Fanatisme et religion : comment combattre la violence ?

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le Temps de le dire

mardi 13 novembre 2018 à 9h03

Durée émission : 55 min

Le Temps de le dire

© Michael BUNEL/CIRIC - Commémoration du 13 novembre 2015 à Paris. Lampions bleu, blanc, rouge.

Trois ans après les attentats islamistes du 13 novembre 2015 à Paris, évoquons la délicate question du rapport entre religion et violence avec des représentants des trois monothéismes.

Il y a trois ans, le 13 novembre 2015, Paris était tragiquement touché par des attentats d’une rare barbarie : aux abords du stade de France, dans les rues, en terrasse, lors du concert donné ce soir-là au Bataclan... Au total ce sont 130 personnes qui ont été tuées par des terroristes islamistes, sans compter les blessés et tous ceux qui restent marqués à vie, traumatisés, par cette violence aveugle déchaînée au nom de Dieu. "Nous n'oublierons jamais cela", dit Ghaleb Bencheikh, qui ajoute que lorsque la violence "se déchaîne au nom de Dieu, ceci heurte notre conscience".

Pourquoi cette violence ? Pourquoi y mêler le nom de Dieu ? Les religions sont-elles sources de fondamentalisme ? Au micro d'Antoine Bellier, des représentants des trois grands monothéismes appellent à lutter inlassablement contre cette instrumentalisation du divin.

"On ne peut pas oublier que derrière ce fanatisme islamique il y a un fanatisme nationaliste"

 

La violence fondatrice (à condition de la dépasser)

"L'œil était dans la tombe et regardait Caïn." (Victor Hugo, La Conscience, in "La légende des siècles", 1859) L'histoire de Caïn et Abel, telle qu'elle est racontée dans la Bible, la Torah et le Coran - les textes fondateurs des trois monothéismes qui présentent une vision anthropologie de l'histoire humaine - est celle de la rivalité entre frères à l'origine de la civilisation : mais comme le dit Gérard Haddad, "la violence est fondatrice à condition d'être dépassée". On peut penser avec Ghaleb Bencheikh que "les hommes n'ont pas médité [les textes fondateurs] suffisamment"... 

"La notion de frère doit être explorée dans chacune de nos traditions pour dépasser cette violence qui peut s'immiscer à tout moment et être instrumentalisée par les uns et les autres", encourage le Père Fautrad. Si les situations de rivalité entre frères reviennent constamment dans les textes fondateurs, il existe une exception : l'histoire d'Isaac et Ismaël, deux frères qui s'apprécient. Le premier étant le fils d'Abraham, figure centrale du judaïsme et le second un des prophètes de l'islam.

Dans son livre "Ismaël et Isaac ou la possibilité de la paix" (éd. Premier parallèle), troisième volet d'une série consacrée à l'origine de la violence humaine, Gérard Haddad montre comment, ironiquement, le plus grand exemple de fraternité heureuse  est donné par ceux-là mêmes dont les descendants, pris dans le conflit israélo-palestinien, se déchirent aujourd’hui. La rivalité entre frères est pour les chrétiens dépassée grâce au Christ, "qui manifeste la miséricorde comme capacité de réalisation", explique le Père Fautrad.

 



 

Les religions sont-elles sources de fanatisme ?

Pourquoi, lors des attaques terroristes notamment du 13 novembre 2015, le nom de Dieu a-t-il servi de prétexte à un déchaînement de violence ? Les religions sont-elles sources de violence ou de fanatisme ? Gérard Haddad nous invite à ne pas occulter ce qui se trouve derrière ce fanatisme religieux au XXIe siècle : un fanatisme nationaliste. "On ne peut pas oublier que derrière ce fanatisme islamique il y a un fanatisme nationaliste, rappelle-t-il, les gens qui ont créé Daech ce sont des sunnites irakiens qui avaient subi une grande défaite militaire écrasés par les Américains." Il ajoute : "La plaie du monde c'est le nationalisme."

Lors des attentats contre Charlie Hebdo, le 7 janvier 2015, on avait beaucoup évoqué la notion de blasphème. Quel est le vrai blasphème ? Y a-t-il plus grand péché que de faire porter à Dieu la responsabilité de la violence ? Accoler le nom de Dieu à l'idée de violence c'est "antinomique", dit le Père Fautrad, "par rapport à ce que Dieu dit de lui-même dans la révélation biblique".

 



 

Pourquoi faire porter à Dieu notre violence ?

Pourquoi les terroristes utilisent-ils la religion et Dieu pour justifier leur violence ? Si "l'homme prend en otage le divin", comme le dit Ghaleb Bencheikh c'est qu'il lui faut "trouver un adjuvant pour sa propre violence en la sacralisant : l'homme le plus souvent s'autoproclame procurateur de Dieu, défenseur exclusif de ses droits pour cautionner cet élan vers la violence, cette inclination vers la barbarie". L'islamologue rappelle qu'il y a là "un défi majeur", un "enjeu de civilisation". À chacun de lutter "inlassablement" et d'œuvrer "pour que les germes d'intolérance ne soient pas cautionnés par le divin".

Ainsi il est urgent, dans notre projet de civilisation, d'interroger comme le dit le Père Fautrad, notre "rapport à la vérité et à l'identité". Pour les chrétiens, la vérité c'est la personne du Christ : "Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie" (Jn 14, 6), dit-il dans l'Évangile. Si donc la vérité est une personne, "elle ne peut s'ériger en idéologie, mais comme quelque chose à découvrir, à contempler". Par ailleurs, au sujet de l'identité on pourra méditer ceci : Jésus est pour les chrétiens l'une des trois personnes de la Trinité. "Dieu est en lui-même un dialogue, une relation, source inépuisable d'amour."

 

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Tous les jours du lundi au vendredi à 9h03

La grande émission interactive pour aborder tous les sujets de société, qui font l'actualité. Antoine Bellier reçoit ses invités pour réfléchir, approfondir, apprendre et donner du sens à tous les sujets du moment. Posez vos questions ou témoignez en direct pendant l’émission 04 72 38 20 23 ou par mail à l'adresse letempsdeledire[arobase]rcf.fr.

Le présentateur

Antoine Bellier

Journaliste à RCF depuis 2009, Antoine est passé par Le Mans et La Roche-sur-Yon, avant de rejoindre la rédaction nationale en septembre 2013. Curieux de l’actualité sous toutes ses formes, amateur de cinéma et de littérature, il lui arrive de passer du micro à la plume.