Education: la FCPE ne comprend pas la "précipitation" du ministre

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le Grand Invité

mardi 27 juin 2017 à 7h50

Durée émission : 15 min

Le Grand Invité

© MARTIN BUREAU AFP

Jean-Michel Blanquer, le nouveau ministre de l'Education nationale, a annoncé lundi les nouvelles mesures qui seront appliquées à la prochaine rentrée des classes.

Rythmes scolaires adaptés, classe de CP déchargées, réforme du collège assouplie. Le ministre de l’éducation a annoncé mardi les nouvelles mesures qui seront appliquées à la rentrée prochaine. Jean Michel Blanquer souhaite en outre que d’autres réformes soient mises en place à partir de 2018. 

 

"Nous ne comprenons pas cette précipitation"

Au sujet du calendrier de mise en place de ces mesures, et notamment sur celui de la rentrée prochaine, en septembre, "nous ne comprenons pas cette précipitation. Nous pensions que les Français n’avaient pour objectif que l’on vienne toucher à des réformes à peine mises en place, et surtout sur lesquelles on manque de recul, notamment en ce qui concerne le collège et les rythmes scolaires" explique Liliana Moyano, présidente de la FCPE, la Fédération des Conseils de Parents d'Elèves.

"Nous sommes là dans une véritable maladie française. A chaque changement de gouvernement, on vient défaire ou détricoter ce qui a été fait par les prédécesseurs. Tous les pays qui ont réussi à transformer de manière profonde leur système éducatif sont des pays qui ont instauré la réflexion autour de l’école sur un temps long. Il faut prendre le temps de consulter la communauté éducative et de réfléchir" ajoute-t-elle.

Jean-Michel Blanquer a notamment envisagé de diviser par deux les classes de CP dans les zones d’éducation prioritaire. "Avec quels moyens ? Cela implique du redéploiement d’enseignants, et malgré les assurances du ministre, et malgré le fait que nous avons toujours défendu de petits effectifs, cela ne nous semble pas être une vue à long terme, qui ne pourra pas fonctionner" lance-t-elle.

 

En France, peu de jours d'école mais des semaines fatigantes

Il y a cependant une véritable réflexion sur le temps de l’enfant avec la possibilité d’avoir le choix entre différentes formules. Des dérogations seront possibles pour revenir à la semaine de quatre jours au lieu de celle de quatre et demi réinstaurée en 2014. "Nous demandons au ministre qu’au lieu de revenir à la semaine de quatre jours, il faut poursuivre le travail sur le calendrier et les rythmes scolaires. La France est le pays dans lequel il y a le moins de jours d’écoles par rapport aux autres pays de l’OCDE. Paradoxalement, nous avons la semaine la plus dense et la plus fatigante de tous ces pays" précise Liliana Moyano.

Enfin Jean-Michel Blanquer souhaite revenir sur une mesure de Najat Vallaud-Belkacem, qui avait voulu rendre le redoublement exceptionnel. Le ministre de l’Education actuel souhaite pouvoir rendre un redoublement plus facile. Pour la FCPE, "le redoublement coûte cher, il n’est pas très efficace. Et c’est faire peser l’échec scolaire sur la seule responsabilité de l’élève, comme si c’était uniquement de son fait. Nous préférons travailler sur des innovations pédagogiques".

 

 

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 8h10

Chaque matin, Stéphanie Gallet reçoit une personnalité au cœur de l’actualité nationale ou internationale. Décryptage singulier de notre monde et de ses enjeux, mais aussi découverte d’un parcours, d’un engagement. Au cœur de la grande session d’information du matin, une rencontre quotidienne pour prendre de la hauteur avec bienveillance et pour donner du sens à l’information.  

Le présentateur

François Ballarin