100 ans après la révolution d'octobre, faut-il avoir peur de la Russie?

Présentée par

S'abonner à l'émission

Les Racines du présent

mercredi 11 juillet à 19h30

Durée émission : 55 min

100 ans après la révolution d'octobre, faut-il avoir peur de la Russie?

© Wikimédia Commons - Manifestation en Russie durant la révolution de février 1917

Qu'il s'agisse de la Russie actuelle, de celle des tsars, ou de l'URSS, la Russie est bien un empire. Une terre immense, où l'on ne gouverne pas sans une certaine obsession pour l'ordre.

00:00

00:00

100 ans après la Révolution d’octobre, comment comprendre la Russie ? Les Occidentaux sont-ils victimes, d’une "fainéantise intellectuelle teintée de lâcheté, sans négliger ce voluptueux sentiment de supériorité qui leur fait juger depuis des siècles la Russie comme un ensemble de populations arriérées, rompues à la brutalité", comme l’écrit Christian Makarian ?
 

"La révolution bolchevik a une portée universelle au même titre que la Révolution française"

 

Octobre 1917, une nouvelle ère

Il y a 100 ans, les bolcheviks prennent le pouvoir en Russie au nom des soviets. Ils renversent le gouvernement provisoire d'Alexandre Kerenski, qui avait succédé en février au tsar Nicolas II. Avec les décrets sur la paix, la terre, le contrôle ouvrier, les bolcheviks entendent ouvrir une nouvelle ère. Elle se prolongera jusqu’en... 1989, et laissera dans son sillage des millions de morts. Mais aussi d’immenses espérances : "La révolution bolchevik a une portée universelle au même titre que la Révolution française", explique Luc Mary.

 



 

Les relations France-Russie, 100 ans après la Révolution

Aujourd'hui, si la France et la Russie se parlent, les deux pays "ne s'entendent pas forcément" sur les valeurs ou la vision du monde, explique Olivier Tallès. Ce qui n'empêche pas la France d'être (en 2016) le premier investisseur étranger en Russie, ni la culture russe de formidablement bien s'importer. En témoignent le succès de l'exposition Chtchoukine à la Fondation Louis-Vuitton, à Paris, de l'exposition "Pierre le Grand" au Château de Versailles ou encore l'ouverture du nouveau centre spirituel et culturel orthodoxe à Paris.

 



 

Poutine, un descendant des tsars ?

Certains disent que c'est dans la culture russe de se doter d'un tyran : ce que réfute absolument Christian Makarian, co-auteur de "La Russie des tsars" (éd. Perrin / L'Express). Reste que, pour l'historien, il est assez "irréfutable" que la Russie est un empire, qu'il s'agisse de la Russie actuelle, de celle des tsars, ou de l'URSS, même si c'est une réalité politique et géographique dont "les limites" sont toujours à "définir". 

Le chef actuel du Kremlin est de toute évidence soucieux de "s'inscrire dans une lignée", selon l'historien. Il a aussi la préoccupation propre aux dirigeants de ce pays de maintenir l'ordre et la cohésion, sur un territoire de "11.000 km de long", comme le rappelle Bernard Lecomte, et qui n'a pas de frontière naturelle. L'histoire de la Russie est ponctuée de troubles suffisamment violents pour avoir menacé l'existence même du pays. D'où l'obsession de l'ordre.

 

Émission enregistrée en septembre 2017

 

Invités

  • Bernard Lecomte , journaliste, ancien grand reporter à La Croix et L’Express et envoyé spécial à Moscou

  • Olivier Tallès , journaliste à La Croix, spécialiste de la Russie

  • Luc Mary , historien, enseignant d'histoire, spécialiste de la Russie

  • Christian Makarian , journaliste, directeur de la rédaction délégué à l'Express

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 19h30

L’actualité, nationale et internationale, s’enracine dans notre histoire. Chaque événement peut être relié au passé pour en trouver des clés de compréhension. Relire l’histoire, c’est ainsi mieux connaître et comprendre le présent. Chaque semaine, Frédéric Mounier, journaliste à La Croix, invite des historiens à croiser leurs regards sur un sujet contemporain pour mieux appréhender notre présent et envisager l’avenir. > Les Racines du présent, le blog de Frédéric Mounier

Le présentateur

Frédéric Mounier

Ancien correspondant de "La Croix" au Vatican, Frédéric a toujours été passionné par la vie politique… et la radio. Il a grandi à Paris à l'ombre de la Maison de la Radio. Les jeudis, il hantait les Studios, notamment ceux des « Radioscopie » de Jacques Chancel. Peut-être en reste-t-il quelque chose dans "Face aux Chrétiens" ?