Saint-Valentin | Faire de son couple une école de vie

© Picography / Pixabay

Bientôt la Saint-Valentin, et si on en profitait pour parler d'amour? Les psychologues, conseillers conjugaux ou religieux sont unanimes: un couple ça se construit.

La vie à deux n'est pas un long fleuve tranquille! Alors qu'un couple sur deux se sépare, peut-on encore croire à l'amour durable? Enfants, vie professionnelle, belle-famille... comment être suffisamment disponible à l'autre? Comment rester soi-même et ne faire qu'un? Comment établir ou rétablir un dialogue quand le quotidien use la complicité? Du pardon au dialogue, faire vivre son couple se décide chaque jour.
 

Faire une retraite en couple: deux jours pour se parler et (re)bâtir un avenir à deux
> Cana Couples: la communauté du Chemin Neuf propose des retraites pour les couples mariés, fiancés, les personnes divorcées ou séparées
> Les Equipes Notre-Dame aident les couples à vivre dans la foi
> Sur Notre-Dame du Web, la liste des retraites pour les couples proposées par la famille ignacienne
>  Les retraites des Foyers de Charité

Parler de sexualité en couple: pourquoi c'est important, avec Sophie Lutz

Parler de sexualité en couple: pourquoi c'est important, avec Sophie Lutz

Sophie Lutz vient de publier "Donne-moi des baisers de ta bouche" (éd. L'Emmanuel), un parcours de dialogue et de réflexion autour de la sexualité.

On la connaît pour ses chroniques dans Ombres et Lumières, Sophie Lutz est la mère de quatre enfants, dont Philippine, poly-handicapée, aujourd'hui âgée de 16 ans. Si ses publications portent essentiellement sur le handicap, en juin 2016 elle a publié "Donne-moi des baisers de ta bouche" (éd. L'Emmanuel). Une sorte de guide pour aider les couples à parler de sexualité. Selon elle, il est en effet "utile, urgent et important" de mettre des mots au sein du couple sur sa vie sexuelle. "Jean-Paul II parle de relecture de la vie sexuelle", explique-t-elle.
 

la sexualité pour souder un couple

Que des couples ne résistent pas à l'épreuve du handicap de leur enfant, Sophie Lutz le comprend. Elle témoigne que cette épreuve peut aussi rapprocher les conjoints. "L'épreuve vécue avec Philippine nous a soudés avec mon mari, comme c'était difficile on a cherché une consolation dans notre relation et notamment dans notre sexualité." Avec la justesse qu'on lui connaît, elle livre le questionnement qui a été le leur: "Quand le fruit de l'amour est abimé on se dit pourquoi notre amour produit-il du malheur? C'est perturbant quant à la signification de la sexualité." C'est avec tout autant de délicatesse qu'elle évoque dans son livre la sexualité.
 

La sexualité: en parler en couple

"Qu’il me donne les baisers de sa bouche" (Ct, 1n 2)* Le titre de l'ouvrage de Sophie Lutz est emprunté au Cantique des cantiques. Comme un clin d'œil pour signifier que le christianisme, religion de l'incarnation, a toute légitimité à parler de la sexualité. Il n'est pas nécessaire de signaler ici le paradoxe - "On hérite d'une période puritaine", admet Sophie Lutz. Il est au contraire essentiel de redire la bonne nouvelle que représente la sexualité pour les couples. Elle célèbre le mystère de l'autre.

Mariée, mère de quatre enfants, Sophie Lutz est conférencière, auteure de chroniques pour la revue Ombres et Lumières, de l'OCH (Offiche chrétien des personnes handicapées). En 2007, elle publie "Philippine, la force d’une vie fragile", et en 2012, "Derrière les apparences" (éd. L'Emmanuel).

 

00:00

00:00

Le couple, entre désir d'être à deux et besoin d'être soi

Le couple, entre désir d'être à deux et besoin d'être soi

Il y a des couples enfermés dans une haine réciproque des conjoints. Le sociologue Jean-Claude Kaufmann les a étudiés. Il répond à Monseratta Vidal.

Les couples français ont connu 12.500 divorces en 2015. Dans trois cas sur quatre ce sont les femmes qui demandent à se séparer. Mais quand le couple s'enferme dans un piège et devient harcèlement mutuel, les femmes aussi bien que les hommes ont du mal à en sortir. C'est cette situation que le sociologue Jean-Claude Kaufmann étudie dans son dernier ouvrage "Piégée dans son couple" (2016).

Le couple est depuis longtemps son laboratoire d'analyse: Jean-Claude Kaufmann l'a choisi pour questionner au départ ce que Bourdieu appelait "l'habitus", c'est-à-dire ces automatismes que l'on a en soi de façon non-consciente. Le sociologue a voulu comprendre si cette mémoire inconsciente peut, ou non, changer. A ce titre, le couple l'intéresse pour les automatismes communs né de l'union de "deux mondes étrangers". En étudiant le couple, il dit avoir découvert "quelque chose d'extrordinairement compliqué et merveilleux".

"Il y a aujourd'hui une contradiction extrêmement forte entre le rêve d'amour conjugal et la grande difficulté à mettre en pratique ce rêve."

 

La méthodologie du sociologue pour étudier les couples c'est de leur proposer des questionnaires via Internet. Ce sont surtout les petits détails du quotidien qui l'intéressaient jusqu'au jour où une question sur le lit conjugal a fait naître des témoignages de femmes parfois très amers, dont certains reflétaient des situations de réelle souffrance - témoignages de femmes car quand le couple va mal, ce sont surtout elles qui en parlent. "Le lit est le révélateur des contradictions du couple", entre désir d'être à deux et besoin d'être soi et d'exprimer son bien-être personnel.

"Il y a un rêve romantique très répandu chez les femmes, mais je ne condamne pas ce rêve, il est nécessaire." Il peut encourage de réels moments de communion. La plupart du temps nourri par des lectures et des films, ces rêves sont cepêndant vecteurs de désillusions. Et ce d'autant plus qu'aujourd'hui on donne au couple de nouvelles fonctions. On attend de son couple qu'il soit un refuge devant un monde extérieur difficile. Quan don est enfin bien chez soi, on n'est plus sous le regard des autres. "D'où des attitudes régressives, comme porter des vêtements défraîchis ou s'avachir sur le canapé", observe le sociologue. Or, la vie conjugale a besoin de temps personnels mais aussi de temps d'attention à l'autre. 

De la fragilité des couples

De la fragilité des couples

Pourquoi y a-t-il autant de divorces? L'union durable a-t-elle disparu? Comment le mariage est-il devenu si fragile? Stéphanie Gallet et ses invités recueillent les réactions des auditeurs.

L'être humain étant vulnérable et fragile, voir ses amis se séparer influe forcément sur le psychisme. Trouver un équilibre entre les âmes, les esprits, les corps... cela ne va pas de soi. Le couple est une affaire complexe, toujours à renouveller, à reconstruire.

Si peu de gens savent ce qu'est vraiment l'amour! Si on attend d'une relation amoureuse qu'elle inscrive dans la durée un état passionné, on court à l'échec. Il faut par ailleurs distinguer la passion de l'état amoureux. La passion est bien plus narcissique que l'état amoureux.

L'argent au coeur du couple

L'argent au coeur du couple

L'argent peut constituer de nombreuses tensions dans un couple. Comment en parler? Stéphanie Gallet reçoit Aldo Naouri.

L'argent ne fait pas le bonheur et dans certaines familles il est source d'angoisses et d'incertitudes. A la difficulté du quotidien s'ajoutent des histoires personnelles particulières et autant de perceptions de l'argent. Très vite, on réalise que parler d'argent dans le couple c'est parler de l'amour, de la vie, de la mort, des enfants mais aussi des parents.. C'est évoquer le monde du travail, les rapports hommes-femmes et les regards de la société sur la famille.

(En)fermé dans son couple

(En)fermé dans son couple

Parfois il arrive que l'on se sente enfermé dans son couple: quand la vie à deux ressemble à un vide, quand elle ne ressemble plus à ce dont on rêvait. On en parle avec Stéphanie Gallet.

Pourquoi une histoire qui avait si bien commencé est-elle devenue cet espèce de vide dans lequel on a le sentiment d'être enfermé? Ce pourquoi? revient sans cesse aux oreilles de Jean-Claude Kaufmann depuis qu'il étudie les couples en crise. Dans son dernier ouvrage, "Piégée dans son couple", il décrit le temps où deux personnes qui s'aimaient n'en sont pas encore à la haine, mais sententun délitement de leur couple. Le sentiment de piège tient notamment au fait que souvent on ne veut pas en parler car cela va à l'encontre de tout ce dont on rêvait.

"Plus j'avance plus je découvre à quel point c'est compliqué un couple!" Depuis plus de 20 ans Jean-Claude Kaufmann a scruté tous les aspects de la vie à deux: la chambre à coucher, le bac à linge sale, la cuisine, les agacements et mêmes les conversations du dimanche soir, celles où l'on ne peut pas se raconter sa journée de travail. Depuis 20 ans, il écoute des hommes et des femmes - surtout des femmes. Assez massivement ce sont elles qui écrivent sur le blog du sociologue pour répondre à ses enquêtes. Souvent les hommes taisent en effet leur insatisfaction alors que les femmes en parlent et cherchent à comprendre.

Parmi ce qui soude un couple, Jean-Claude Kaufmann identifie d'abord ce qu'il appelle le "bavardage conjugal": on commente l'actualité ensemble, on fait des projets de vacances, on critique - gentiment - tel ami ou membre de la famille... Des échanges qui font une culture commune et qui présentent cet intérêt que les hommes y participent. On peut aussi trouver dans des activités communes, comme le jardinage, le sport ou un engagement associatif, un moyen de se rapprocher. Mais ce qui fait la solidité du couple, pour le sociologue, ce sont les "vraies conversations intimes", celles où l'est atttif à l'autre, à ses désirs et à ses insatisfactions. Un échange qui doit cependant se faire en des moments privilégiés, "avec doigté, pas tous les jours ni n'importe quand", prévient Jean-Claude Kaufmann.

L'art de bien se disputer en couple

L'art de bien se disputer en couple

La dispute au sein du couple démarre souvent quand l'un des deux conjoints se sent attaqué dans ce qu'il est. Explications de Marthe Marandola au micro de Béatrice Soltner.

Il y a les petites réflexions qui font mal, les éclats de voix qui font trembler les murs de la maison. Certains en viennent parfois à briser la vaisselle. Exaspération, conflit ouvert: tous les couples traversent des moments de crise. La dispute au sein du couple, est même "tout à fait et absolument normale", selon Marthe Marandola. Souvent, ce qui la déclenche c'est le sentiment d'être attaqué personnellement. Goût, opinion, façon de faire ou habitude, au fond, constituent un peu de ce que l'on est. Dans la dispute de couple c'est souvent l'être qui sent qu'il doit se défendre.

"Les disputes ne sont jamais anodines, elles révèlent toujours quelque chose de soi." Ainsi, c'est toujours bien de s'interroger sur ces réactions que l'on a et qui peuvent parfois surprendre. Des points de vulnérabilité sont la plupart du temps révélés. Or, en général, au sein d'un couple les conjoints se répondent l'un l'autre par des attaques successives. Partager un petit-déjeuner, aller faire les courses... les mille petits instant du quotidien peuvent devenir des sujets de discorde permanente. Un éloignement émotionnel s'enclenche et qui, si l'on n'y prend pas garde, peut aller jusqu'à la rupture.

Jean-Pascal et Nolwenn: un couple guidé par Louis et Zélie Martin

Témoin

Convaincus de l'intercession de Louis et Zélie Martin en faveur de la guérison de leur fille, Jean-Pascal et Nolwenn témoignent à Hubert Moritz (RCF Orne) de leur dévotion pour le couple.

Elle a grandi dans la foi avec la communauté Réjouis-toi, lui avec la communauté de L'Arche, fondée par Jean Vanier. Nolwenn et Jean-Pascal habitent à Alençon, ils sont tous deux éducateurs spécialisés. Leur fille  Anne-Zélie a subi une lourde opération quelques jours après sa naissance.

Un événement bouleversant pour les jeunes parents, qui se sont sentis entourés des prières de leurs amis. Au moment de l'opération de leur fille, Louis et Zélie Martin étaient béatifiés. Aujourd'hui encore, et quatre autre enfants plus tard, Jean-Pascal et Nolwenn restent convaincus de l'intercession du saint couple en faveur de leur fille.

Les origines de la Saint-Valentin, des Lupercales au romantisme

Les origines de la Saint-Valentin, des Lupercales au romantisme

Saint Valentin aurait été exécuté un 14 février pour avoir célébré des mariages clandestins. Avec le temps la légende s'est emparé de cette figure pour en faire un saint patron de l'amour.

Des saint Valentin, l'Église en a déclaré huit. L'un d'entre eux est auréolé d'une légende, emprisonné et exécuté un 14 février pour avoir célébré des mariages de façon clandestine. Autour de lui s'est écrit "une histoire linéaire toute simple autour d'un saint patron de l'amour, en réalité l'histoire est bien plus complexe que cela. Ce que le sociologue spécialiste du couple Jean-Claude Kaufmann explique dans son dernier ouvrage "Saint Valentin mon amour !" (éd. Les liens qui libèrent).
 

des Lupercales de la Rome antique...

L'origine de la fête est apparue en concurrence avec une fête païenne, les Lupercales. Des hommes nus ou à demi défilaient dans les rues de la ville et fouettaient (symboliquement) le ventre des femmes pour encourager leur fertilité. Une fête sacrée mais vue comme débridée par les premiers chrétiens. Fêter saint Valentin ce jour-là procède d'un désir de corriger et de reprendre en main cette fête.
 

... au romantisme à l'américaine

Au XVè siècle, on passe des carnavals amoureux à ce que le sociologue appelle un "tournant poétique". De France arrive en Angleterre la tradition consistant à envoyer des mots d'amour sur des cartes. Vers 1840 une carte est envoyée aux Etats-Unis, un nouveau pays en manque de rituels et de fêtes. "Un manque de spiritualité, de sentiments", aussi. Entre 1840 et 1850, on assiste à une "véritable explosion", de la pratique des cartes.

00:00

00:00

Les dossiers RCF