Pour France Stratégie, mieux vaut être né en Île-de-France pour réussir

6 novembre 2015 Par

Selon une étude publiée par France Stratégie, les chances de prendre l’ascenseur social sont plus nombreuses en Ile-de-France qu’ailleurs.

L’ascenseur social n’est pas en panne en France. Cela dit, pour en bénéficier, mieux vaut vivre à certains endroits clés du pays. Selon une étude publiée par France Stratégie ce vendredi, les chances de réussir socialement pour les enfants d’ouvriers et d’employés passeraient du simple au double en fonction de la région.

Et sans grande surprise, en matière d’ascenseur social, ce qui implique un bon accès à l’éducation et au travail, mieux vaut être né en Ile-de-France, surtout si l’on vient d’un milieu modeste. Selon France Stratégie, la mobilité ascendante atteindrait même 47 % à Paris. Un chiffre bien plus important que celui de la Creuse par exemple, qui atteint seulement 24,7 %.

En dehors de la région parisienne, il faut aussi constater, selon l’étude de l’organisme de réflexion, que la progression sociale des classes modestes fonctionne également bien en Bretagne, en Rhône-Alpes, en Midi-Pyrénées et en Aquitaine. A l’inverse, l’ascenseur social semble en panne en dans le nord de la France, et en Poitou-Charentes.

L’orientation scolaire a semble-t-il une importance primordiale. Ainsi, dans certaines régions, les classes populaires seraient davantage orientées vers des filières professionnelles et technologiques. France Stratégie révèle notamment que certaines académies encourageraient, indirectement, les fils d’ouvriers, à suivre la même orientation professionnelle que leurs parents.

France Stratégie, un organisme qui dépend de Matignon, met ici en cause l’Education nationale, qui ne donnerait pas forcément envie aux jeunes d'aller "voir ailleurs", d'envisager une autre voie professionnelle. A ce titre, l’étude croit savoir que la fusion des régions pourrait être cet accélérateur de mixité, qui améliorerait les performances de l’ascenseur social dans le pays.