Contre le gaspillage alimentaire, la vie sans frigo de Marie Cochard

Présentée par

S'abonner à l'émission

À votre service

samedi 30 décembre 2017 à 1h00

Durée émission : 55 min

Contre le gaspillage alimentaire, la vie sans frigo de Marie Cochard

© éditions Eyrolles - Marie Cochard est l'auteure de "Notre aventure sans frigo ou presque..."

Ça peut sembler paradoxal mais l'usage du réfrigérateur encourage le gaspillage alimentaire. Et si on tentait de s'en passer? Pour y aller pas à pas, quelques conseils de Marie Cochard.

99,6% des Français possèdent un réfrigérateur. Et si la conservation naturelle des aliments était un moyen d'éviter le gaspillage alimentaire? C'est ce qu'a voulu tester Marie Cochard, blogueuse pour La Cabane anti-gaspi. Après avoir écrit sur le "recyclage" des épluchures, elle signe "Notre aventure sans frigo ou presque..." (éd. Eyrolles).
 

L'entrée du réfrigérateur dans les foyers coïncide avec les débuts du gaspillage alimentaire

 

La vie sans frigo ne se fait pas du jour au lendemain

Son cheval de bataille, c'est la lutte contre le gaspillage alimentaire. Marie Cochard avait déjà écrit sur que faire de ses épluchures. Elle est donc une habituée de la remise en question de nos habitudes alimentaires, et notamment des courses en grande surface - ces lieux "aseptisés" qui nous font croire qu'on y gagne du temps: "Les Français passent trois heures par semaine en grande surface." Tout de même!

"C'est notre changement de mode de consommation qui a impacté notre mode de conservation", témoigne Marie Cochard. Avant de passer au sans frigo, elle et sa famille étaient locavores, c'est-à-dire qu'ils avaient déjà opté pour le circuit court. Acheter ses aliments auprès des petits producteurs locaux, c'est plein de vertus: "Ne plus aller en grande surface, acheter en circuit court, cueillir les aliments, d'une part vous vous reconnectez à la nature, d'autre part vous êtes en contact direct avec les producteurs qui vont échanger avec vous." Pour cela il existe les Amap, La Ruche qui dit oui, les marchés ou encore la cueillette.
 

 

Se passer de frigo, Un choix de vie exigeant et militant

Au départ, Marie Cochard voulait simplement au départ "tenter une expérience". Même si ce choix procède d'une vraie préoccupation vis-à-vis du gaspillage alimentaire et d'une réaction contre la culture du déchet. La journaliste explique d'ailleurs comment l'entrée du réfrigérateur dans les foyers coïncide avec les débuts du gaspillage alimentaire.

Se passer de frigo n'a pas été un choix économique, mais d'abord écologique. Elle précise que sa famille se fournit en énergie auprès d'Enercoop, "le seul fournisseur qui ne finance que des énergies renouvelables". Pour lequel son foyer "paie [son] électricité 20% plus cher que les Français".

 



 

Quels avantages à vivre sans frigo?

Cela fait presque un an que Marie cochard et sa famille ont vendu leur frigo. "Je ne fais pas l'apologie de la vie sans frigo", précise-t-elle. Dans son livre elle donne des trucs et astuces qu'elle-même a testés pour conserver autrement ses aliments.

Essayer de se passer de frigo, ou d'opter pour un modèle plus petit, c'est avant tout redécouvrir ce que l'on mange, cela implique de s'intéresser aux aliments. Certains peuvent se passer de réfrigération, d'autres non. Il est nécessaire d'y prêter attention et de ne pas tout de suite vendre son réfrigérateur. L'essentiel, c'est d'abord de retrouver du plaisir à cuisiner - il faut accepter d'y consacrer en moyenne 10 à 15 minutes avant chaque repas.  

Invités

  • Marie Cochard , journaliste

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 10h00 et 01h00

Informatique, santé, éducation, droit, jardinage: tous les matins, Vincent Belotti vous apporte des conseils pratiques pour mieux vivre au quotidien. Une émission interactive.Posez vos questions ou témoignez en direct pendant l’émission au 04 72 38 20 23* par mail à avotreservice@rcf.frVous pouvez aussi adresser un mail en vous rendant dans la rubrique "Nous contacter".(*appel non surtaxé)

Le présentateur

Bérengère Lou