La domestication du feu, un tournant majeur dans l'histoire de l'humanité

Présentée par

S'abonner à l'émission

La suite de l'Histoire, l'intégrale

samedi 1 juillet 2017 à 14h00

Durée émission : 55 min

La domestication du feu, un tournant majeur dans l'histoire de l'humanité

© Wikimédia Commons - Production du feu par Homo erectus (diorama du musée national de Montgolie)

Pour maîtriser le feu, il faut être un homme. Si les préhumains sont apparus il y a 7 millions d'années, il a fallu attendre Homo erectus, il y a 400.000 ans, pour savoir allumer un feu!

On n'imagine pas aujourd'hui notre vie sans feu. Pourtant si l'on remonte 400.000 ans en arrière, c'est ainsi que vivaient les hommes. La maîtrise du feu est un tournant majeur dans l'histoire de l'humanité, qu'Henry de Lumley raconte dans "La domestication du feu aux temps paléolithiques" (éd. Odile Jacob). L'aventure du feu, une histoire passionnante qui aide à comprendre qui est l'homme.
 

"L'homme se caractérise par l'émergence de la pensée conceptuelle et symbolique"

 

retour aux origines, les préhumains

Pour maîtriser l'usage du feu, il faut être un homme. Il y a sept millions d'années, quand commence l'aventure humaine, ce ne sont encore que des préhumains. Même si on a pu attester que des primates mangeaient debout, d'après des fossiles de crânes trouvés au nord du Tchad, la station érigée bipède n'est pas une raison suffisante pour être un homme.

De la même façon, les australopithèques d'il y a quatre quatre millions d'années marchaient debout, mais ne fabriquaient pas encore d'outils. De plus, nous dit le spécialiste, leur cerveau ne comportait pas encore les centres du langage, que sont l'aire de Broca et celle de Wernicke. Ils n'avaient donc pas la possiblité de parler. Enfin "les traces d'usure sur les faces externes de leurs dents montrent une alimentation essentiellement végétarienne, comme les grands singes".
 



 

Homo habilis, les premiers hommes

Il y a 2.5 millions d'années au milieu de ce groupe d'australopithèques émerge Homo habilis. Aussi appelé Homo rudolfensis, ou "early Homo" selon un terme anglophone, il est doté d'un cerveau plus important, qui possède les centres du langage. "Et surtout il est le premier à fabriquer des outils", ce qui est selon le paléontologue, "l'une des caractéristiques de l'homme".
 



 

Homo erectus, la pensée symbolique

Il y a 1.500.000 ans, Homo erectus est devenu chasseur. Pour tuer de grands herbivores il lui fallait fabriquer de longs couteaux. On a aussi retrouvé des traces d'objets finement réalisés mais inutiles: à la portée symbolique. "L'homme, fabricant d'outil, ayant acquis un langage articulé, se caractérise par l'émergence de la pensée conceptuelle et l'apparition de la pensée symbolique", selon Henry de Lumley. Et la manifestation d'"une recherche de quelque chose qui le dépasse, qui est en dehors du milieu naturel, qui va vers la transcendance."

C'est Homo erectus qui a su maîtriser le feu, il y a 400.000 ans. Certes, on suppose que ses ancêtres connaissaient le feu, avec la foudre ou les volcans. "Sans doute ont-ils appris à le récupérer et à l'entretenir", explique Henry de Lumley, mais quand il s'éteignait l'homme ne savait pas le rallumer.

 

Invités

  • Henry de Lumley , paléontologiste, directeur de l’Institut de Paléontologie Humaine - Fondation Prince Albert Ier de Monaco, ancien directeur du Muséum d'Histoire naturelle

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Le samedi à 16h et le dimanche à 21h

Des grands événements qui ont façonné les civilisations aux personnalités qui ont marqué les consciences, Véronique Alzieu se tourne vers notre histoire. Une émission pour mieux comprendre le monde dans lequel on vit. Le week-end, elle vous offre l'intégrale du feuilleton proposé du lundi au vendredi. 

Le présentateur

Véronique Alzieu

Journaliste à RCF depuis 1993, Véronique s'est spécialisée au fil des ans dans le domaine de la foi, de la vie spirituelle et de la recherche de sens. Elle a choisi la radio parce que c'est un média de proximité, chaleureux sans être intrusif. Son léger accent trahit ses origines pyrénéennes qu'elle revendique avec joie!