​Migrants: les associations dénoncent l’inaction des pouvoirs publics

10 avril 2019 Par

De nombreuses associations et collectifs d’aide aux migrants ont suspendu leurs interventions en région parisienne pour dénoncer une situation critique.

Assurer l’aide aux migrants seuls devient compliqué. Une vingtaine d’associations et de collectifs d’aide aux migrants ont suspendu mardi 9 avril  leurs interventions à Paris et en proche couronne. Elles veulent ainsi dénoncer l’inaction des pouvoirs publics face à une situation qu’elles qualifient de dramatique, et qui n’est plus tenable.

Entre 700 et 1.200 migrants vivent régulièrement dans la rue autour de Paris. Cette action coup de poing vise également à dénoncer les propos tenus vendredi par le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, qui a estimé que dans certains cas, les ONG en Méditerranée ont pu se faire complices des passeurs. Des propos extrêmement "gênants" pour Christian Reboul, responsable plaidoyer migrations à Médecins du Monde.

00:00

00:00

"Les personnes que l’on a à Paris, et dans le Nord-Est parisien, on le voit dans le huis-clos de nos consultations à Médecins du Monde, nous racontent ce qui se passe pendant ce parcours migratoire, et notamment ce qui se passe en Libye. Les gens sont persécutés, torturés, parfois violés" ajoute-t-il.

"Pour en revenir aux déclarations du ministre Castaner, ce qui est extrêmement gênant, c’est que le ministre préfère accuser les ONG de je ne sais quelle collusion avec les passeurs, et il en oublie de parler de la situation des migrants, encore une fois terrible en Libye, et de la collusion avérée et prouvée par l’ONU entre les gardes-côtes libyens et les passeurs. Et enfin il reste complètement silencieux sur les exactions, à la fois des passeurs, et des gardes-côtes libyens. On a une espèce de renversement des valeurs, et c’est profondément choquant" conclut-il.

Les ONG rappellent que près de 15.000 repas sont distribués par leurs soins et qu’elles dispensent 290 consultations médicales chaque semaine. Et de marteler que si la situation ne dégénère pas, c’est grâce à leurs actions et présence sur le terrain.

 
 

Sur le même thème :