La théorie du complot, symptôme d'une société fracturée

Présentée par

S'abonner à l'émission

Sur le rebord du monde

jeudi 2 août à 13h30

Durée émission : 25 min

La théorie du complot, symptôme d'une société fracturée

© BéatriceSOLTNER/RCF - Marie Peltier, historienne

Depuis les attentats du 11 septembre 2001, les discours complotistes prolifèrent sur internet, semant la méfiance envers les discours officiel. Un symptôme d'une maladie de société...

Comment expliquer la résurgence des théories complotistes? Pourquoi depuis environ 15 ans voit-on ressurgir un phénomène que l'on croyait disparu? Il y a eu le mythe du complot judéo-maçonnique, très répandu au XIXè siècle, ou encore les allégations des négationnistes pour qui les chambres à gaz n’auraient jamais existé... Depuis le 11 septembre 2001, le complotisme semble ne s’être jamais aussi bien porté. Et loin d'être le fait de farfelus ou d'ignorants, il est le symptôme d'une véritable maladie de société. Un phénomène que prend très au sérieux l'historienne Marie Peltier, puisqu'elle vient de publier "L’Ère du complotisme" (éd. Les Petits Matins).
 

La théorie du complot s'appuie sur l'esprit critique et énonce une vérité comme étant la seule

 

Le complotisme c'est quoi?

Le complotisme se base sur l'esprit critique, c'est-à-dire "sur quelque chose qui est légitime", explique l'historienne. Celui qui crie au complot ne se contente pas cependant d'insinuer qu'il ne faut pas croire ce que l'on nous raconte dans les médias ou les discours des politiques. La théorie du complot énonce en parallèle une vérité comme étant la seule. Le complotisme s'accompagne donc d'un "mécanisme de dogmatisation".

"On a le droit de s'interroger sur le discours politique et médiatique, c'est même important!" Seulement ce discours, surtout propagé via internet, propose ce que la chercheur appelle "une narration de substitution", c'est-à-dire qu'il remplace une logique de pression par une autre.

 



 

Aux origines, le 11 septembre 2001

C'est après l'effondrement des Twin Towers le 11 septembre 2001 que s'est produit une "rupture dans l'imaginaire collectif". L'historienne rappele le "fameux mensonge de l'administration Bush au moment de l'intervention en Irak" et les importantes manifestations qu'il a suscitées.

Or, malgré la mobilisation citoyenne, George W. Bush n'a pas renoncé à la guerre en Irak. À partir de cette rupture le doute est devenu "paradigmatique", c'est-à-dire que la posture du doute est devenue structurelle, comme la seule grille de lecture des médias et discours politiques.

 



 

Le complotisme, un discours binaire

"Il ne faut pas croire que le complotisme est quelque chose de diffus: c'est quelque chose de relativement organisé." Les théories du complot sont le plus souvent, selon Marie Peltier, le fait "d'acteurs politiques identifiés, structurellement reliés à l'extrême droite." Et à des "acteurs de propagande", comme Vladimir Poutine ou Bachar el-Assad. 

Le bien / le mal, les ténèbres / la lumière... Le complotisme se nourrit d'une rhétorique binaire et d'un vocabulaire à connotation religieuse. "On est tout le temps dans cette polarisation", analyse Marie Peltier. Et de manière assez caricaturale "on s'attache à traquer les détails qui ne colleraient pas au discours officiel." L'un des derniers effets du complotisme: les discours émis autour de l'attentat du 13 novembre à Paris, notamment au Bataclan.
 

ÉMission enregistrée en octobre 2016

 

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 13h30 et 02h30

Le monde vit des transformations majeures qui touchent tous les secteurs de la vie de l’homme: travail, éducation, écologie, religions, médias, économie…Béatrice Soltner et son invité donnent des clés pour mieux penser ce monde mouvant et les défis d’humanisation à relever. Cette émission propose aussi des repères concrets pour construire du sens, là où l’homme serait tenté de ne voir que du chaos.

Le présentateur

Béatrice Soltner

Formée aux arts plastiques et à l'histoire de l'art Béatrice rejoint RCF en 1994. Elle aime faire émerger la parole et l'offrir en partage. La vie intérieure est son domaine de prédilection. Passionnée par la spiritualité et la psychologie, elle s'intéresse aussi au dialogue entre les églises chrétiennes.