Cassini: Au revoir, et merci!

Après 20 ans de bons et loyaux services, la sonde Cassini s'apprête à se désintégrer à la surface de Saturne. Retour sur une mission capitale pour la science spatiale.

Ce 15 septembre marque la fin de la mission de la sonde Cassini. Après 13 années à explorer le système de Saturne, elle se désintègrera en début d'après-midi.

Cassini a quitté la Terre le 15 octobre 1997. A son bord, divers instruments, et notamment la sonde Huygens, qui a étudié l'atmosphère de Titan, le plus grand satellite naturel de Saturne. Elle a débuté réellement sa mission 2004, lors de sa mise en orbite autour de Saturne. Une mission au coût exorbitant mais nécessaire : 3,26 milliards de dollars. Elle a permis une coopération exemplaire entre la NASA, l'ASE, les agences française et italienne. 

Cassini a permis d'explorer le système de Saturne. On a notamment pu recueillir des informations sur divers satellites de la planète, comme Encelade, une lune diposant d'un océan sous-glaciaire dans lequel on aurait pu soupçonner la réunion d'ingrédients pouvant provoquer l'existence de la vie. Pour autant, aucune trace n'a été relevée.

La fin d'une aventure de 20 ans

Depuis avril, la fin de Cassini est programmée. L'orbiteur est à court de carburant et ne peut poursuivre sa mission. Elle va se désintégrer lors d'une descente dans l'atmosphère de Saturne à la vitesse de 111 000 km/h, et ainsi recueillir des dernières données qui seront transmises en temps réel à la Terre.

Jean-Yves Le Gall, président du CNES, précise : "On ne voulait pas que Cassini aille s'écraser sur un des satellites de Saturne." En effet, sa désintégration permettra la destruction des micro-organismes qu'elle aurait pu conserver, et ainsi empêchera toute pollution des lunes de Saturne. Pour Jean-Yves Le Gall, c'est un moment attendu "avec beaucoup d'impatience". 

00:00

00:00

La fin de la mission pourra être suivie en direct à partir de 12h30, sur le site de la Nasa. Plus d'infos ce soir à 17h dans l'émission Décryptages sur RCF, présentée par François Ballarin.

 

Sur le même thème :