L'année 1918 : la fin d'une guerre, les prémices d'une autre

Présentée par

S'abonner à l'émission

La suite de l'Histoire, l'intégrale

samedi 17 février à 14h00

Durée émission : 55 min

L'année 1918 : la fin d'une guerre, les prémices d'une autre

© Wikimédia Commons - Char allemand à Roye (Somme), 21 mars 1918

L’année 1918 voit la fin d’une guerre interminable qui a miné l’Europe. Elle voit la fin d’un monde avec la disparition des empires et déjà, le terreau qui fera le lit d’une autre guerre.

Le 11 novembre 1918, partout en France les cloches sonnent la fin de la Première Guerre mondiale. Plus de 70 millions d'hommes mobilisés, environ 20 millions de morts ou disparus, civils ou militaires. L'année 1918 aura été décisive dans cette guerre.
 

Du côté des alliés, "on prévoyait un prolongement des combats jusqu'en 1919 au moins"

 

1918, Le combat semble interminable

Lundi 11 novembre 1918 à 5h15 un armistice est signé. À 11 heures, le cessez-le feu devient effectif. Dans l'esprit de tous, cette guerre semblait interminable. Dès 1917, en effet, une forte lassitude s'était exprimée mettant en péril l'effort de guerre et l'esprit d'unité nationale autour du gouvernement. Sur le front français, cette lassitude s'est manifestée au printemps 1917 notamment par des mutineries. Mais c'est en Italie, où "le consentement à la guerre était moins important qu'en France", explique Olivier Forlin, que ces mouvements de contestation ont été les plus manifestes. Refus individuels de combattre, mutilations volontaires, désertions... L'armée italienne est celle qui compte le plus grand nombre de fusillés pour l'exemple.

Mais à l'arrière aussi, on trouve que les sacrifices demandés sont trop importants. Dpeuis la fin de l'année 1916, on subit une forte inflation. Elle entraînera des mouvements de grève importants, par exemple en France et en Allemagne.

 



 

Pourquoi la guerre a-t-elle duré si longtemps ?

En 1914 pourtant, les soldats qui partent au front étaient à peu près convaincus qu'ils seront de retour pour Noël. Mais très vite le combat s'est enlisé. Les deux armées qui se font face ont toutes deux déployés des moyens importants. "Des armées si puissantes et si bien armées qu'aucune n'arrive à emporter la décision." Le phénomène d'enlisement doit se comprendre au sens propre comme au figuré : il concerne aussi bien les stratégies mises en œuvre que les soldats dans les tranchées.

 



 

Pourquoi s'est-elle achevée en 1918 ?

Quand commence l'année 1918, personne cependant n'imagine que la guerre s'achèvera bientôt. "Tout n'était pas écrit à l'avance." Et même, du côté franco-britannique et États-Unis, "on prévoyait un prolongement des combats jusqu'en 1919 au moins". On ne pensait pas non plus que l'issue du conflit marquerait une victoire des alliés. Le traité de Versailles, signé le 28 juin 1919, demande à l'Allemagne de verser 132 milliards de marks or en réparation des dommages causés. Traité qui porte en lui les germes de la Seconde Guerre mondiale...

 

Invités

  • Olivier Forlin , historien, spécialiste des relations France-Italie et du fascisme, maître de conférences à l'université Grenoble-Alpes

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Le samedi à 16h et le dimanche à 21h

Des grands événements qui ont façonné les civilisations aux personnalités qui ont marqué les consciences, Véronique Alzieu se tourne vers notre histoire. Une émission pour mieux comprendre le monde dans lequel on vit. Le week-end, elle vous offre l'intégrale du feuilleton proposé du lundi au vendredi. 

Le présentateur

Véronique Alzieu

Journaliste à RCF depuis 1993, Véronique s'est spécialisée au fil des ans dans le domaine de la foi, de la vie spirituelle et de la recherche de sens. Elle a choisi la radio parce que c'est un média de proximité, chaleureux sans être intrusif. Son léger accent trahit ses origines pyrénéennes qu'elle revendique avec joie!