Bagdad: des chrétiennes sommées de porter le voile comme la Vierge

16 décembre 2015 Par

Une nouvelle forme de la montée du communautarisme en Irak, qui inquiète notamment Mgr Louis Sako, patriarche de Bagdad.

Les femmes chrétiennes de Bagdad vont-elles devoir porter le voile à la manière de certaines musulmanes… ou de la Vierge Marie ? Dimanche dernier, les chrétiens vivant encore à Bagdad ont eu la désagréable surprise de voir placardées sur les murs de leur maison des affiches invitant leurs femmes à porter le voile.

Traduit en français, le message, avec lequel s’accompagne une image de Marie, veut à peu près dire cela : "Arrêtez-vous et réfléchissez. A toutes nos très respectables sœurs chrétiennes, la Vierge Marie était voilée parce qu’elle suivait la loi du prophète et parce que cette loi est issue d’une seule source divine. Seul Satan ne l’accepte pas. Vous devez imiter la Vierge Marie. Ainsi, pourquoi ne portez-vous pas le voile ?"

Pour Monseigneur Louis Raphaël 1er Sako, patriarche de Babylone des Chaldéens, ces pancartes sont l’œuvre "de milices chiites, probablement". Celui qui ne cesse d’œuvrer pour le dialogue islamo-chrétien semblait très affecté par un tel acte. "Nous disons aux chrétiens de rester dans leur pays, mais où et comment ? Chaque jour, ils inventent une nouvelle mesure. Ils ne nous laissent pas respirer" explique-t-il, cité par La Croix.

La nouvelle a également fait réagir Mgr Pascal Gollnisch. Interrogé par le Figaro, l’évêque a notamment indiqué qu’il fallait arrêter "de se sentir obligés de se taire sur la question du respect des droits des minorités religieuses dans les pays arabes". Le président de l’Oeuvre d’Orient regrette le manque de fermeté du gouvernement irakien sur le sujet de la protection des chrétiens d’Orient.

Déjà persécutés par Daech, ils pourraient être victimes, si elle était acceptée, d’une réforme de la Constitution irakienne qui imposerait notamment la conversion à l’Islam obligatoire pour un enfant dont l’un des deux parents abandonne le christianisme pour la religion musulmane. Pour Hana Salioh, irakienne, interrogée par le site Ankawa.com, ces affiches ressemblent tristement à la méthode de  l’Etat islamique, taguant sur les maisons chrétiennes le symbole "Noun", très présent désormais sur Twitter, en signe de soutien aux minorités chrétiennes.