Alimentation: méfiance chez les jeunes consommateurs

S'abonner à l'émission

Génération Écolo

vendredi 21 février à 17h15

Durée émission : 2 min

Alimentation: méfiance chez les jeunes consommateurs

© Marie-Michèle Bouchard / Unsplash

Que sait-on vraiment de l'impact de notre alimentation sur notre santé - et la planète? Comme beaucoup de sa génération, Wéziza se dit sceptique sur les étiquettes des produits alimentaires.

"GÉNÉRATION ÉCOLO", UNE CHRONIQUE À RETROUVER DANS L'ÉMISSION "COMMUNE PLANÈTE" - Commune Planète, c'est la nouvelle émission d'écologie sur RCF. Un rendez-vous hebdomadaire proposé par Anne Kerléo à découvrir dès ce vendredi 10 janvier 2020.
> En savoir plus

 

La Chronique de Wéziza

On sait tous plus ou moins que l’agriculture intensive n’est pas bonne pour l’environnement. Ça fait même partie du programme de sciences de la vie et de la terre (SVT) de Première. De la façon la plus détendue, nous écoutons notre prof nous expliquer que l’agriculture intensive assèche et appauvrit les sols, que les engrais utilisés créent une bioaccumulation qui tue les animaux et influence également l’état de santé des Hommes. Mais bon, après avoir passé les évaluations, on oublie vite tous ces problèmes et on continue notre petite vie.

En France métropolitaine, l’agriculture, en émettant 18,9%, occupe la troisième place dans la répartition des gaz à effet de serre (d’après un rapport datant d’octobre 2019). Je me souviens avoir vu cette information dans la story Snapchat du Monde. J’ai l’impression que nous ne sommes pas assez informés sur les conséquences désastreuses de notre consommation alimentaire. Ou qu’on essaye de rendre très compliquées les informations sur ce qu’on achète, est-ce que c’est bio, sans conservateurs, avec du sucre ajouté, cultivé au Brésil ?

Moi je suis de plus en plus sceptique sur les étiquettes des produits et Yuka (une appli qui note les produits alimentaires et cosmétiques) est devenu mon meilleur ami. Et je n’ai même pas encore évoqué les emballages plastiques ! Bref, y’a de quoi être surpassé par la pléthore des informations disponibles.

Moi, j’ai de la chance : ma mère est diététicienne. En plus, mon père est diabétique donc on fait deux fois plus attention à ce que l’on mange. Et faire attention à ce que l’on mange, qu’est-ce que ça veut dire concrètement, comment t’y prends-tu pour être plus écolo dans ton alimentation ? J’y suis allée petit à petit : j’ai commencé par amener mes sacs recyclables pour faire les courses. À la maison, on essaye d’acheter local maintenant, ce qui implique que nous limitons notre consommation de fruits et légumes à ceux de saison.

J’ai également demandé que l’on mange moins de viande. Depuis, on a mis en place des jours végétariens dans la semaine. Il est sûr que ce n’est pas simple car cela demande de changer ses habitudes, de sortir de son confort, de potentiellement payer plus cher parce que sinon bien sûr ça ne serait pas assez compliqué. Mais pour finir sur une bonne note, je tiens à citer une parole pleine d’espoirs de Greta Thunberg : "J'ai appris qu'on n'est jamais trop petit pour faire une différence. Et si quelques enfants peuvent faire la une des journaux du monde entier rien qu'en ne fréquentant pas l'école, imaginez ce que nous pourrions tous faire ensemble si nous le voulions vraiment."

 

 

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Tous les vendredis à 17h15

Ils ont entre 17 et 19 ans, ils sont de la génération de Greta Thunberg. Certains s'identifient à elle, d'autres non, mais ils ont en commun la conscience d'avoir à devenir adultes dans un monde en crise et ils entendent bien ne pas rester spectateurs. Des lycéens de Terminale des filières agricoles de l'Institut de Genech (59) et des filières classiques du lycée Saint-Paul (à Lille) partagent leurs questions, leur regard et leurs convictions sur la transition écologique. "Génération Écolo" est une chronique de l'émission Commune Planète, l'émission de RCF sur l'écologie