Les 70 ans de la Déclaration universelle des droits de l'homme

Présentée par

S'abonner à l'émission

La suite de l'Histoire, l'intégrale

samedi 8 décembre 2018 à 16h00

Durée émission : 55 min

Les 70 ans de la Déclaration universelle des droits de l'homme

© Wikimedia commons - 7 décembre 1948. Adoption de la Déclaration universelle des droits de l' Homme

La Déclaration universelle des Droits de l’homme a été promulguée il y a 70 ans, le 10 décembre 1948. Elle est née d’un long processus qui a commencé dès l'Antiquité.

Le 10 décembre 1948, les 58 États membres de l'Assemblée générale des Nations unies adoptent la Déclaration universelle des droits de l’homme à Paris, au Palais de Chaillot. Le texte alors adopté est un texte de juridique. Et la notion de droits de l'homme n'est pas née en 1948, elle s'est structurée au fil des siècles. "Cette déclaration ne vient pas de nulle part, elle a de multiples sources d'inspiration", explique Geneviève Iacono.

 

L'Assemblée générale proclame la présente Déclaration universelle des droits de l'homme comme l'idéal commun à atteindre par tous les peuples et toutes les nations afin que tous les individus et tous les organes de la société, ayant cette Déclaration constamment à l'esprit, s'efforcent, par l'enseignement et l'éducation, de développer le respect de ces droits et libertés et d'en assurer, par des mesures progressives d'ordre national et international, la reconnaissance et l'application universelles et effectives, tant parmi les populations des États Membres eux-mêmes que parmi celles des territoires placés sous leur juridiction.

 

Les droits de l'homme : dès l'Antiquité

En 1948, on est au sortir de la Seconde Guerre mondiale. Si le traumatisme laissé par le conflit est puissant, les germes de cette déclaration sont à rechercher très loin dans le passé. Dès l'Antiquité en effet on trouve des traces d'une "posture de défense des droits de l'homme". Geneviève Iacono cite notamment le fameux cylindre de Cyrus, une pièce datant d'argile d'environ 539–530 av. J.-C. où est gravée une proclamation du roi de Perse Cyrus II. Il y est question de la posture du monarque qui doit être respectueux des droits de l'homme.

Dans son "Éthique à Nicomaque", Aristote traite du principe de dignité et du respect que l'individu doit porter à lui-même et aux autres. Les philosophe stoïciens associeront le principe de dignité à celui de respect - une vision que la pensée chrétienne va enrichir, par les écrits de saint Augustin et de saint Thomas d'Aquin. 
 

Les droits de l'homme et l'Angleterre

La Grande Charte de Jean sans Terre, constitue en 1215, "le premier texte constitutionnel de l'Angleterre" et "fonde un régime de liberté". Pour Geneviève Iacono, il s'agit d'une "première génération des droits de l'homme autour des droits civils et politiques". Plus tard, l'Habeas Corpus Act de 1679 pose un "droit fondamental : l'interdiction des traitements inhumains et dégradants et des pénalités arbitraires". Le texte pose les "fondements du droit pénal". 

À noter que le principe de non discrimination de la Déclaration des droits de l'homme de 1948 est issu de l'Édit de Nantes de 1598, qui fonde la liberté religieuse.
 

Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789

En 1789, l'adoption de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen au commencement de la Révolution française représente un moment clé de l'histoire des droits de l'homme. Une adoption qui fait suite à celle de la Déclaration d'indépendance des États-Unis en 1776. 

Et qui a fait de l'ombre à d'autres textes publiés par la suite comme la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne rédigée par Olympe de Gouges en 1791. Ou la Constitution française du 3 septembre 1791 qui stipuole que l'État a une dette sacrée à l'égard du citoyen.

 

Invités

  • Geneviève Iacono, maître de conférences en droit public à l'université Lyon II, spécialiste des droits de l'homme

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Le samedi à 14h

Des grands événements qui ont façonné les civilisations aux personnalités qui ont marqué les consciences, Véronique Alzieu se tourne vers notre histoire. Une émission pour mieux comprendre le monde dans lequel on vit. Le week-end, elle vous offre l'intégrale du feuilleton proposé du lundi au vendredi. 

Le présentateur

Véronique Alzieu

Journaliste à RCF depuis 1993, Véronique s'est spécialisée au fil des ans dans le domaine de la foi, de la vie spirituelle et de la recherche de sens. Elle a choisi la radio parce que c'est un média de proximité, chaleureux sans être intrusif. Son léger accent trahit ses origines pyrénéennes qu'elle revendique avec joie!