Une étude sur la pollution et la propagation du coronavirus

Présentée par

S'abonner à l'émission

Maison commune

mercredi 25 mars à 12h24

Durée émission : 3 min

Maison commune

Une étude de la Société italienne de médecine environnementale - des médecins qui ont travaillé avec les universités de Bari et de Bologne - vient de mettre en parallèle les nouveaux cas de contagion au coronavirus / avec les dépassements des limites légales de concentration de particules fines.

Cela expliquerais la forte contagion en Italie du Nord ? 
                                                                                                 
                         
 Sans doute !  Attention cela n’a pas encore été validé par la communauté scientifique ;  néanmoins les particules sont connues pour fonctionner comme support, vecteur ou transporteur, pour de nombreux contaminants chimiques et biologiques, en cela y compris les virus.
Les virus s’agrègent, se collent aux particules atmosphériques et celles-ci, qui sont composées de particules solides ou liquides, sont capables de rester dans l’atmosphère pendant des heures, des jours voire des semaines et peuvent se propager sur de longues distances.
                                                                                                                             
Mais la corrélation entre la pollution et l’état de santé ce n’est pas nouveau.
                                                                                                                             
Tout à fait, la pollution augmente les risques d’accident vasculaire, de cancer du poumon, de cardiopathies ou de maladies respiratoires, les rhinites et cela entraine un dysfonctionnement du système immunitaire. 
Sur notre région, l'organisme de surveillance de la qualité de l’air sur la région,  c'est Air Pays de la Loire, qui donnera d'ailleurs prochainement son avis sur l’étude italienne.
En Maine et Loire Air Pays de la Loire dispose de trois capteurs pour mesurer la pollution moyenne : un à Cholet et deux à Angers, l’un au jardin des Beaux-Arts, l’autre rue des Appentis à La Roseraie. D’ici quelque semaines, elle va installer un capteur « trafic », pour enregistrer la pollution sur les axes de forte circulation. il sera installé boulevard du Roi René. 

La baisse du trafic automobile fait baisser la pollution,  mais y a t il d’autres facteurs ? 

Oui la baisse de la production industrielle fait chuter aussi les émissions de particules fines en temps de confinement mais sinon la météo également : le beau temps du régime anticyclonique fait stationner les particules fines dans l’atmosphère alors qu’un régime dépressionnaire, le vent et la pluie vont les disperser et les dissoudre. 

Quels enseignements peut-on en tirer de l’étude italienne et en général des relations entre la pollution et la santé ? 
                                                                                                                        
D’abord, à court terme, c’est une raison supplémentaire de rester confiné. 
et 2. cela met en avant que la pollution est un autre ennemi invisible . 
Alors que  la crise du co-ro-na-virus nous montre une voie drastique, cela peut mieux nous faire admettre - et d’abord à nos élus - la nécessité de baisse de la circulation et de  restrictions de circulation là où il y a concentration, en centre-ville en particulier. 

Une bonne nouvelle dans tout cela aujourd’hui ? 
                                                                                                                              
Oui David c’est la baisse de la pollution sonore ! Le confinement dans nos communes et l’arrêt presque total des activités sur les voiries nous permet d’entendre les oiseaux et particulièrement le matin où ils sont particulièrement expressifs. Chaque espèce se relaie durant près de deux heures avant que le travail de nourriture ne les accaparent. 
Le rouge-queue noir est ainsi le plus matinal, qui entonne son chant 1h30 avant le lever du soleil, puis c’est 10 mn plus tard le rouge-gorge, cinq mn après le merle siffleur, puis le passereau, le coucou, la mésange, le pinçon, le moineau et l’étourneau sansonnet qui est le dernier à se mettre à chanter, dix mn après le lever du soleil ! Un réveil plus agréable que celui des moteurs ! 

Les dernières émissions