Les nationalismes en Europe: devons-nous céder au fatalisme?

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le Temps de le dire

mercredi 3 octobre 2018 à 9h03

Durée émission : 55 min

Le Temps de le dire

© Jérémie JUNG/CIRIC - Les vieilles sociétés occidentales souffrent d'une perte de sens généralisée

À l'occasion d'un colloque à l'Unesco sur le thème "De quoi les nationalismes sont-ils le symptôme?", focus sur un sentiment en recrudescence dans une Europe tentée par la peur et le repli.

Samedi 6 octobre se tient à l'Unesco à Paris le colloque "De quoi les nationalismes sont-ils le symptôme ?". Un rendez-vous organisé par la revue Passages et notamment l'association Espace analytique, qui propose d'observer la montée des nationalismes en Europe avec l'œil du psychanalyste. Pour Émile Malet, le directeur de la revue Passages, il s'agit d'envisager le nationalisme dans sa forme actuelle comme "une déviance du politique", et de "montrer" quelles sont les causes et les "symptômes" de cette "pathologie".
 

"L'individu se sent lâché dans une globalisation chaotique, sans limites, sans réglementation et sans autorité"

 

Qu'est-ce que le nationalisme ?

"L’exaltation nationale est un sentiment que je me suis efforcé, quand j’y inclinais, de réprimer comme funeste et injuste", disait Sigmund Freud (1856-1839), le fondateur de la psychanalyse, qui fut marqué durablement par la Première Guerre mondiale - comme on peut le lire dans un texte aux accents lourds de sens : Considérations actuelles sur la guerre et la mort (in "Essais de psychanalyse", éd. Payot, 1981). Cette Grande Guerre, cette "boucherie" comme on l’a aussi appelée, s’est achevée il y a 100 ans cette année. Des millions de vies furent sacrifiés sur l’autel d’une théorie de l'État-nation poussée jusqu’à son paroxysme identitaire.

Pourtant, si l'on considère le nationalisme comme la simple déclinaison du mot "nation", comme le dit Emile Malet, "ce n'est pas une mauvaise chose !" Tout comme "patriotisme" vient du mot patrie... On pourrait s'en tenir à la simple idée d'appartenance à une nation. Seulement le terme "nationalisme a tout de suite été très ambigu", rappelle Alain Vanier. D'un côté la nation désigne la communauté d'origine - le terme vient du latin nascere qui signifie "naître" - et d'un autre côté, la nation est ce qui depuis la Révolution française fait référence au peuple. Et aujourd'hui, le nationalisme tel que nous le voyons apparaître est "un nationalisme de protection" de "xénophobie", pour Laurent Stefanini. "Parce qu'on s'inquiète de cette évolution du monde."

 



 

les causes et les symtpômes

Émile Malet identifie quatre causes à l'origine du "symptôme" :
- "Un multiculturalisme qui a perdu le sens de l'intérêt général et du bien commun", notre société fonctionne comme "un agrégat de cultures" qui ne communiquent pas entre elles ;
- L'accroissement des inégalités : "La droite comme la gauche ont failli sur un point capital qui est l'accaparement des richesses et du capital par une minorité" ;
- "Le revival religieux", entraîné, "il ne faut pas hésiter à le dire, par l'islamisme" ;
- "Les dégâts du numérique" devant lesquels l'éducation peine.

 



 

Tous atteints, collectivemment et intimement

De ces bouleversements, dont on mesure la profondeur sans en percevoir les contours - Julia Kristeva parle d'une "étrangeté intérieure inquiétante" - ce sont les vieilles sociétés occidentales qui semblent souffrir le plus, comme le note le diplomate. Pour la psychanalyste, "le fond du problème est : pourquoi et comment l'humanisme est en difficulté, peut-être même en échec devant deux réalités : les étrangers et la transcendance".

Problème qui se pose aussi bien à l'échelle collective qu'individuelle, du politique et de l'intime. "Nous n'avons pas la possibilité de répondre à cette rupture du lien communautaire qui fait que l'individu se sent lâché dans une globalisation chaotique, sans limites, sans réglementation et sans autorité." Pour Alain Vanier, "on est dans un moment où le malaise social est grandissant, où les gens sont déboussolés." Et où les remèdes apportés à ce malaise sont d'une part "une psychologisation généralisée", et le "recours au religieux". Reste à analyser quelle forme de religieux.

 

Invités

  • Emile Malet, journaliste, écrivain, directeur de la revue Passages

  • Laurent Stefanini, haut fonctionnaire, diplomate, ambassadeur, délégué permanent de la France auprès de l'UNESCO

  • Pr. Alain Vanier, psychiatre, psychanalyste, professeur de l'université Paris-Diderot, directeur de Centre de recherches psychanalyse, médecine et société (CRPMS), président de l'association Espace analytique

  • Julia Kristeva, psychanalyste, linguiste, critique littéraire, romancière, professeur émérite de l'université Paris-Diderot, membre titulaire de la Société psychanalytique de Paris

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Le samedi à 12h et le dimanche à 23h

La grande émission interactive pour aborder tous les sujets de société, qui font l'actualité. Antoine Bellier reçoit ses invités pour réfléchir, approfondir, apprendre et donner du sens à tous les sujets du moment. Posez vos questions ou témoignez en direct pendant l’émission 04 72 38 20 23 ou par mail à l'adresse letempsdeledire[arobase]rcf.fr.

Le présentateur

Antoine Bellier

Journaliste à RCF depuis 2009, Antoine est passé par Le Mans et La Roche-sur-Yon, avant de rejoindre la rédaction nationale en septembre 2013. Curieux de l’actualité sous toutes ses formes, amateur de cinéma et de littérature, il lui arrive de passer du micro à la plume.