Violences urbaines: le P. Jean-Marie Petitclerc "inquiet du silence des politiques"

Présentée par Pauline de Torsiac

S'abonner à l'émission

Chrétiens à la Une

vendredi 17 février à 13h30

Durée émission : 25 min

Chrétiens à la Une

© Stéphane OUZOUNOFF/CIRIC - En juillet 2007, le P. Jean-Marie PETITCLERC est chargé de mission auprès du Ministre du Logement et de la Ville. Paris, France.

Depuis plus de 40 ans, le P. Jean-Marie Petitclerc accompagne les jeunes en difficulté. Il se dit inquiet du silence des politiques sur les violences urbaines, à deux mois des élections.

"Ne tardez pas à vous occuper des jeunes, sinon ils ne vont pas tarder à s’occuper de vous", disait saint Jean Bosco (1883). Les banlieues françaises sont à nouveau le théâtre d'émeutes sur fond de violences policières présumées. A l’origine de cet épisode de violences urbaines, l'interpellation à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) de Théo, un jeune de 22 ans qui affirme avoir été victime de viol par l’un des quatre policiers qui l’a arrêté - policiers qui ont été suspendus et mis en examen. Des banlieues en ébullition: le scénario semble hélas familier. On se souvient en 2005 de la vague d'émeutes déclenchée par la mort de deux adolescents, Zyed Benna et Bouna Traoré, le 27 octobre 2005 après une course poursuite avec la police.
 

"Le drame de tous ces jeunes c'est qu'ils ne rencontrent que des jeunes des quartiers."

 

l'effet de la ghettoïsation

"Je crois qu'on peut interpréter ces violences comme le signe et la manifestation de cette ghettoïsation qui est le lot de nos quartiers sensibles", explique le P. Jean-Marie Petitclerc. En 2009, il publiait "Pour en finir avec les ghettos urbains" (éd. Salvator). Ce prêtre salésien de Don Bosco est polytechnicien de formation et éducateur, à l'origine du Valdocco, un centre d'accueil pour jeunes en difficulté. Selon lui, on parle beaucoup de "grands ensembles": on devrait dire "grands à-part". "Le drame de tous ces jeunes c'est qu'ils ne rencontrent que des jeunes des quartiers."
 

De la politique des quartiers à la politique de la ville

Mixité sociale, mobilité... Pour le prêtre il faut tout faire pour sortir de cette "ghettoïsation". A deux mois du premier tour des élections des présidentielles, il déplore que seuls Marine Le Pen ou Jean-Luc Mélenchon abordent la question. Il se dit "inquiet du silence des politiques". "Même dans le document des évêques il n'y a rien sur les quartiers sensibles." Acteur de terrain, le P. Petitclerc est aussi une personnalité engagée, puisqu'en 2007 il a été chargé de mission au cabinet de Christine Boutin. Il milite pour une politique "de la ville" et non "des quartiers".
 

"Bon nombre de jeunes en ont ras-le-bol de ce contrôle au faciès."

 

une image de délinquants qui leur colle à la peau

Selon l’Observatoire national de la politique de la ville, malgré les 47 milliards d’euros investis depuis 2003 dans les 1.296 quartiers classés en Zone urbaine sensible (ZUS), où vivent près de 5 millions de personnes, 42% des jeunes sont au chômage.

A Argenteuil, que le P. Petitclerc connaît bien, "sur 1.000 jeunes, 250 sont parfaitement intégrés, 150 sont complètement désinsérés, et 600 sont plus ou moins en difficulté". Le problème, explique le prêtre, c'est que l'on se forge une image des jeunes à partir des plus violents et les moins insérés dans la société. Il témoigne: "Bon nombre de jeunes en ont ras-le-bol de ce contrôle au faciès." De cette image de délinquant ou de radicaliste potentiel qui leur colle à la peau.

 

 

Les dernières émissions

L'émission

Chaque semaine Pauline de Torsiac reçoit un acteur du monde chrétien. Homme ou femme, laïc ou clerc, prêtre, pasteur ou évêque, responsable de mouvement ou d’une congrégation, chanteur, acteur... c’est son actualité qui est mise en lumière et détaillée à cette occasion. L'invité de Pauline de Torsiac est également amené à réagir sur une sélection de sujets qui font l’actualité de la sphère chrétienne cette semaine-là.

Le présentateur

Pauline de Torsiac