Pour son avocat, Loup Bureau vit "un isolement très dur"

29 août 2017 Par Jean-Baptiste Le Roux

© Loup Bureau Twitter

Pour l'avocat de l'étudiant en journalisme incarcéré en Turquie, les conditions de détention de son client ne sont pas meilleures, contrairement à ce que prétend Emmanuel Macron.

"Un isolement très dur"

"La libération rapide et le retour en France" de Loup Bureau, le journaliste emprisonné en Turquie depuis le 26 juillet dernier. C'est ce qu'a réclamé le président Emmanuel Macron, hier, lors d'un entretien téléphonique avec son homologue turc Recep Tayipp Erdogan. Loup Bureau est soupçonné d'activités terroristes, il a été arrêté par les autorités à la frontière entre l'Irak et la Turquie, avec des photos de combattants kurdes, considérés comme terroristes pour les autorités turques.

Lors de son entretien avec le président turc, Emmanuel Macron a salué "l'amélioration obtenue des conditions de détention" de Loup Bureau. Une amélioration que réfute son avocat, Me Martin Pradel. "Les prisons turques sont souvent très modernes et très propres mais l’isolement qui est subi par les personnes qui y sont incarcérées est très puissant et très dur" explique l'avocat.
 

"Loup Bureau ne voit personne"

Me Martin Pradel explique notamment que "Loup Bureau partage la situation de beaucoup de personnes qui sont poursuivies pour terrorisme. Très concrètement, cela veut dire qu’il a une cellule qui fait quelques mètres carré. Il a le droit d’en sortir une demi-heure par jour. Il a un accès extrêmement restreint à la lecture. Pour le moment il n’a pas eu de papier et de crayon. Il n’a aucune source de distraction".

"On lui a mis il y a quelques temps une télévision qui ne diffuse que des chaînes turques. Or il ne comprend pas le turc. Une télévision qu’on lui a retirée en dernier lieu. Son isolement est total. Il ne voit personne. Ce sont des conditions d’incarcération qui sont extrêmement dures" conclut l'avocat de Loup Bureau. Vendredi, le juge turc qui avait mis en examen l'étudiant en journalisme a refusé la demande de libération formulé par Me Pradel.

Me Martin Pradel, avocat de Loup Bureau, interrogé par Violaine Prior:

00:00

00:00

Sur le même thème :