Covid-19: vos questions sur l'épidémie, les réponses d'un médecin

Présentée par UA-117940

S'abonner à l'émission

Prenez soin de vous !

mardi 7 avril à 9h03

Durée émission : 55 min

Covid-19: vos questions sur l'épidémie, les réponses d'un médecin

© Pixabay

Alors que l'on vit confiné depuis 22 jours risque-t-on encore d'être contaminés ? Quels sont les symptômes du coronavirus ? Le Dr Rachida Inaoui-Rozé répond aux questions des auditeurs.

ÉPIDÉMIE DE CORONAVIRUS : VOUS AVEZ LA PAROLE - Pour répondre à vos questions, vous permettre de témoigner ou de proposer des initiatives solidaires, RCF accorde désormais une large place à la libre antenne : chaque matin, du lundi au vendredi, de 9h à 10h, avec PRENEZ SOIN DE VOUS, animée par Melchior Gormand en direct. Et chaque soir de 21h à 22h, CULTIVONS NOS LIENS, par Anne Kerléo, Véronique Alzieu et Bénédicte Draillard.
► Appelez le 04 72 38 20 23
► Écrivez à : emissionspeciale@rcf.fr 
Déposez vous-même votre témoignage audio !

Confinement, où en sommes-nous ?

Après 22 jours de confinement, le nombre de cas de contaminations continue de croître en France, se pose alors la question de l'utilité réelle d'un tel confinement. Pour le docteur Rachida Inaoui-Rozé, médecin rhumatologue à l'origine d'un centre Covid-19 à Paris : "Le confinement sert à limiter l'explosion de l'épidémie. On craignait un afflux massif de patients dans les hôpitaux, et des dommages collatéraux de gens infectés. Le premier objectif était donc d'aplanir le fameux pic de l'épidémie. Ce qui a été fait en Île de France, et maintenant nous en sommes à le deuxième phase de l'épidémie : éviter de nouvelles contamination afin de voir venir la fin du confinement."

J'ai les symptômes, est-ce que c'est grave docteur ?

Nous voyons beaucoup d'images à la télévision de gens malades, mais aussi de la saturation des hôpitaux. Pour éviter la surcharge, il faut d'abord apprendre à bien reconnaître les symptômes. "La fièvre n'est pas toujours présente. On remarque tout d'abord le nez qui coule, puis on a un peu mal à la tête et des courbatures : ce sont les symptômes bénins. On peut y ajouter la perte de goût et de l'odorat, certains ont même une diarrhée. Si ces symptômes bénins n'évoluent pas, on est infecté mais dans 80% des cas, on observera une amélioration nette en une semaine." On peut alors contacter son médecin traitant, c'est lui qui sera le plus à même de guider le malade. 

Néanmoins, si les symptômes persistent, et surtout si l'on présente des symptômes graves : une toux qui persiste, une douleur à la poitrine, un essoufflement (si l'on ne peut pas compter jusqu'à 10 sans reprendre sa respiration), alors on peut se rendre dans les centres COVID-19. Pour le docteur Rachida Inaoui-Rozé "Il faut appeler le SAMU en dernier recours, quand on se sent vraiment pas bien" et de rappeler que "c'est le médecin traitant qui est au centre du processus de soin"

Quels gestes pour éviter la contamination ?

On connaît maintenant les gestes barrières qui nous permettent d'endiguer et de ralentir la propagation de l'épidémie. Cependant, le docteur Rachida Inaoui-Rozé nous rappelle qu'il est "indispensable de se laver les mains dès qu'on est sorti. Il est impensable aujourd'hui de ne pas mettre de masques." En effet, l'Académie de Médecine recommande désormais de rendre obligatoire le port du masque en extérieur : "Surtout si l'on va dans un supermarché, le risque de transmission est majeur quand on rencontre plus de cinq personnes."

Le virus, s'il n'est pas de la famille des maladies aéro-transportées, peut tout de même rester dans l'air sous forme de particules, lorsque l'on parle ; il est donc conseillé aussi de fabriquer son propre masque, à la maison. Porter un masque est donc "Un geste responsable, et citoyen"  et le meilleur moyen, à notre échelle, de freiner l'épidémie.

Mais que dire de la Chloroquine ?

Pour le docteur Rachida Inaoui-Rozé : "Je ne pense pas qu'il faille utiliser la chloroquine de manière systématique. Je le répète 80% des gens guérissent d'eux-mêmes. [...] Néanmoins, pour les gens qui ont des symptômes graves, il y a une vraie place pour ce traitement, dans les formes qu'on sent devenir grave, la chloroquine doit être prescrite dès le début de l'hospitalisation."

Si la chloroquine n'est pas une recette miracle, et qu'il n'y a pas de raison d'engager de polémique à son endroit, le docteur Rachida Inaoui-Rozé invite les personnels soignants à lui accorder davantage de considération. 

Invités

  • Rachida Inaoui-Rozé, médecin rhumatologue, à l'origine d'un centre Covid-19 à Paris

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 9h

Pour aider chacun à vivre cette période de confinement, Melchior Gormand vous propose une émission interactive où chacun est appelé à participer pour se confier, partager des bonnes idées ou donner des conseils. #PrenezSoinDeVous

Le présentateur

Melchior Gormand

Melchior Gormand est un jeune passionné par la radio. Tous les jours entre 12h30 et 15h, il accompagne vos débuts d'après-midi RCF avec "Ça fait du bien" et "L'Échappée belle en musique" !