Au-delà du moi, devenir sujet

Présentée par

S'abonner à l'émission

Sur le rebord du monde

lundi 5 mars à 13h30

Durée émission : 25 min

Au-delà du moi, devenir sujet

© rawpixel.com / Unsplash - Quelle place reste-t-il pour le rapport à son existence à partir du "je", c'est-à-dire à partir de cette première personne qui implique aussi le "tu"?

Comment sortir de l'uniformisation des comportements? Pour la psychanalyste Clotilde Leguil il est urgent de cultiver sa propre subjectivité en pariant sur un "Je" hors des sentiers battus.

Existe-t-il encore du "Je"? La globalisation est devenue synonyme d'uniformisation des modes de vie mais aussi des modes de pensée. Avec des individus regroupés en panels qui fourniront des chiffres statistiques, pour servir des intérêts économiques et politiques. Système qui s'appuie largement sur le web et les réseaux sociaux. Censés donner la parole aux internautes, ceux-ci créent paradoxalement, une sorte de vide existentiel où plus le "je" se donne en image, plus il s'éloigne de lui-même. Clotilde Leguil, auteure de l'ouvrage "'Je' - Une traversée des identités" (éd. Puf), identifie trois logiques totalitaires à l'œuvre dans notre société.
 

"Le principe même de la quantification du monde est la négation de la subjectivité"

 

L'effacement de l'histoire est un totalitarisme

Une part de notre "je" est "menacée" dès lors qu'on vit "dans un monde qui nie la dimension de l'histoire et notament l'histoire subjective de chacun". Dans le célèbre roman "1984" (écrit en 1949), George Orwell décrit une société qui serait la synthèse des totalitarismes fasciste nazi et communiste. "À la place d'un questionnement possible sur ses croyances, ses pensées, son être, son désir, on impose un discours qui enjoint à croire dans une identité totale, une identité qui est aussi totalitaire." Et le héros d'Orwell est "un homme qui ne parvient pas à oublier son 'je'".

"On a beaucoup à apprendre de '1984'", pour Clotilde Leguil, car "l'une des premières mesures de ce régime consiste à couper le sujet de son passé". Avoir une histoire en effet, c'est se définir comme un être singulier. Or, aujourd'hui, "il y a quelque chose dans la digitalisation de nos rapports sociaux qui contribue à un certain effacement de l'histoire", pour la philosophe. Avec ce paradoxe qu'il reste difficile d'effacer les traces qu'on laisse sur la toile. Il en résulte "une cacophonie" et surtout "une annulation du rapport au passé". 

 



 

Le totalitarisme des données

Chaque être humain aime, souffre, manque, désire... Voilà qui est incompatible avec l'algorithme ! Clotilde Leguil "ne cache pas ses inquiétudes par rapport à cette gouvernance algorithmique qui finalement choisit à notre place, nous propose des objets de désir avant même que nous ayons eu le temps de les désirer, tout ça passant par l'univers de la toile". Certes internet a des aspects "réjouissants" mais si "cette quantification englobe la totalité de l'existence" il y a de quoi sêtre inquiet.

"Le principe même de la quantification du monde est la négation de la subjectivité.Même si "au nom du discours de la science" et de la sécurité, on cherche à gouverner les masses par "un rapport purement quantifatif au monde", il n'en reste pas moins que "ce type de pouvoir ne peut s'exercer qu'à partir du moment où la dimension du sujet est niée". Et cette quantification suppose, rappelle la philosophe, "une anonymisation de chacun". Où l'individu est désigné par une série de nombres. 

 



 

Le totalitarisme du narcissisme

"Le narcissisme de masse est le goulag des temps modernes" - graffiti repéré par Clotilde Leguil à Venise, ville touristique par excellence, où chacun se prend en photo devant les canaux et autres palais... Le narcissisme en psychanalyse est "un moment nécessaire" du développement du sujet. Mais aujourd'hui, le sujet "écrasé par la quantification du monde", trouve dans les réseaux sociaux "une autre voie". Celle de la mise en scène de sa propre vie pour dire qui il est. "Paradoxalement, cette voie-là entraîne un repli sur sa propre image, et beaucoup d'angoisse."

Invités

  • Clotilde Leguil , philosophe, psychanalyste, maître de conférences à l'université Paris-VIII

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 13h30 et 02h30

Le monde vit des transformations majeures qui touchent tous les secteurs de la vie de l’homme: travail, éducation, écologie, religions, médias, économie…Béatrice Soltner et son invité donnent des clés pour mieux penser ce monde mouvant et les défis d’humanisation à relever. Cette émission propose aussi des repères concrets pour construire du sens, là où l’homme serait tenté de ne voir que du chaos.

Le présentateur

Béatrice Soltner

Formée aux arts plastiques et à l'histoire de l'art Béatrice rejoint RCF en 1994. Elle aime faire émerger la parole et l'offrir en partage. La vie intérieure est son domaine de prédilection. Passionnée par la spiritualité et la psychologie, elle s'intéresse aussi au dialogue entre les églises chrétiennes.