[Législatives] Majorité absolue pour En marche! et faible participation

La République en marche (LREM) dispose d'une majorité absolue à l'Assemblée nationale. Désormais, le président de la République comme le premier ministre "ont les moyens de leur politique".

Dimanche 18 juin 2017, les Français ont élu leurs députés. Moins d'un Français sur deux s'est rendu aux urnes. Un très fort taux d'abstention qui ternit la victoire importante de La République en marche (LREM). 
 

Désormais, le président de la République comme le premier ministre "ont les moyens de leur politique"

 

Une victoire un peu moins écrasante que prévue

On annonçait des scores sidérants, LREM dispose d'une majorité absolue mais moins écrasante que prévue. C'est tout de même un fait exceptionnel pour "un parti qui n'existait pas il y a 14 mois". Désormais, le président de la République comme le premier ministre "ont les moyens de leur politique, et peuvent la mettre en œuvre dès cet été".

A priori pas de remaniement majeur du gouvernement à prévoir. "Il va passer de la phase campagne, à un gouvernement qui va devoir agir." Dès cet été on peu supposer que d'importantes mesures vont être prises, notamment celle de la réforme de l'Éducation et du code du Travail, la moralisation de la vie publique, ou encore l'assurance chômage...
 

Opposition, le sentiment d'un paradoxe

Si l'on observe les chiffres, le parti des Républicains constitue la principale force d'opposition. Mais "en les écoutant on ne comprend pas bien quelle est leur ligne", selon Renaud Payre. Se rapprochera-t-on de la ligne d'un Laurent Wauquiez autour d'un noyau plus conservateur? Ou de celle d'un François Baroin qui parle de différences avec le président de la République? "On ne sait pas."

Du côté de la gauche, ce n'est pas l'hécatombe annoncée pour le PS, qui aura un groupe à l'Assemblée. Reste à savoir si les socialistes feront le choix de s'aller aux communistes. Enfin, France insoumise, qui souhaitait être la première force d'opposition, reste en deçà de son objectif.

Quant au Front national, la virulence des propos de Marine Le Pen dissimule à peine que son parti l'emporte de très peu de voix dans certaines circonscriptions.
 

"Vers une restructuration de notre système de partis"

"Quand le premier parti de France se dit et de droite et de gauche, cela a des impacts de partout." Renaud Payre entrevoit des conséquences importantes de ces résutats aux législatives sur le Sénat ou les collectivités territoriales.

 

[ÉCOUTER]Renaud Payre, directeur de l'Institut d'études politiques de Lyon

00:00

00:00

 

Sur le même thème :