Mort de Jean Vanier, fondateur de l'Arche

7 mai 2019 Par

Fondateur de la communauté de L'Arche, Jean Vanier s'est éteint dans la nuit du 6 au 7 mai à l'âge de 90 ans. Il avait consacré sa vie à l'accueil des personnes handicapées.

Mort de Jean Vanier, fondateur de l'Arche - Fondateur de la communauté de L'Arche, Jean Vanier s'est éteint dans la nuit du 6 au 7 mai 2019 à l'âge de 90 ans. Il avait consacré sa vie à l'accueil des personnes handicapées.
> Cliquez ici pour consulter notre dossier spécial

 

"Chers amis, nous avons la grande tristesse de vous annoncer le décès de Jean Vanier. Jean s’est éteint paisiblement aujourd’hui mardi 7 mai à 2h10 à Paris entouré de quelques proches. Ces derniers jours, tout en restant très présent, il avait rapidement décliné." 

 

Ce message publié sur le site de la communauté de L'Arche annonce la mort de son fondateur, qui était hospitalisé depuis le 18 avril dernier. Jean Vanier aura profondément marqué par la force et la simplicité de son message : l'accueil inconditionnel des personnes porteuses de handicap. Ses nombreuses prises de parole incitaient, toujours avec douceur, à changer de regard sur la fragilité, celle de l'autre et celle que l'on porte en soi.

"Je me sens profondément en paix et dans la confiance. Je ne sais pas de quoi mon futur sera fait, mais Dieu est bon et quoiqu’il arrive, ce sera pour le mieux. Je suis heureux et dis merci pour tout. Du fond du cœur, mon amour pour chacun de vous." Ce sont parmi les dernières paroles de Jean Vanier. Ses funérailles seront célébrées dans l'intimité le jeudi 16 mai à 14 heures.
 

"Une immense fécondité"

Jean Vanier avait fondé en 1964 les communautés de L'Arche, qui accueillent des personnes ayant un handicap mental. Il avait aussi fondé avec Marie-Hélène Matthieu en 1971 le mouvement Foi et Lumière, des communautés de rencontres qui se tissent autour de personnes handicapées mentales.

"Nous connaissons tous la place de Jean dans l’histoire de L’Arche et de Foi et Lumière ainsi que dans l’histoire personnelle d’un très grand nombre d’entre nous. Jean a eu une vie d’une immense fécondité. Nous voulons d’abord rendre grâce pour cela", peut-on lire sur le site de L'Arche, qui propose à chacun de déposer un message ou un témoignage.

La secrétaire d'État chargée des personnes handicapées, Sophie Cluzel, a déclaré ce matin sur Twitter garder "le souvenir de son humanisme et de son action résolue pour donner toute leur place aux plus vulnérables au cœur de la cité".
 

 

"Au revoir Jean Vanier". L'association À Bras Ouverts, qui accueille des jeunes porteurs d'un handicap le temps d'un week-end ou d'un séjour, a publié ce mardi un message sur sa page Facebook

Au revoir, Jean Vanier. 
Merci de nous avoir appris à accueillir à bras ouverts le plus faible, le plus fragile, le plus vulnérable.
Merci de nous avoir appris que cette vulnérabilité est un trésor, à mettre au cœur de nos vies.
Merci de nous avoir appris à trouver la vraie Joie, celle qui est sans artifices et qui vient directement du cœur.
Aujourd’hui nous sommes tristes, mais nous continuerons de vivre de cette Joie !

 

Vie de Jean Vanier

Jean Vanier naît le 10 septembre 1928 à Genève. Fils de diplomate - son père fut gouverneur général du Canada de 1959 à 1967 - il passe son enfance entre la France et l'Angleterre. À l'âge de 13 ans, il s’engage dans la Marine Royale Britannique pour démissionner en 1950. Il a alors 22 ans, il est animé par une profonde quête spirituelle et se tourne vers des études de philosophie et de théologie. Pour répondre à son désir de devenir prêtre, il rejoint la communauté de l’Eau vive. Devenu enseignant, il est profondément marqué par sa rencontre, en 1963, avec des personnes porteuses d'un handicap.

► ÉCOUTER | Jean Vanier raconte sa première rencontre avec des personnes handicapées [ARCHIVE DU 25.01.2018]

00:00

00:00

 

S'il aime enseigner - "j'aimais la recherche du vrai, ça me passionnait" - Jean Vanier est à la recherche d'autre chose : "Je savais que ce n'était pas ça". En août 1964, il s'installe à Trosly-Breuil (Oise) avec Raphaël et Philippe, deux orphelins malades et handicapés. Il partage avec eux une vie simple. C'est à ce moment qu'il ressent "une certitude intérieure" que c'est là "[sa] place". 

► ÉCOUTER | JEAN VANIER décrit sa "certitude intérieure" au moment de fonder l'Arche [ARCHIVE DU 25.01.2018] 

00:00

00:00

 

Malaise au sein de la communauté de l'Arche

Si Jean Vanier s'est installé à Trosly-Breuil ce n'est pas par hasard : à la fin de l'année 1963, il a rendu visite au dominicain Thomas Philippe alors aumônier du Val Fleuri. Une institution qui accueille des hommes avec un handicap mental. Cette rencontre avec le dominicain a certes été décisive dans la vie de Jean Vanier, elle jette toutefois aujourd'hui le trouble sur la communauté.

Thomas Philippe a en effet été mis en cause récemment dans un documentaire diffusé sur Arte en mars 2019, "Religieuses abusées, l'autre scandale de l'Église" de Éric Quintin et Marie-Pierre Raimbault. Documentaire dont la rediffusion a été interdite dernièrement par la décision d'un tribunal allemand, et qui révélait au grand public des soupçons déjà connus depuis plusieurs années. Jean Vanier était-il au courant des agissements du Père Philippe ? Quelle que soit la réponse, il appartiendra à chacun d'effectuer un discernement pour ne pas occulter la force et la beauté du message de Jean Vanier.

 

Sur le même thème :