Vatileaks 2: début du procès pour les cinq prévenus

23 novembre 2015 Par

Trois employés et deux journalistes vont comparaître mardi devant la justice du Vatican. Ils sont accusés d'avoir soustraits ou publiés des documents confidentiels du Saint-Siège.

Sur le banc des accusés : Mgr Angel Vallejo Balda et la consultante italienne Francesca Chaouqui, tous deux membres de l'ancienne commission préparatoire à la réforme financière de la Curie mais aussi le secrétaire de Mgr Balda, Nicolas Maio. Il faut ajouter à ces trois collaborateurs du Vatican, et c’est une nouveauté, deux journalistes.

Emiliano Fittipaldi et Gianluigi Nuzzi sont dans la ligne de mire du Vatican pour avoir publié des livres révélant les scandales financiers au Saint-Siège.
Si la convocation de deux journalistes devant les tribunaux du Vatican est discutable elle démontre la volonté du pape François de faire preuve de fermeté. C’est ce que nous explique Antoine-Marie Izoard, directeur de l’agence imedia-info.org, agence de presse spécialisée sur l’information du Vatican.

Les journalistes sont notament accusés de s'être procuré de manière illicite, en vue de l'écriture de leurs ouvrages, les documents transmis par Mgr Balda, et Francesca Chaouiqui. Quant aux autres prévenus, c'est pour le chef d'accusation d'"association criminelle organisée" qu'ils comparaîtront mardi. Depuis le premier scandale Vatileaks, le Vatican a édicté une loi punissant de six mois à deux ans de prison la diffusion de documents confidentiels, et jusqu'à huit ans pour les délits portant atteinte à sa sécurité.

Les documents qui avaient fuité du Vatican avaient révélé de nouvelles malversations financières, comme la non-redistribution aux pauvres d'une partie des dons d'oeuvres caritatives ainsi que d'autres abus de la part de certains membres de la Curie. Les livres d'Emiliano Fittipaldi et de Gianluigi Nuzzi avaient finalement mis l'accent, sur l'impuissance, selon eux, du pape François à réformer, face à une admistration immobile.