Reprise des cultes: 30 personnes, la limite qui indigne les catholiques

Présentée par PR-25157

S'abonner à l'émission

L'actu chrétienne

mercredi 25 novembre 2020 à 7h24

Durée émission : 3 min

L'actu chrétienne

© Corinne SIMON/CIRIC

Emmanuel Macron a annoncé mardi soir la reprise des cultes dès ce samedi 28 novembre. Une condition toutefois : que les offices soient limités à 30 personnes.

Cette émission est archivée. Pour l'écouter, inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous directement si possédez déjà un compte RCF.

"Trente personnes dans ma cathédrale, c’est ridicule et absurde", s’est indigné Mgr François Touvet sur Twitter. L’évêque de Châlons-en-Champagne a déjà fait le compte : sa "cathédrale  fait 96 m de long et 25 m de large sur 30 m de hauteur. Environ  2500 m² au total. Avec 4 m² par personne, on peut mettre 600 personnes ! Il faut apprendre à compter !", s’agace-t-il.

Quelles personnes choisir ?

Le Père Grégoire Sabatié-Garat du Padre Blog interpelle lui Gérald Darmanin pour lui demander s’il faut compter les trois personnes de la Sainte Trinité dans les 30 personnes autorisées à la messe ? 30 personnes par messe. Il n'y en aura pas pour tout le monde. Alors, selon quels critères choisir ? Les critères de Jésus : les pauvres, les enfants et les prostituées en priorité, s'interroge le père Jean Baptiste Nadler, prêtre du diocèse de Vannes. Lui aussi a fait ses calculs. Il faudrait qu’il célèbre 40 messes chaque dimanche pour permettre à tous les paroissiens d'y participer.

Des fidèles déçus

Du côté des fidèles, la déception est grande. "C’est une victoire en trompe-l’œil parce que les cultes sont ouverts dès le premier dimanche de l’Avent mais 30 personnes c’est une limite qui est absurde. Emmanuel Macron maintient toujours en otage la liberté d’aller à la messe", regrette Jean-Benoît Harel, l’un des initiateurs de la pétition "pour la messe" qui a recueilli plus de 100 000 signatures. Une atteinte à la liberté de culte que l’association "pour la messe" n’exclut pas de contester notamment par la voie juridique.

Quant à la Conférence des évêques de France (CEF), elle a fait part dans la soirée de sa déception et de sa surprise. Car l’annonce n’est pas selon elle conforme aux discussions qui ont eu lieu ces dernières semaines avec les ministres concernés. L’Église catholique a en effet  proposé dans son protocole un espace de 4m² autour de chaque fidèle et une occupation partielle de l’église au tiers de la capacité habituelle. Mgr Éric de Moulins-Beaufort, président de la CEF interpelle le Président de la République pour demander que soit révisée cette mesure. Une mesure que l’épiscopat juge irréaliste, inapplicable et tout à fait irrespectueuse de la réalité de la pratique religieuse des catholiques.

Les dernières émissions

L'émission

du lundi au vendredi à 7h24

Toute l'année, la rédaction nationale de RCF vous tient informés de l'actualité de l'Église et des mouvements chrétiens.

Le présentateur

Pauline de Torsiac