"Je rêve d’un monde régi par la loi du plus faible"

Présentée par PR-26208

S'abonner à l'émission

La chronique de l'OCH

lundi 4 janvier à 6h55

Durée émission : 3 min

"Je rêve d’un monde régi par la loi du plus faible"

© Image par ROYal Studios de Pixabay

Dans notre monde de performance et de compétition, il faut être fort pour tenir. Fragilités interdites ! Sauf que cela nous épuise, et que les plus faibles parmi nous sont exclus.

Cette émission est archivée. Pour l'écouter, inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous directement si possédez déjà un compte RCF.

"Je rêve d’un monde régi par la loi du plus faible." Il a pour pseudonyme "Dandelion", celui qui ouvre ainsi sur Twitter un long partage plein de sincérité sur son expérience de personne schizophrène. Il vient de recevoir sa notification MDPH le classant dans la catégorie "handicap" dont il lit cet extrait : "psychotique, paranoïaque, incapacité entre 50 et 79%". Et de questionner avec humour : "C’est quoi ces 50 à 79% de moi qui sont handicapés ?" Ça n’a pas été facile pour lui de basculer officiellement dans le champ du handicap, vis-à-vis des autres et de lui-même. 

Professeur d’université, il avait trop de pression. Il a trop tiré sur ses forces, et s’est mis à enchainer les dépressions. Le voici donc soulagé d’avoir cette reconnaissance, qu’il a tant hésité à demander. "Dans un monde régi par la loi du plus faible, -écrit-il- j’aurais pu mettre un genou à terre sans crainte… Je n’aurais pas risqué de mourir d’épuisement pour m’intégrer". Et de faire mémoire de ces périodes où il travaillait sans fin, pour réussir à tout prix. Cette obligation d’être fort finit toujours par se payer. 

Il l’a constaté aussi en tant que professeur : la loi du plus fort exclut les plus faibles. À l’inverse, dit-il, "quand tu prévois tes cours pour les élèves les plus en difficulté, le cours roule tout seul pour les autres aussi". Et puis dit-il encore, "dans un monde régi par la loi du plus faible, il y aurait moins la peur de la maladie, du handicap, de la mort, de la folie. Ces choses feraient partie intégrante de la vie… Ca ne serait pas un échec de l’humanité… Ce serait moins dur de demander de l’aide et d’accepter qu’on nous la donne". Et l’homme de faire ainsi un long éloge de ce monde régi par la loi du plus faible, avant de conclure : "Je rêve de la loi du plus faible, je rêve de douceur, de solidarité, de ne plus avoir à être fort".

Ce témoignage si touchant de vérité de cet homme malade psychique m’a rappelé que ce rêve nous a été autorisé il y a 2000 ans, par un Dieu qui a choisi de se faire si faible qu’il s’est incarné dans un nourrisson emmailloté dans une crèche. Et Jésus, mort dans le dénuement de la Croix, ressuscité, nous a confié depuis lors non plus de rêver ce monde, mais de le construire. Pas seulement pour "Dandelion" et derrière lui tant de personnes fragiles, handicapées, mais pour le bien de tous ! 

C’est la mission de l’OCH de construire jour après jour ce monde régi par la loi du plus faible, convaincus avec Saint Paul que "quand je suis faible, c’est alors que je suis fort"Alors ensemble, faisons de 2021 une année où la loi du plus faible prendra le dessus. Bonne année à tous ! 

Les dernières émissions

L'émission

Le lundi à 6h55

L'OCH, ou Office chrétien des personnes handicapées, est une association au service des personnes malades ou handicapées, de leurs familles et de leur entourage.

Le présentateur

Philippe de Lachapelle

Philippe de Lachapelle, directeur de l'Offiche chrétien des Handicapés (OCH)