Les sens de la danse: ouvrir la danse aux malvoyants

Présentée par UAB-8673

S'abonner à l'émission

Contre courant

lundi 27 avril à 12h30

Durée émission : 25 min

Les sens de la danse: ouvrir la danse aux malvoyants

© Les Sens de la Danse/Equinoxe

Ouvrir à la danse des jeunes malvoyants c'est appréhender le mouvement de façon différente, plus intérieure. Reportage à Châteauroux par Bénédicte Buisson.

ÉPIDÉMIE DE CORONAVIRUS : LES REDIFFUSIONS DE RCF - Dans le contexte d'épidémie de coronavirus, les équipes RCF se mobilisent pour vous informer, vous accompagner et permettre à tous de rester en communion par la prière. Durant cette période de confinement, RCF vous propose de réentendre des émissions pour vous évader et vous aérer.
> En savoir plus

 

A Châteauroux, huit personnes préparent "Les sens de la danse". Un spectacle de danse contemporaine porté par de jeunes danseurs dont certains sont malvoyants. Une création artistique originale, où le handicap n'est plus une contrainte mais un support de création. Et où on apprend à se connaître.
 

ressentir le mouvement

Danser, quand on est déficient visuel, qu'est-ce que ça change? Pour Jérôme Piatka, le ressenti, "primordial dans le mouvement", n'est pas le même. Chorégraphe, ancien danseur du ballet de l'Opéra de Lyon, il forme les jeunes danseurs de l'atelier. "Si je leur dit juste de lever le bras ça n'a pas vraiment de sens. Je vais devoir leur dire: le bras devient un peu plus léger, s'élève et finit par tirer très fort sur l'avant et le poids du corps se répartit différemment, le talon s'allège... S'ils avaient vu sans déficience, j'aurais levé le bras, ils auraient fait pareil, mais ils auraient pas eu la sensation nécessaire pour avoir une certaine légèreté.
 

 

"Les sens de la danse" est un projet de pièce chorégraphique contemporaine, imaginée par Jérôme Piatka. Fortement marqué par l'interprétation d'une pièce de Boris Charmatz "Otomo", où la vue était altérée par un costume, il a voulu poursuivre une exploration du mouvement rendu "plus intérieur" et moins dans le mimétisme. Le projet a été proposé aux jeunes déficients visuels que le dispositif Arc en Ciel accompagne. Pour la monitrice-éducatrice Delphine Mouchet, l'intérêt est de "sortir nos jeunes dans un autre contexte, de les ouvrir à la culture et à l'expression corporelle". Sur six, cinq ont accepté, ils en sont à leur 4è atelier.
 


©Les Sens de la Danse/Equinoxe

 

Le handicap devient support de création artistique

Tamiser les lumières pour une jeune danseuse fortement sensible à la luminosité. Adapter le tempo de la musique aux mouvements incessants de l'œil d'un autre danseur. Le chorégraphe Jérôme Piatka a voulu faire du handicap "un vrai support" pour la création. "Leur déficience est le pivot de la danse, de la scénographie et de la musique."
 

Apprendre à se connaître

Les danseurs sont âgés de 8 à 50 ans. Parmi eux, trois danseuses aguerries comme Patricia. Elle apprécie la réciprocité de la rencontre qu'encouragent les ateliers. "Plus on se connaît plus on fait des choses intéressantes dans le mouvement et dans la chorégraphie." Le spectacle est prévu le 1er juin 2017.
 

 

Reportage réalisé en décembre 2016

 

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 13h30

Des reportages hebdomadaires qui ouvrent une fenêtre sur le monde en partant à la rencontre d'hommes et de femmes d'ici et d'ailleurs.

Le présentateur

Bénédicte Buisson