[Dossier] Noël avec ceux qui ont besoin d'espérance

Ils sont laïcs, prêtres ou religieux. La fête de Noël c'est le moment pour eux de se montrer solidaire avec ceux qui travaillent, ceux qui sont malades, ceux qui n'ont pas de toit... RCF leur consacre un dossier.

Noël aux côtés des malades

Comme beaucoup d'aumôniers d'hôpitaux - prêtres, religieux ou laïcs - Patricia Duhot passe le jour de Noël aux côtés des malades et des personnes âgées. Elle répond à Pauline de Torsiac.

"Le jour de Noël, je suis toute la matinée à l’hôpital pour porter la communion aux personnes qui le désirent." Patricia Duhot est aumônier d'hôpital dans le secteur d'Aix-en-Provence. Chaque année, au matin de Noël elle constate que la fête est vécue comme quelque chose de difficile pour certains: "Beaucoup n’ont pas envie de fêter Noël."

En tant qu'aumônier d'hôpital, Laetitia Duhot ne cherche pas à "imposer Noël" mais plutôt à veiller auprès de ceux qui "ont envie d'une présence". "On s’adapte à chaque personne en fonction de ce qu’elle croit, de ce qu’elle est, même si on essaie d’apporter un peu d’espérance."

Ce qui le guide dans sa mission, la lecture des Evangiles, "pour voir ce que faisait le Christ". Laetitia Duhot s'inspire de la "simplicité" avec laquelle Jésus "apportait une parole d’amour, de tendresse". "La parole ou la présence qu’on aura eu auprès d’une personne fait son chemin, ensuite ça ne nous appartient plus."

Noël auprès des policiers

Les gendarmes ou policiers mobilisés le soir de Noël recevront s'ils le souhaitent la visite d’un aumônier. Explications du P. Noël Choux, aumônier national de Police et Humanisme.

Les soldats, policiers ou gendarmes sont nombreux à travailler le soir de Noël pour assurer la sécurité des Français. "Ces hommes et ces femmes sont des veilleurs, explique le Père Noël Choux, comme les bergers au moment de Noël. Ils ont été les premiers à rencontrer le fils de Dieu."

Aumônier national de l'assocation Police et Humanisme, le P. Noël Choux sera présent auprès des policiers mobilisés au moment de Noël. Les policiers exercent selon lui un travail difficile: "Ils sont confrontés à ce qui est le plus noir chez l’homme." Sa mission: les aider à puiser une espérance dans l'Evangile.

Noël avec les chrétiens d'Alep et du Caire

Maintenir une espérance. Dans les villes endeuillées, à Alep et au Caire, les chrétiens se préparent à fêter Noël dans la tristesse mais avec courage.

Beaucoup de chrétiens sont partis d'Alep, pour fuir les bombardements. "Ceux qui sont restés ont continué à vivre durant toutes ces années sous les bombes", explique Vincent Gelot. Envoyé spécial à Alep pour L'Œuvre d'Orient, il se dit "admiratif de leur courage". C’est dans une ville en ruines, méconnaissable après quatre années de guerre, que les chrétiens d’Alep s’apprêtent à célébrer Noël.

La renaissance malgré des conditions de vie précaires. "Dans les jours qui précèdent Noël, on voit des sapins un peu partout, il y a des crèches mais je crois que les gens sont focalisés sur leurs besoins quotidiens." Pour Vincent Gelot, les habitants d’Alep "étaient dans une logique de survie ces derniers mois".

En Egypte, au Caire, "l’atmosphère n’est pas très joyeuse" après l’attentat qui a endeuillé la communauté copte orthodoxe le 11 décembre 2016. Le père Rafic Greiche, directeur du bureau de presse de l’Eglise catholique en Egypte, témoigne: "L’Eglise catholique est vraiment solidaire avec les coptes orthodoxes." Cette année, il n'y aura pas de festivités mais les célébrations liturgiques sont maintenues le 24 au soir et le 25 au matin. "Nous essayons de porter une espérance dans cette période de Noël."

Les dossiers RCF