[DOSSIER] La fraternité, ça se partage

© Fraternité Saint-Martin de Tours / Le rayonnement de saint Martin

En partenariat avec Participation et Fraternité, RCF consacre sa soirée du mardi 22 mars à la fraternité. Témoignages.

Créée le 11 novembre 2013 par Mgr Bernard-Nicolas Aubertin, à la suite de Diaconia 2013, la mission de la Fraternité Saint-Martin est au cœur de celle du diocèse. Ses membres vivent de la spiritualité de saint Martin de Tours. Le groupe partage la conviction que la parole et la présence des plus pauvres sont précieuses.

 
Les personnes qui vivent la souffrance de l’exclusion, du rejet, de la maladie, de la précarité, sont celles qui peuvent le mieux en parler. Elles ont quelque chose à dire de leur expérience humaine et spirituelle. Elles ont un regard sur Dieu et sur Jésus qu’elles nous font découvrir.

 

Leur témoignage de foi est indispensable : il n’y a pas d’Eglise de Jésus-Christ sans l’accueil de ce témoignage. La Bonne Nouvelle est annoncée aux pauvres, mais elle doit aussi être annoncée par les pauvres.

 

> En 2015-2016, le diocèse de Tours célèbre le 1700è anniversaire de la naissance de saint Martin

 

logo_pf_2013.jpgRendez-vous mensuel, réalisé en partenariat avec l'association Participation et Fraternité,  "Vous avez dit fragile?" donne la parole aux personnes isolées, en situation de précarité, malades... Des personnes que la vie a fragilisées. Parce que la parole des personnes fragiles doit être entendue, RCF et l'association Participation et Fraternité veulent faire entendre sur les ondes l'espérance que redonne la joie d'être ensemble.Chaque mois, les personnes qui participent à l'émission se réunissent deux ou trois fois dans les semaines qui précèdent la séance d'enregistrement. Le concept de l'émission est porté par la conviction que c'est dans la rencontre que l'on partage, et que pour bien se rencontrer il faut passer du temps ensemble.
RCF remercie l’Association Georges Hourdin, partenaire de Vous avez dit fragile?

La fraternité, c'est gagner la confiance les uns des autres

La fraternité, c'est gagner la confiance les uns des autres

Pour Brigitte Bécard il y a dans la fraternité l'idée de grandir ensemble, les uns par les autres. Elle répond à Charlotte Bonnet.

Dans la pensée chrétienne, les êtres humains sont tous frères car enfants d'un même Père. Pour Brigitte Bécard, déléguée épiscopale à la Solidarité pour le diocèse de Tours, la fraternité c'est, de façon très concrète, grandir les uns par les autres: "chercher dans la somme des difficultés, des souffrances, des fragilités de tous, la pépite que l'on va aider à faire briller."

A la suite de l'initiative Diaconia 2013, Mgr Bernard-Nicolas Aubertin a fondé la Fraternité Saint-Martin. Un groupe ouvert à tous qui accueille des personnes en souffrance ou en fragilité. Avec comme mot d'ordre, la bienveillance, c'est-à-dire être attentif les uns aux autres pour arriver à rompre l'isolement où se trouvent certains. Brigitte Bécard est membre à part entière de ce groupe, qu'elle a contribué à créer. Elle qui était auparavant engagée au Secours catholique a une longue expérience de l'accompagnement auprès de personnes fragiles.

"Gagner la confiance les uns des autres, c'est ce qui est le plus difficile mais ce qui est le plus beau." A la Fraternité Saint-Martin, la confiance se gagne dans un climat familial, grâce à cette attention portée à l'autre qui grandit peu à peu. Les membres du groupe se réunissent une fois par mois. Des rencontres préparées par une coordinatrice salariée à mi-temps. Elle a pour mission de mettre au point méthodes pédagogiques pour aider à se rencontrer. Car comme l'explique Brigitte Bécard, "il faut une certaine pédagogie pour apprendre à se connaître."

00:00

00:00

La fraternité, c'est le coeur qui parle

La fraternité, c'est le coeur qui parle

Fidèle de la Fraternité Saint-Martin, Anne-Marie vit ces rencontres "comme une eucharistie". Elle se confie à Charlotte Bonnet.

Anne-Marie est membre de la Fraternité Saint-Martin. Fidèle depuis deux, elle n'a manqué aucune des rencontres. Et pourtant au début elle ne désirait pas s'engager. Ce qui l'a convaincue c'est de retrouver certaines personnes rencontrées lors du rassemblement Diaconia 2013. Et aussi la conviction que des fraternités vont émerger dans tout le diocèse...

"La fraternité c'est la rencontre, avec le coeur qui parle." A écouter Anne-Marie on devine la profondeur des échanges et la bienveillance qui règne au coeur de la Fraternité Saint-Martin. Il est difficile de décrire ces rencontres, tant elles sont sont simples et profondes à la fois. Pour Anne-Marie, c'est "comme une eucharistie". Elle explique: "pour moi l'eucharistie c'est rendre grâce ; je rends grâce chaque fois que ces personnes en situation de précarité s'expriment, c'est le coeur qui parle".

00:00

00:00

Etre le plus accueillant possible

Etre le plus accueillant possible

"Que chacun ait sa place." Emmanuelle Chailleux organise les rencontres mensuelles de la Fraternité Saint-Martin. Elle répond à Charlotte Bonnet.

Son métier c'est de tisser des liens de fraternité. Emmanuelle Chailleux est responsable de la Fraternité Saint-Martin depuis presque deux ans, puisqu'elle en est la coordinatrice. Inviter les participants, organiser des journées diocésaines, relayer des informations, mettre en liens les uns et les autres... La jeune femme s'y consacre depuis Tours, mais l'objectif est de développer d'autres petits groupes un peu partout dans le diocèse.

Les rencontres sont mensuelles, durent une journée et sont ouvertes à tous. Une grande souplesse permet d'être le plus "accueillant possible". Et pour aider les uns et les autres à se sentir à l'aise la coordinatrice fait appel à des "brise-glaces", des activités qui aident à se rencontrer.

"On est complètement inspirés par saint Martin, son attention aux plus petits." Parmi les missions d'Emmanuelle Chailleux, faire que chacun trouve "chaleur humaine et bienveillance". Et aussi la possibilité de parler, de se faire entendre. "Ce n'est pas toujours évident quand on est un petit dans la société de prendre la parole", explique la jeune femme. Qui résume ainsi la fraternité: bienveillance et disponibilité.

00:00

00:00

La fraternité ça se partage!

La fraternité ça se partage!

Dans le sillage de leur saint-patron, les membres de la fraternité Saint-Martin de Tours vivent la rencontre, le partage et la joie de la fraternité.

La Fraternité Saint-Martin est de ces lieux où la foi compte et où l'on vit une réelle ouverture à l'autre et au monde. Né dans le sillage de Diaconia 2013, le groupe se réunit une fois par mois et se nourrit de la spiritualité de saint Martin de Tours, dont on fête cette année les 1700 ans.

Réunis dans la salle des mariages de l'Hôtel de ville, les membres de la Fraternité Saint-Martin ont accepté de témoigner en public et sur RCF. Parmi eux Fabiola, Valentine et Pavel, dont les témoignages montrent à quel point la fraternité peut transformer des vies.

 


Au micro d'Anne Kerléo: Fabiola, Valentine et Pavel

 

Un endroit "pour prier et se faire du bien!". Fabiola vit à Tours depuis 25 ans. Pour elle, la Fraternité Saint-Martin est tout sauf "bisounours", c'est un espace où l'on ne reste pas dans la "misère du coeur". Originaire de l'île de La Réunion, elle confie avoir "grandi". Le public l'applaudit quand elle confie: "c'est vraiment une belle vie, je suis fère d'être dans la fraternité, de savoir que je suis aimée, qu'ils sont là pour moi, pour nous aider".

 

 

C'est en tant que catéchumène que Pavel, d'origine congolaise, a participé à Diaconia. La Fraternité Saint-Martin lui a notamment permis de venir à bout de sa timidité. Aujourd'hui Pavel fait partie d'une équipe liturgique et lit des lectures à la messe.

 

 

Quand Valentine est venue en France, elle était "comme une aveugle, sans famille, sans parents, sans avenir". Originaire de Centrafrique, elle confie être sortie de son isolement grâce à la Fraternité Saint-Martin, qui l'a aidée à obtenir son premier emploi et à trouver une formation.

 

 

Rendez-vous mensuel, Vous avez dit fragile? donne la parole aux personnes isolées, en situation de précarité, malades... Des personnes que la vie a fragilisées.

Parce que la parole des personnes fragiles doit être entendue, RCF et l'association Participation et Fraternité veulent faire entendre sur les ondes l'espérance que redonne la joie d'être ensemble. Chaque mois, les personnes qui participent à l'émission se réunissent deux ou trois fois dans les semaines qui précèdent la séance d'enregistrement. Le concept de l'émission est porté par la conviction que c'est dans la rencontre que l'on partage, et que pour bien se rencontrer il faut passer du temps ensemble.

  RCF remercie l’Association Georges Hourdin, partenaire de Vous avez dit fragile?

Emission réalisée en mars 2016

Sur le même thème :