Le Goulag, agent central de l'économie stalinienne

Présentée par

S'abonner à l'émission

La suite de l'Histoire, l'intégrale

samedi 30 septembre 2017 à 14h00

Durée émission : 55 min

Le Goulag, agent central de l'économie stalinienne

© Wikimédia Commons - Chantier du canal de la mer Blanche

Les camps de rééducation par le travail géré par le Goulag ont sévi en URSS des années 20 aux années 60. Au total 28 millions de personnes y ont été envoyées ou y ont péri.

Des années 20 au début des années 1960, des dizaines de milliers d'unités carcérales couvrent l'ensemble du territoire soviétique. Elles sont gérées par la police politique de Staline et constituent l'ensemble du système pénitentiaire qui porte un nom, Goulag. Depuis 1991 une partie des archives du Goulag sont accessibles aux chercheurs - mais pas toutes. En juin 2017, l'historien Marc Elie a publié avec Juliette Cadiot une "Histoire du Goulag" (éd. La Découverte). Il explique comment Staline a mis en place cette entreprise productiviste sans précédent.
 

"À la mort de Staline, il y a autant de d'exilés dans les villages d'exil que de détenus dans les camps de travail"

 

Qu'est-ce qu'un Goulag?

Pour comprendre le sens et l'origine du terme "Goulag" il faut se perdre dans les méandes de la bureaucratie soviétique. S'il fait immédiatement penser à des fils de fer barbelés dans un froid sibérien, "Goulag" est en fait l'abréviation en russe d'une expression qui se traduit par: "Administration principale des camps".

Ainsi quand on parle de Goulag, on parle d'un département au sein du ministère de l'Intérieur - "qui est en fait la police politique", explique Marc Elie. Département qui a pour mission de gérer les camps de rééducation par le travail, soit des complexes pénitentiaires, eux-même subdivisés en unités pénitentiaires. Une unité pénitentiaire dans la Russie soviétique est constituée d'une zone d'habitation ceinte de miradors et une zone de production où les détenus travaillent.

 



 

Le Goulag, Villages d'exil et camps de rééducation par le travail

C'est à Alexandre Soljenitsyne, auteur du célèbre livre "L'Archipel du Goulag" (en 1973) que l'on doit de désigner aujourd'hui par "Goulag" aussi bien les camps de rééducation par le travail que les villages d'exil. Obsédé à l'idée de lancer l'URSS sur la voie de l'industrialisation rapide, par la collectivisation forcée des terres, Staline est à l'origine d'expropriations en masse de paysans. La majorité d'entre eux sont envoyés avec leur famille en villages d'exil sur des territoires reculés, avec pour mission de les exploiter.

Dans les camps de rééducation par le travail sont envoyés des individus condamnés par la justice. "La police politique dirigée par Staline agit de manière préventive", explique l'historien. Entre 1937 et 1938, années de "grande terreur", Staline envoie dans les camps tous ceux qu'il soupçonne de déloyauté. "À la mort de Staline [en 1953], il y a autant de d'exilés dans les villages d'exil que de détenus dans les camps de travail." Et au total 28 millions de personnes y ont été envoyées ou y ont péri. Une entreprise productiviste sans précédent au cœur du système stalinien.

 

Invités

  • Marc Elie, historien, spécialiste de l'histoire de l'Union soviétique, membre du Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen (Cercec) du CNRS / EHESS

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Le samedi à 14h

Des grands événements qui ont façonné les civilisations aux personnalités qui ont marqué les consciences, Véronique Alzieu se tourne vers notre histoire. Une émission pour mieux comprendre le monde dans lequel on vit. Le week-end, elle vous offre l'intégrale du feuilleton proposé du lundi au vendredi. 

Le présentateur

Véronique Alzieu

Journaliste à RCF depuis 1993, Véronique s'est spécialisée au fil des ans dans le domaine de la foi, de la vie spirituelle et de la recherche de sens. Elle a choisi la radio parce que c'est un média de proximité, chaleureux sans être intrusif. Son léger accent trahit ses origines pyrénéennes qu'elle revendique avec joie!