La Russie à la veille de la révolution de 1917

Présentée par

S'abonner à l'émission

La suite de l'Histoire, l'intégrale

jeudi 3 août 2017 à 17h03

Durée émission : 55 min

La Russie à la veille de la révolution de 1917

© Wikimédia Commons - Dès mars 1917, Lénine décide de partir de Suisse où il était exilé, pour venir encourager le mouvement révolutionnaire à Pétrograd

Il y a 100 ans la révolution russe, ou l'un des événements majeurs du XXè siècle. Mais elle ne s'est pas faite en un jour, la tendance s'est amorcée dès 1860.

Il y a 100 ans, la révolution russe de 1917 mettait fin à 400 ans de tsarisme. Mais la révolution bolchevique ne s'est pas faite en un jour. Des signes avant-coureurs ont annoncé dès le XIXè siècle, ce qui allait devenir l'un des événements majeurs du XXè siècle. En fait, "ce sont moins des signes que des tendances", précise Wladimir Berelowitch. Ainsi dès les années 1860, la démarche de modernisation du pays a-t-elle affaibli la monarchie - c'est là une tendance. On peut en revanche considérer les troubles de 1905 comme de véritables signes annonciateurs.
 


©Wikimédia Commons - Manifestation du 17 octobre 1905, par Ilia Répine (musée de l'Ermitage, Saint-Pétersbourg)

 

La Russie des tsars ou l'autocratie

"Ce n'est qu'au tout début du XIXè siècle que la question de l'héritage du trône a été stabilisée." Si c'est l'intérêt des monarchies d'afficher une stabilité, la dynastie Romanov a connu une évolution chaotique. Arrivés sur le trône de Russie en 1613, les Romanov ont connu une succession de "crises terribles".

À partir de 1825, la monarchie russe est donc stable. Elle est absolue - mais on parle d'autocratie: ce qui signifie que le souverain n'est le vassal de personne. "Le pouvoir du souverain est autocratique: il est illimité et la seule source des lois, il concentre les pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire." Et ce jusqu'en 1905.
 

1870, des embryons de vie politique

Depuis le XVIIIè siècle court en Russie "un fil assez ténu", un embryon de vie politique porté uniquement par les élites - une partie de la noblesse, des classes moyennes nouvelles, des intellectuels. Émergent dès lors des revendication politiques, comme la garantie des droits. Des revendications qui ne feront que s'étendre.

C'est dans ce contexte que monte sur le trône de Russie Nicolas II (en 1894). À la tête de cet immense pays se trouve un homme faible, de caractère influençable. Il est surtout obsédé par l'idée du maintien de l'autocratie.

 

Émission enregistrée en février 2017

 

Invités

  • Wladimir Berelowitch , historien, spécialiste de l’éducation en Russie au XVIIIe siècle et de l’historiographie russe du XVIIIe siècle à la Révolution, enseignant-chercheur et directeur d'études à l'EHESS

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Le samedi à 14h

Des grands événements qui ont façonné les civilisations aux personnalités qui ont marqué les consciences, Véronique Alzieu se tourne vers notre histoire. Une émission pour mieux comprendre le monde dans lequel on vit. Le week-end, elle vous offre l'intégrale du feuilleton proposé du lundi au vendredi. 

Le présentateur

Véronique Alzieu

Journaliste à RCF depuis 1993, Véronique s'est spécialisée au fil des ans dans le domaine de la foi, de la vie spirituelle et de la recherche de sens. Elle a choisi la radio parce que c'est un média de proximité, chaleureux sans être intrusif. Son léger accent trahit ses origines pyrénéennes qu'elle revendique avec joie!