"La Table de Cana", un traiteur gourmand et engagé

Présentée par PR-21922

S'abonner à l'émission

La chronique Économie

jeudi 25 juin à 7h20

Durée émission : 3 min

"La Table de Cana", un traiteur gourmand et engagé

© RCF - Vincent de Féligonde

Devant la demande croissante d’aide alimentaire, La Table de Cana, traiteur qui emploie des salariés en insertion, a lancé un nouveau projet, "Un don, Deux solidarités".

00:00

00:00

Il s’agit d’une entreprise d’insertion que vous connaissez peut-être, La Table de Cana, qui a lancé en avril dernier, quelques semaines après le début du confinement un nouveau projet, intitulé "Un don, Deux solidarités".

Le point de départ était préoccupant : avec le confinement, les cuisines et lieux de restauration des personnes les plus démunies avaient fermé, ce qui les plaçait dans une grave situation de détresse sociale et alimentaire. Et les salariés en insertion de La Table de Cana, qui exercent habituellement un service de traiteur pour des buffets ou des cocktails haut de gamme n’avaient plus de travail, ce qui les fragilisait aussi.

L’idée a été de sortir par le haut en proposant aux seconds de confectionner des paniers repas qui ont été distribués aux premiers par l’intermédiaire d’institutions locales comme Les Restos du cœur, à Montpellier et Villeurbanne, et L'Armée du Salut à Paris. Les uns avaient du travail et les autres de quoi manger. Depuis avril, près de 100.000 paniers ont ainsi été distribués.

Le programme s’appelle "Un don, Deux solidarités" parce chaque panier coûte environ 7 euros. Et qu’évidemment, La Table de Cana, qui n’avait plus de recettes puisque son activité habituelle avait été réduite à zéro, a dû trouver des dons pour financer cette double solidarité. Fonreal, la branche de la Fondation de France centrée sur l’aide alimentaire d’urgence, qui a été l’initiatrice du programme, est un grand donateur, tout comme la fondation Caritas. D’autres fondations ont également contribué, mais chacun peut contribuer. 
 
Mais avec la crise économique, la demande d’aide alimentaire de la part de personnes qui ont perdu du jour au lendemain leur petit boulot précaire augmente sans cesse - on le voit bien dans les queues des centres de distribution de nourriture. Et elle va perdurer, si bien que la direction de La Table de Cana se dit qu’elle va continuer dans cette nouvelle activité.

La Table de Cana, c’est quoi ? Ce "traiteur gourmand et engagé", comme il le revendique, a été fondé par un jésuite, Frank Chaigneau, en 1985, quand sont apparus ceux qu’on appelait les "nouveaux pauvres". Il vise avant tout l’insertion de personnes en précarité professionnelle à travers un accompagnement tant professionnel que social. Le but premier est la transmission d’un savoir-faire dans plus de dix métiers de domaines variés : cuisine, pâtisserie, logistique, secrétariat ou comptabilité par exemple. Avec un encadrant technique pour deux personnes en insertion, les salariés sont formés efficacement. Deux sur trois trouvent un emploi long terme ou s’engagent dans une formation complémentaire en sortant des deux ans passés chez La Table de Cana.

 

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Le jeudi à 7h20

Avec Vincent de Féligonde, l'actualité économique expliquée chaque jeudi.

Le présentateur

Vincent de Féligonde

Vincent de Féligonde est chef du service économique et social de La Croix. Il y a débuté sa carrière, puis a été correspondant des Echos en Allemagne, chef du service web, avant de revenir à La Croix pour en diriger les services international, puis économique. Sa passion : rendre intelligibles les grandes évolutions de l’économie @VdeFeligonde