Eglise"

Mgr Michel Aupetit: "les personnes handicapées ont quelque chose à dire à l'Eglise"

Pour le responsable de la pastorale de la santé au sein de la Conférence des Evêques de France, les personnes handicapées ont une voix à porter au sein de l'Eglise.

Mardi dernier s'est ouverte à Lourdes la première rencontre nationale de la pastorale des personnes handicapées. Une rencontre qui a pour thème "Avec un handicap, passionnément vivants". Une manière pour les personnes handicapées engagées dans l'Eglise de faire entendre leur voix sur leur motivation, leurs aspirations, leurs difficultés également.

Une rencontre qui suit celle qui s'est tenu il y a un an à Nîmes, qui avait rassemblé une petite trentaine de personnes porteuses de handicaps divers, engagées dans l'Eglise ou dans la société. Une rencontre riche d'enseignements et de témoignages qui a conduit la pastorale de la santé à réfléchir à un rassemblement plus important, qui se concrétise actuellement, à Lourdes.

C'est cette pastorale de la santé que dirige Mgr Michel Aupetit. L'évêque de Nanterre est donc présent actuellement à Lourdes. Il répond aux questions d'Anne Kerléo. Pour lui, "il y a eu des progrès de faits. Mais il faut aider les chrétiens à avoir un regard bienveillant et positif. Mais il ne suffit pas de laisser une place aux personnes handicapées lors des célébrations. Il faut également leur donner leur place dans des lieux de décisions comme par exemple lors des conseils pastoraux."

Mgr Aupetit ajoute que "ces personnes-là nous apprennent quelque chose. C’est un monde où l’on ne peut pas tricher. On ne peut pas être dans l’apparence. Cela nous oblige à changer de regard. Les personnes handicapées nous humanisent. Et vu ce qu’elles vivent, elles nous montrent un chemin qui est celui qu’a pris le Christ."

L’évêque de Nanterre veut toutefois relativiser sur l’intégration de ces personnes dans l’Eglise. "Il y a toujours du boulot mais des progrès ont été faits. Peu à peu, on leur a fait une place, peut-être grâce à des initiatives comme l’Arche ou comme Foi et Lumière. Le regard change et j’ai l’impression que nous sommes en train de progresser" conclut-il.

00:00

00:00

 

Sur le même thème :