Pour s'engager, les jeunes ont besoin qu'on leur fasse confiance

Présentée par

S'abonner à l'émission

La chronique des Scouts et Guides de France

mercredi 19 juin à 6h55

Durée émission : 3 min

Le Service National Universel a été lancé en grandes pompes par le gouvernement, avec pas moins de 2.000 volontaires.

C’est important de rappeler que ce sont des volontaires pour cette phase de préfiguration. L’objectif du gouvernement est bien de le rendre absolument obligatoire, sans aucune dispense possible. Le nœud du problème est bien là. Que des jeunes de 16 ans aient envie de découvrir les corps en uniforme, le monde de l’armée, c’est très bien et comme ces 2.000 premiers volontaires sont dans cette dynamique, nul doute qu’ils seront contents. Sauf que ce programme sera imposé à 800.000 jeunes par an, les faisant tous passer dans un moule unique, mélangeant engagement avec un décorum militaire et le mythe du défunt service militaire dont on prétend qu’il permettait la mixité sociale.

Le SNU nous dit-on, va également apprendre aux jeunes à s’engager. Brune Poirson a même expliqué que le SNU allait leur permettre de s’engager pour le climat… Comme si les jeunes avaient attendu le SNU pour le faire ! Les 18-24 sont la tranche d’âge qui s’engage déjà le plus, qui donne le plus de son temps. Si on part du principe que rendre service est important, et c’est vrai que ça l’est, alors pourquoi restreindre aux jeunes ? Par ailleurs, le service, quand il est obligatoire, n’est plus un service mais une corvée. Les jeunes ne manquent pas d’envie de s’engager mais ils ont besoin d’espaces pour s’engager. Ils ont besoin d’asso qui leur ouvrent les bras, qu’on leur fasse confiance, pas qu’on leur impose un internat militarisé.

Pour le moment, ce sont des volontaires. Mais comment fera-t-on pour tous les jeunes qui ne supportent pas la vie en collectivité ? Celles et ceux qui souffrent de problèmes relationnels et qui verront, la mort dans l’âme, se refermer sur eux les portes de l’internat pour 15 jours ?

Et tout cela sans évoquer le coût astronomique du dispositif. C’est absurde parce qu’il y a tellement à faire pour beaucoup moins cher. C’est absurde parce que les objectifs annoncés sont pertinents. C’est absurde parce que de la vie en collectivité peut être intéressante. Parce que les jeunes ont besoin de voyager à travers la France. Mais il aurait fallu beaucoup plus de souplesse, d’adaptabilité, de choix. C’est ce que les Scouts et Guides de France avaient proposé quand ils ont été consultés mais nous n’avons pas eu de suites à nos propositions.
 

Ce n’est donc pas du scoutisme d’Etat comme on le lit parfois ?

Vraiment pas. Le scoutisme est un acte volontaire. Si tout le monde est bienvenu dans le scoutisme, il y a des jeunes qui ne s’y plaisent pas. On ne va pas les forcer d’autant qu’il y a plein d’autres associations ou clubs qui proposent d’autres choses très bien aussi. S’engager dans le scoutisme est une démarche libre, aussi bien chez les jeunes que les chefs et cheftaines, et c’est sans doute pour ça que ça marche. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que les chefs et cheftaines n’ont de leçon d’engagement à recevoir de personne.

Fin juillet, nous organisons "Connecte", un grand rassemblement pour les 11-14 ans avec 22.000 participants dont 10% qui vont participer à un camp scout pour la première fois de leur vie. Nous avons beaucoup plus de chefs et cheftaines que nécessaire parce que justement, ils savent que ce service va faire grandir plein de jeunes ado. Ils s’engagent parce qu’il y a ce défi qui est de faire découvrir le scoutisme au plus grand nombre ? Un défi qui a du sens, un défi concret, un défi qui rend le monde meilleur. Vous connaissez autour de vous un ou une jeune de 11-14 ans qui ne sait pas quoi faire de son été ? Parlez lui de Connecte. Ca ne coute beaucoup moins cher à la collectivité et au moins, on est sûr que ça a un impact positif sur la société.

Les dernières émissions

L'émission

Le mercredi à 6h55 et 12h48

Quelle place dans la jeunesse dans notre société ? on en parle chaque mercredi avec la présidente d’une des plus grandes associations de jeunesse : Les Scouts et Guides de France

Le présentateur

François Mandil

François Mandil est le délégué national Communication et Relations extérieures des Scouts et Guides de France.