Vous rêvez de faire du ski à Paris ?

S'abonner à l'émission

L'édito de Jean Merckaert

lundi 28 mai 2018 à 7h55

Durée émission : 3 min

L'édito de Jean Merckaert

Vous rêvez de faire du ski à Paris ? Grâce au groupe Auchan, vous pourrez bientôt vivre cette expérience unique à Europacity. Idéalement situé entre Paris et l’aéroport international de Roissy, le complexe Europacity vous accueillera en famille : emmenez vos enfants au parc de loisirs et laissez-les choisir leur cadeau d’anniversaire dans l’un des multiples magasins à votre disposition ! Offrez à votre chéri(e) un week-end en amoureux : dîner gastronomique, nuit d’hôtel, shopping à volonté !

Pour Auchan, allié ici à un groupe chinois, le principe est simple : les supermarchés classiques n’attirent plus. Il faut donc offrir une expérience au consommateur. On vous propose d’emmener vos enfants au centre commercial, mais en lui donnant l’apparence d’un centre de loisirs. Et Auchan voit les choses en grand : Europacity compte attirer 30 millions de visiteurs par an, c’est deux fois plus qu’Eurodisney, la première destination touristique européenne !

Les chiffres annoncés donnent le vertige : 250 000 m² de commerces, 150 000 m² consacrés aux loisirs, 2700 chambres d’hôtel, 3 milliards d’euros investis, 10 000 emplois créés. Des chiffres qui ont tôt fait de tourner la tête de nos responsables politiques, qui n’ont eu de cesse de soutenir le projet.

Pourtant, si l’on regarde les choses posément, l’intérêt économique de l’opération interroge. L’investissement privé dans ces départements en difficulté sociale est certes le bienvenu. Mais combien d’emplois détruits pour les 10 000 emplois promis ? En effet, la survie des trois centres commerciaux qui existent déjà alentour serait menacée, de même que celle des commerces de proximité. Et pour les pouvoirs publics, l’opération n’est pas gratuite : on attend d’eux une gare du futur Grand Paris Express. Coût annoncé pour ce tronçon : 1 milliard d’euros.

Europacity est surtout une aberration écologique : alors que les terres agricoles se font de plus en plus rares en Île-de-France, ce sont 80 hectares des meilleures terres que ce projet veut bétonner. Pourtant, une ceinture verte, comme autour de Barcelone ou Montpellier, permet non seulement de nourrir la ville, mais aussi d’absorber l’eau de pluie et de rafraîchir l’air en cas de canicule… Aberration écologique encore, car ce temple dédié à l’hyperconsommation devrait émettre autant de CO2 qu’une ville de 140 000 habitants.

Finalement, Europacity est l’expression parfaite de tout ce que dénonce le pape François dans Laudato Si’ : le consumérisme, la soumission du politique à l’économique, la prétention des hommes à soumettre à leur voracité tout ce qui est beau, tout ce qui est fragile.[1] Heureusement, des voix s’élèvent pour demander l’abandon du projet[2]. Des collectifs citoyens, qui organisaient hier un pique-nique festif, proposent des alternatives maraichères. Et un grand nombre de commissions consultées ont rendu des avis négatifs.[3]

Il y a un mois, le Premier ministre Edouard Philippe, présentait un plan visant à « consommer un peu moins ». Et se réclamait de « la sobriété heureuse chère à Pierre Rabhi » [4]. Peut-il décemment soutenir Europacity ?

[1] Cf. par exemple « ce niveau d’intervention humaine, fréquemment au service des finances et du consumérisme, fait que la terre où nous vivons devient en réalité moins riche et moins belle, toujours plus limitée et plus grise » (Laudato Si’, §34)
[2] Par exemple, https://www.la-croix.com/Debats/Forum-et-debats/Europacity-consumerisme-... (un texte auquel je me suis volontiers associé) ou http://www.liberation.fr/debats/2017/11/30/contre-la-folie-europacity-cu...
[3] On peut citer l’autorité environnementale sur le plan local d’urbanisme de Gonesse, le commissaire enquêteur sur l’urbanisation du Triangle, l’Agence francilienne de la biodiversité, la Commission départementale pour la préservation des espaces naturels agricoles et forestiers, ou encore la consultation populaire menée en ce début 2018. Cf. Jade Lindgaard, « Au Triangle de Gonesse, l’Etat sort le rouleau compresseur », Mediapart, 26 mai 2018. https://www.mediapart.fr/journal/france/260518/au-triangle-de-gonesse-l-...
[4] https://www.bfmtv.com/politique/philippe-annonce-un-plan-antigaspillage-...

Les dernières émissions

L'émission

Tous les lundis à 07h55

Chaque lundi, dans la Matinale RCF, retrouvez l'édito de Jean Merckaert, rédacteur en chef de la revue Projet, éditée par le Ceras.