Manuel Valls célèbre sa première année à Matignon dans un contexte compliqué pour lui

Le Premier ministre aurait certainement rêvé d’un autre contexte pour fêter sa première année à Matignon et faire face aux questions au gouvernement à l'Assemblée nationale.

Manuel Valls, resté à Paris au lieu de se rendre comme prévu à Berlin, a été interpellé à la fois par l’opposition de droite, devenue majoritaire dans les départements, et par la gauche, sèchement battue dans les urnes. Les uns et les autres lui reprochent de maintenir la politique menée depuis trois ans en dépit du vote sanction des Français, même si chaque camp réclame deux caps radicalement différents. La réponse de Manuel Valls :


Il a indiqué qu’un remaniement serait possible si socialistes et écologistes se mettent d’accord sur un pacte concernant la ligne économique actuelle et la transition énergétique. Manuel Valls prépare aussi de nouvelles mesures en faveur des entreprises mais aussi du pouvoir d’achat afin d’aller chercher les 1,5% de croissance qui pourrait faire baisser le chômage.
Cécile Duflot a estimé que si la détermination était une qualité, l’entêtement pouvait être une faute, que le logiciel Valls était périmé et que François Hollande devait changer de modèle. Ajoutons que les députés ont adopté une proposition de loi qui va permettre à titre exceptionnel aux électeurs de s’inscrire jusqu’en septembre pour voter aux élections régionales de décembre.