Label Emmaüs, la garantie solidaire de la vente en ligne

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le Temps de le dire

vendredi 10 juin 2016 à 9h03

Durée émission : 55 min

Le Temps de le dire

© PRAZZOCIRIC / Janvier 2014, Hilmo compagnon d'Emmaüs depuis 4 ans

Redonner de la valeur aux objets et aux personnes, c'est le savoir-faire d'Emmaüs qui lance son site de vente en ligne. Et montre sa capacité d'innovation. On en parle avec Stéphanie Gallet.

Dimanche 5 juin 2016 lors de son 17è salon annuel, Emmaüs a annoncé la création de Label Emmaüs, site de vente en ligne. "Label" pour dire la garantie solidaire chère à l'association ; c'est aussi l'acronyme de "la boutique en ligne". Un site qui devrait voir le jour le 1er octobre 2016 et permettre au mouvement de faire face à la concurrence des sites de revente en ligne, comme Leboncoin ou Amazon. Le pari est osé, certes. Passer du bric-à-brac qui accueille les chineurs du dimanche au site Internet, cela ne s'improvise pas. Il va falloir acquérir tout un savoir-faire numérique et lever des fonds importants pour financer cette mutation. Sans compter la formation des compagnons aux règles du e-commerce. Mais dans ce marché de la seconde main, ceux que l'on a aussi appelés les "Chiffonniers d'Emmaüs" pourront compter sur une véritable plus-value, la dimension solidaire.

« Notre premier moyen, partout où cela est possible, est le travail de récupération qui permet de redonner valeur à tout objet et de multiplier les possibilités d’action d’urgence au secours des plus souffrants. »
Extrait du Manifeste Universel

 

Récupérer des meubles, des vêtements ou des bibelots pour leur donner une seconde vie, c'est en effet la spécialité des "compagnons d'Emmaüs". Et le projet central du mouvement. L'activité génère 450 millions d'euros de budget. Et donne du travail à des personnes exclues. En 2016, Emmaüs reste fidèle à ce qu'elle sait faire et être: l'accueil, le travail, le service. "Notre grande valeur c'est peut-être aussi reconnaître chacun pour son humanité", explique Franck Leton. Dans une société du jetable, fortement touchée par le chômage, les compagnons appliquent concrètement une vision où l’humain est au cœur. Avec ce nouveau site web, une fois de plus, l'association prouve sa cacacité d'innovation et résiste aux logiques d'exclusion.
 


@Label Emmaüs

 

Emmaüs aujourd'hui c'est 5.000 compagnons, 18.000 acteurs sur le terrain, 7.000 bénévoles, 350 espaces de vente partout en France. Et aussi une Société coopérative d’intérêt collectif (SCIC) sur laquelle s'appuie le projet Label Emmaüs. L'idée de ce site est en fait un vieux "serpent de mer", cela fait bien 10 ans que dans les différentes structures Emmaüs on y pensait. Un projet qui "s'est surtout déclenché ces cinq dernières années", explique Maud Sarda. C'est la continuité logique des espaces de vente physique d'avoir une vitrine digitale". On annonce un site à la fois vitrine sur les objets mais aussi sur les hommes qui les transforment.

 

Invités

  • Maud Sarda , chef de projet Place de marché solidaire chez Emmaüs France, responsable du projet Label Emmaüs

  • Franck Leton , responsable de Emmaüs Ivry-sur-Seine, membre du conseil d'administration d'Emmaüs France

Les dernières émissions

L'émission

Tous les jours du lundi au vendredi, à partir du lundi 4 septembre 2017

La grande émission interactive pour aborder tous les sujets de société, qui font l'actualité. Antoine Bellier reçoit ses invités pour réfléchir, approfondir, apprendre et donner du sens à tous les sujets du moment. Posez vos questions ou témoignez en direct pendant l’émission 04 72 38 20 23 ou par mail à l'adresse letempsdeledire[arobase]rcf.fr.

Le présentateur

Stéphanie Gallet

Journaliste à RCF depuis plus de 16 ans, Stéphanie s’intéresse à tout et tout l'intéresse. Elle aime les gens et voyage sans écouteurs.  Elle a presque tout appris en Bourgogne et garde dans son cœur un petit village du Minervois même si elle porte fièrement les couleurs de la Seine-Saint-Denis.